Une vague de chaleur en Europe fait trois victimes dans le sud de la France – Brinkwire – Meilleures destinations pour des vacances en été€

Une vague de chaleur "vicieuse" au Sahara faisant rôtir l’Europe a fait ses premières victimes après que trois personnes soient mortes en France d’un choc froid après avoir plongé dans la mer depuis une plage chauffée.

Un homme de 70 ans a subi un arrêt cardiaque lundi à Marseillan Plage, près de Montpellier - le jour même où la vague de chaleur a commencé - avant le décès d'une femme de 62 ans et d'un homme de 75 ans mardi dans la même région, cela a été révélé aujourd'hui.

Des températures de 102F (39C) sont attendues dans le centre de la France aujourd'hui et de 113F (45C) vendredi, ce qui permettrait de battre le record de tous les temps établi en 2003 à 111F (44.1C). La quasi-totalité du pays est en alerte orange - le deuxième plus haut niveau d’alerte après le rouge avec des températures «sans précédent» depuis 1947, année de l’enquête détaillée, a déclaré le service météorologique Météo-France.

Des dizaines d'écoles ont déjà fermé leurs portes à travers le pays en raison d'une climatisation insuffisante. À Paris, plus d'un million de véhicules parmi les plus polluants ont été interdits de circulation dans la capitale, la ville étant particulièrement exposée au smog lors des vagues de chaleur.

L'air chaud soufflé depuis l'Afrique du Nord par un jet-stream exceptionnellement puissant est en train de faire rôtir l'Europe dans une vague de chaleur qui a éclaté au début du mois de juin et qui a donné lieu à des avertissements de menace à la vie en France, en Allemagne et dans le nord de l'Espagne.

Les prévisionnistes ont comparé les conditions à la vague de chaleur de 2003 qui s'est produite à peu près au même moment de l'année et qui a tué environ 70 000 personnes sur tout le continent. Les vagues de chaleur en début de saison sont considérées comme plus dangereuses car les corps des personnes n’ont pas eu le temps de s’ajuster aux conditions estivales.

Les records de juin devraient être battus cette semaine en Autriche, en Belgique, en République tchèque, au Danemark, en France, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Suisse.

En Grande-Bretagne, on s'attend à ce que les températures atteignent 27 ° C (80 ° F) dans des conditions houleuses avant de continuer à monter le week-end, lorsque des températures maximales de 34 ° C (93,2 ° F) sont possibles.

À Trèves, en Allemagne, il a atteint 99F (37C) mardi, avec des températures légèrement plus fraîches de 95F (35C) prévues à Berlin aujourd'hui. Les températures nocturnes ont culminé à 26 ° C (79 ° F), ne laissant aucun répit à la chaleur.

Plus au nord, dans l’État de Hesse, 38 nageurs, dont de nombreux enfants, qui se sont rassemblés dans une piscine alors que la température montait, ont été blessés par une augmentation de la concentration de chlore dans l’eau.

Stefan Rahmstorf, de l’Institut de recherche sur l’impact du climat de Potsdam, a tweeté: «Dans notre station de Potsdam, en activité depuis 1983, nous allons battre le record de juin de près de 2C.»

Aujourd'hui, dans des scènes étranges, la police de Brandebourg a publié sur Twitter deux images d'un cyclomoteur vêtu uniquement de son casque et de ses sandales.

Dans le sud du pays, des femmes au soleil qui se sont nichées au bord de l’Isar, à Munich, se sont affrontées et cinq agents de la sécurité tout habillés se sont approchés pour leur dire de remettre leur bikini, a rapporté le quotidien Sueddeutsche.

Plusieurs autres sunbathers à proximité se sont levés pour défendre les femmes ce week-end. L'un d'entre eux a déclaré au journal: "Nous avons enlevé nos bikinis par solidarité."

Le sud de la France, où les trois personnes ont trouvé la mort, fait partie des régions les plus touchées par la canicule européenne, avec des températures dépassant mardi les 92 ° C (33 ° C). Cela va grimper à 99F (37C) aujourd'hui.

La température fiable la plus élevée enregistrée en juin en France était de 106,7 ° F (41,5 ° C) le 21 juin 2003.

La température la plus élevée jamais enregistrée dans le pays, enregistrée dans le sud de la France le 12 août de la même année, était de 111,38 ° F (44,1 ° C).

Guillaume Woznica, un prévisionniste français, a déclaré que Météo France prévoyait des températures atteignant 113F (45C) vendredi. Il a ajouté: "Les dernières prévisions laissent peu de place au doute: nous nous dirigeons vers un nouveau record national."

Le Premier ministre Edouard Philippe a cité la vague de chaleur comme preuve de la déstabilisation du climat et s’est engagé à intensifier la lutte du gouvernement contre le changement climatique.

À Paris, les véhicules portant l’autocollant «Crit’Air 3» seront interdits de circulation. Plus d'un million de voitures sont inscrites dans cette catégorie dans le cadre du système d'autocollants, qui attribue aux véhicules une note allant de un à cinq en fonction de leur niveau de pollution. Les véhicules de niveau cinq ont déjà été interdits.

Le ministère italien de la Santé a, quant à lui, émis une alerte rouge maximale de chaleur pour six villes jeudi et pour 16 villes vendredi, rapporte Ansa.

Les prévisionnistes prévoient que les températures augmenteront même au-dessus de la vague de chaleur record de 2003 avec plus de 40 ° C prévues dans les régions les plus touchées. Les fonctionnaires ont mis en garde contre l'exposition au soleil entre 11h et 18h.

Des médecins à Rome ont mis en garde contre les risques pour la santé causés par le débordement de poubelles dans les rues de la ville, alors que la capitale italienne doit faire face à une nouvelle urgence en matière de déchets aggravée par la chaleur de l'été.

L'élimination des déchets est un problème qui dure depuis des décennies pour la Ville éternelle. Rome n'avait plus aucun site majeur pour traiter les 1,7 million de tonnes métriques produites chaque année lors de la fermeture de la décharge de Malagrotta en 2013.

En Suisse, la région de Bâle, le Valais central et le Tessin sont désormais dotés d'un avertissement de niveau 4 de danger grave, avec des prévisions à 102F (39C).

En Pologne, le ministère de l'Intérieur a déclaré que 90 personnes s'étaient noyées ce mois-ci alors qu'elles cherchaient à se calmer dans des lacs ou des rivières.

De même en Lituanie, 27 personnes se seraient noyées jusqu'à ce que les températures dans l'État balte montent en flèche.

Dans le même temps, environ la moitié des provinces espagnoles sont en alerte face aux températures élevées qui devraient augmenter à l’approche du week-end.

La ville du nord-est de Saragosse devrait être la plus chaude mercredi à 102F (39C), atteignant 111F (44C) samedi, selon l'agence météorologique gouvernementale AEMET.

Dans le sud-ouest de l’Europe, cependant, certaines personnes avaient d’autres raisons de se plaindre pendant leurs vacances d’été: la capitale portugaise, Lisbonne, sur la côte atlantique de l’Europe, s’est réveillée mercredi par temps nuageux et pluvieux.

Les examens scolaires qui doivent se dérouler plus tard dans la semaine en France ont été annulés pour assurer la sécurité des élèves, tandis que les officiels de la Coupe du Monde féminine - qui se déroule en France - envisagent de laisser les joueuses prendre des pauses dans l’eau pendant les matchs pour se calmer.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré hier que la vigilance était le mot d'ordre de la semaine et avait insisté sur le fait que "tout le gouvernement" était concentré sur la crise.

"Comme vous le savez, dans de tels cas, les personnes les plus vulnérables sont les personnes malades, les femmes enceintes, les nourrissons et les personnes âgées", a-t-il déclaré.

"Nous devons donc être vigilants avec eux et mettre en place des mesures de prévention afin d’intervenir le plus rapidement possible."

La ministre française de la Santé, Agnes Buzyn, a insisté sur le fait que les autorités "ne font pas de discours alarmistes" face à la chaleur, qui a été comparée à la vague de chaleur de 2003 qui s'est produite à peu près au même moment de l'année.

Les vagues de chaleur du début de l’été sont particulièrement dangereuses car les corps des personnes ne s’est pas adapté aux normes saisonnières, ce qui les rend plus meurtriers que les vagues de chaleur qui se produisent en juillet ou en août.

La vague de chaleur de 2003 a provoqué la mort d'environ 70 000 personnes en Europe et de 15 000 en France seulement.

La Grande-Bretagne devrait également chauffer à des températures supérieures à 30 ° C (86 ° F) après les deux derniers jours d’averses et d’inondations généralisées.

Le prévisionniste national espagnol AEMET a prévu des températures de 40 ° C (mercredi) à Tolède mercredi et une hausse à 108 ° F jeudi et vendredi.

En Autriche, les célèbres chevaux de Vienne ont été retirés de la rue mardi, craignant une surchauffe.

Les scientifiques disent que les mesures montrent que les vagues de chaleur en Europe sont de plus en plus fréquentes.

Selon M. Rahmstorf, "les records de chaleur mensuels dans le monde entier sont cinq fois plus fréquents aujourd'hui que dans un climat stable".

Les autorités européennes ont publié des directives pour survivre à la chaleur accablante et les hôpitaux sont très vigilants face à une augmentation du nombre d'admissions liée à la déshydratation, aux coups de chaleur et à d'autres conditions météorologiques.

En Allemagne, les services de secours ont exhorté les gens à surveiller les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli et qui sont particulièrement exposés aux températures élevées.

Les autorités de Saxe-Anhalt, à l'ouest de Berlin, ont imposé des limites de vitesse maximales à des autoroutes généralement libres, craignant que la chaleur ne provoque la désintégration et la destruction des pneus de voiture sur le revêtement routier, comme ce fut le cas en 2015.

À Paris, les responsables se sont engagés à ouvrir des «chambres froides» dans des bâtiments publics, à installer des fontaines temporaires et à laisser les parcs et jardins de la ville déverrouillés et accessibles la nuit.

Les employés municipaux distribueraient également de l’eau aux sans-abri et installeraient des ventilateurs dans les écoles et les crèches.

Marseille, deuxième ville de France et pôle touristique incontournable, a imposé des interdictions temporaires de nager sur plusieurs plages en raison de problèmes de pollution, décevant les habitants et les touristes dans l’espoir de se baigner lorsque la température monte en flèche.

Depuis le début du mois, sept des 21 plages de la ville ont arboré un drapeau violet - ce qui signifie qu’il n’ya pas lieu de se baigner - les jours où les inspections d’hygiène ont révélé des taux élevés de matières fécales.

Marseille est un haut lieu touristique qui attire cinq millions de visiteurs par an en raison de son littoral méditerranéen et de son climat ensoleillé.

Mais la ville, le plus grand port de France, lutte contre la pollution provenant de l’industrie et du transport maritime.

«C’est principalement à cause de problèmes d’assainissement, mais de plus en plus de bateaux vomissent leurs déchets gris et noirs avant d’entrer dans le port», a déclaré Sarah Hatimi, responsable du programme sur la qualité de l’eau du groupe environnemental Surfrider Foundation Europe.

Les interdictions de nager ne sont pas nouvelles à Marseille. L'année dernière, les autorités ont imposé 153 interdictions, craignant un pic de pollution après de fortes pluies.

Dans le même temps, des experts français ont averti qu’un dissipateur de chaleur pouvait faire monter la température de 10 degrés Celsius de plus.

Le phénomène où les villes - où les bétons et les asphaltiques sont chauds - est plus chaud que la campagne environnante est en fait appelé un îlot de chaleur urbain et, bien que l’effet existe toute l’année, il est particulièrement ressenti au pire moment - un la canicule.

À la campagne, la végétation utilise la lumière du soleil et l'eau du sol pour la photosynthèse qui, en plus de convertir le dioxyde de carbone en oxygène, libère également de l'eau dans l'air.

Cela aide à disperser l'énergie solaire et à refroidir les environs. Pendant ce temps, dans les villes, il n’ya pas autant de végétation pour disperser la chaleur.

De plus, l'asphalte et le ciment absorbent l'énergie solaire pendant la journée et la libèrent pendant la nuit.

Le résultat est que la ville est plus chaude que la campagne environnante, car les bâtiments et les rues agissent comme un puits de chaleur géant, ce qui se remarque surtout lors des vagues de chaleur.

Le service météorologique national français a constaté une différence annuelle moyenne entre 2 et 3 degrés Celsius (4 et 5 degrés Fahrenheit) entre Paris et les régions rurales environnantes.

Lors d’une vague de chaleur, la différence «peut atteindre près de 10 degrés Celsius», a déclaré Météo-France.

À la liste des facteurs qui font que les villes se sentent comme des fours, il faut en ajouter un autre: la climatisation.

«Plus vous utilisez la climatisation dans les bâtiments, plus vous chauffez l'air extérieur», a noté Lemonsu.

Le cercle vicieux de la climatisation est favorisé par la conception des grandes villes.

Une étude publiée dans un numéro de mars 2018 de Physical Review Letters a révélé que plus une ville est conçue selon un modèle de grille carrée, plus elle emprisonne la chaleur.

L'orientation des bâtiments peut également jouer un rôle: laisser entrer plus de lumière laisse entrer plus de chaleur.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.