Summer Reads 2019: Les 20 meilleurs livres de vacances et de plages – Bonnes destinations pour les grandes vacances€

Anna McDonald est obsédée par les vrais podcasts sur le crime. Lorsque son mari Hamish, valise à la main, annonce qu'il quitte Anna pour sa meilleure amie Estelle et qu'il emmène leurs deux filles avec elles, son monde sûr et prévisible l'implose.

Ce n'est même pas la chose la plus étrange qui soit arrivée à Anna ce matin de novembre à Glasgow. Se distrayant avec un nouveau podcast - un yacht qui a sombré mystérieusement dans la Méditerranée après de multiples morts - elle se rend compte que l'une des victimes est de son passé secret.

Déterminée à résoudre les problèmes qui ont conduit à sa mort, Anna se lance dans une aventure vertigineuse et dangereuse à travers les Highlands, dans le sud de la France, à Venise et à Paris. Une lecture fouettée et galopante.

Quelqu'un que nous connaissons par Shari Lapena (Bantam Press, € 12.99, publié le 25 juillet)

Dans quelle mesure certains d'entre nous connaissent-ils nos voisins? C'est une question épineuse, une question que Shari Lapena - qui s'est taillée la réputation de servir des suspense de suspense national de premier ordre - donne vie à un effet troublant.

Dans un quartier verdoyant et très uni, une note anonyme fait le tour d'un adolescent qui a fait irruption dans des maisons et fouille pour s'amuser. Cela semble assez inoffensif, mais quand une femme disparue est retrouvée assassinée, les choses s'envolent d'un cran.

Alors que des liens secrets et des liaisons illicites avec la femme décédée commencent à faire surface avec des effets dévastateurs, trois couples doivent faire face à une vie bouleversée. Quels efforts chacun fera-t-il pour protéger leurs vies apparemment parfaites? Une intrigue rapide emballée avec de délicieux rebondissements.

Le jardin de poison par Alex Marwood (Sphere, € 12.99, publié le 25 juillet)

Seule adulte survivante d'un suicide de masse parmi la secte dans laquelle elle a été élevée, Romy se retrouve en territoire inconnu: seule et hors des murs de la seule communauté qu'elle ait jamais connue.

La survie prend un nouveau sens alors qu'elle se bat pour rester en sécurité, ainsi que la vie de son futur enfant, dans un monde nouveau et étrange et dangereux. À qui Romy peut-elle faire confiance et à qui doit-elle avoir peur? Et quelles horreurs at-elle elle-même enfouies au plus profond de lui?

Bouclez votre ceinture et préparez-vous à embarquer dans un voyage sombre, troublant et décontracté. Le jardin empoisonné est une lecture captivante qui restera avec vous longtemps après que vous ayez fermé ses pages.

The Body Lies de Jo Baker (Doubleday, € 12.99)

Une jeune auteure, devenue professeure de littérature anglaise, quitte Londres pour un poste à l'université, à la recherche d'un nouveau départ hors de la scène d'une violente agression qui a bouleversé son monde.

Elle se plonge dans les rigueurs de la vie universitaire et de la maternité célibataire. Pourtant, la campagne reculée n’est pas tout à fait l’espoir qu’elle espérait, surtout quand un élève en difficulté commence à soumettre des chapitres d’un roman qui brouille les frontières entre fiction et réalité.

Lorsque le professeur se reconnaît comme le personnage malheureux du livre, un jeu palpitant de chat et de souris s'ensuit. The Body Lies est un thriller habilement stratifié qui s'attaque sans broncher au bourbier de pression, de jugement et au danger toujours présent que les femmes naviguent dans leur vie quotidienne.

MEILLEUR POUR… VENDRE L'AME

Sweet Sorrow de David Nicholls (Hodder & Stoughton, € 20, publié le 11 juillet)

David Nicholls, auteur de Starter For Ten and One Day, est un maître du roman d’adolescence douce-amère. Il a le chic pour capturer la joie et l’angoisse, la douleur tumultueuse de l’amitié et la défense sans vergogne des âmes oppressées et maladroites parmi nous.

Sweet Sorrow raconte l'histoire d'un été bouleversant pour Charlie Lewis, 16 ans. Au début, la situation est insupportablement sombre. Les examens de Charlie ne se passèrent pas très bien et ses journées portaient le lourd fardeau d'un père aux prises avec la dépression.

Fran Fisher entre dans son monde et, pour la première fois depuis longtemps, Charlie a de l'espoir. Pour gagner son cœur, il doit tout changer, en rejoignant une société de théâtre et en risquant l'ire de ses amis, tout en empruntant un chemin poignant et précaire vers l'âge adulte.

Après la fin de Clare Mackintosh (Sphere, € 12.99)

Vous connaissez peut-être Clare Mackintosh, l'ex-policier devenu auteur qui a écrit une série de thrillers psychologiques intelligents tels que Je vous laisse partir, Je vous vois et Me laisse-moi mentir.

Son dernier roman est un départ marqué de ce genre, mais tout aussi convaincant. Il est centré sur Max et Pip, des parents dévoués qui, lorsque leur jeune fils, Dylan, reçoit un diagnostic de tumeur au cerveau, sont confrontés à un choix peu enviable et impossible - et ils ne peuvent pas s’accorder.

Avec des échos de moi avant toi et le gardien de ma sœur, After The End est une lecture tendre, immersive et stimulante. Mackintosh a écrit du fond du cœur: en 2006, elle et son mari ont dû décider de maintenir en vie leur fils gravement malade ou de retirer son soutien vital.

LIRE LA SUITE: Sir Paul McCartney à propos des photographies de sa défunte épouse Linda en prévision de l'exposition à Glasgow

Les dix amours de M. Nishino de Hiromi Kawakami (Granta, € 12.99)

M. Nishino, énigmatique, est un homme incorrigible, séduisant, insaisissable et volage. C'est ce que nous apprenons au fur et à mesure que se déroule cette histoire fascinante, racontée du point de vue de nombreuses femmes - une collègue, une rencontre fortuite, la fille de son seul véritable amour - qui ont trouvé leur vie intimement liée à la sienne.

C’est une histoire de désir, d’envie, d’accident romantique, d’amoureux maudits, de passion, de parade nuptiale, d’infidélité, d’amour non partagé et de solitude. Cependant, plutôt que la dévotion servile envers un homme adoré, mais impossible à obtenir, il ressort un portrait d'un homme qui est parfois esclave de ses propres défauts.

Écrit par Hiromi Kawakami, l'auteur primé de Strange Weather In Tokyo et The Nakano Thrift Shop, et traduit par Allison Markin Powell, il est publié par Granta Books, ce qui nous a apporté le brillant Convenience Store Woman, qui a paru dans l'édition de l'été dernier.

MEILLEUR POUR… LE SAC DE PLAGE

The Other Mrs Miller par Allison Dickson (Sphere, € 12.99, publié le 16 juillet)

Phoebe Miller ne s’aventure pas beaucoup, préférant rester dans les limites du foyer qu’elle partage avec un mari de plus en plus éloigné. Elle passe ses journées à flâner au bord de la piscine et à éviter l’ennui grâce à une bouffée de vin et de crème glacée.

Lorsqu'une voiture bleue, à l'aspect défoncé, continue de se présenter dans son cul-de-sac, elle a un sentiment de malaise que l'occupant peut la surveiller. Mais n'a aucune idée pourquoi. Une distraction bienvenue arrive quand une nouvelle famille s'installe dans la rue.

La voisine pétillante et enjouée, Vicki, et son beau fils collégien, Jake, forment un compagnon indispensable pour Phoebe. Mais à quel prix? Un roman à suspense tortueux qui vous laissera deviner jusqu’à ses dernières pages.

Jailbirds: Leçons d'une prison pour femmes par Mim Skinner (Seven Dials, € 16.99)

Mim Skinner a enseigné l'art pendant trois ans dans une prison pour femmes. Si vous le souhaitez, elle peut dévoiler les statistiques concernant les récidivistes, les suicides et les statistiques discordantes sur le nombre de personnes incarcérées qui ont été victimes d'infractions plus graves que celles qu'elles ont commises.

Ce qui rend Jailbirds si convaincant, cependant, ce sont les histoires humaines de la vie en prison. Comme la femme qui a glissé des ciseaux dans la salle de classe, non pour poignarder un compagnon de cellule, mais pour donner à son poil pubien une coupe rapide dans la cabine de toilette. Ou trois utilisations du colorant à café: cheesecake, topper et colle.

La chaleur et l'empathie de Skinner rayonnent des pages de cette lecture révélatrice. Humiliant, plein d'espoir et hilarant avec ironie, il rappelle avec force l'importance que la voix des femmes, même derrière les barreaux, mérite d'être entendue.

Restez sexy et ne soyez pas assassiné par Georgia Hardstark et Karen Kilgariff (Trapeze, € 14.99)

Si vous ne connaissez pas leur travail - euh, où étiez-vous? - Georgia Hardstark et Karen Kilgariff animent le podcast très populaire de la comédie policière My Favorite Murder, échangeant des récits sanglants alors que leurs 19 millions de téléspectateurs du monde entier, surnommés "assassins", écoutent avidement.

Stay Sexy & Don't Get Murdered - qui tire son titre du balado - est un format hybride intéressant, composé à la fois d'autobiographie commune et de manuel d'auto-assistance, qui s'appuie sur leurs expériences personnelles, notamment la lutte contre la dépression, les troubles de l'alimentation et les troubles de l'alimentation. dépendance.

Le duo, qui partageait son amour pour le documentaire The Staircase lors d'une soirée à l'Halloween, aborde des thèmes tels que "Le plan de Karen pour la fin du parti" et "Le Grand Saint de Géorgie". Moments de thérapie ".

MEILLEUR POUR… LE SPORT

Au soleil ou à l'ombre: Comment la boxe a apporté de l'espoir dans les ennuis de Donald McRae (Simon & Schuster, € 20)

Un âge d'or de la boxe en Ulster - l'un ponctué de noms tels que Barry McGuigan, Davy Larmour, Charlie Nash et Hugh Russell - est habilement capturé par Donald McRae dans une remarquable histoire d'espoir et de rédemption.

Le club de boxe Holy Family de Gerry Storey est devenu un lieu de rassemblement entre les communautés protestante et catholique, dans le quartier New Lodge de Belfast à Belfast, juste au bord du clivage sectaire.

En dépit du soutien généralisé, Storey s'est toujours trouvé la cible d'attaques à la bombe de la part de ceux qui étaient opposés à la réconciliation. McRae suit Storey lors de ses voyages à la prison de Maze, où le formateur a travaillé avec des prisonniers purgeant une peine de prison à perpétuité, appartenant à des groupes tant loyalistes que républicains.

Magic Spanner: Le monde du cyclisme selon Carlton Kirby (Bloomsbury Sport, € 12.99)

Les amateurs de cyclisme seront probablement familiarisés avec les sonorités exaltantes et excitantes de Carlton Kirby. Le commentateur d'Eurosport incarne un style de commentaire franc et franc, quoique légèrement, erroné, errant, alors qu'il retrace l'action du Tour de France, du Giro d'Italia et de Vuelta a Espana.

Dans Magic Spanner, Kirby retire le rideau pour dévoiler les merveilles cachées des Grands Tours du cyclisme, mettant à nu les moments hilarants, sur le champ gauche et franchement bizarres qu'apporte le sport, aux côtés de nombreuses analyses d'experts et d'anecdotes pleines d'esprit.

Pensez à des fans exubérants en mankinis vert citron arborant "des fesses hirsutes", à l'étiquette de "pauses réconfortantes" et à un guide idyllique du "côté obscur du cyclisme" des cheveux et du "dopage" par hélicoptère jusqu'à la bouteille collante. et cette fameuse clé magique.

MEILLEUR POUR… ESCAPISME

Histoires de vacances de Noel Streatfeild de Noel Streatfeild (Virago Modern Classics, € 12.99)

Cette collection d’histoires réconfortante nourrira la nostalgie de vacances d’années révolues avec des récits d’aventures résolues dans la résolution des crimes, d’amitiés peu probables et d’après-midis amusants consacrés à la cueillette de baies, à la pêche à la mouche et à la descente chez les grands-parents.

Noel Streatfeild a commencé à écrire des livres pour enfants en 1931 après avoir travaillé dans des usines et des cantines de munitions pendant la Première Guerre mondiale, puis comme acteur. Elle est l’auteur de la très chère Ballet Shoes et de délicieux livres sur le patinage, les cirques et la vie sur scène.

Holiday Stories fait suite à une anthologie de Noël publiée l'an dernier, tirée d'une série d'histoires oubliées récemment redécouvertes parmi les papiers de l'écrivain. Initialement écrits pour des publications annuelles et des magazines des années 1930 aux années 1970, ils plairont aux lecteurs de tous les âges.

LIRE LA SUITE: Sir Paul McCartney à propos des photographies de sa défunte épouse Linda en prévision de l'exposition à Glasgow

Le plus de plaisir que nous ayons jamais eu par Claire Lombardo (Weidenfeld & Nicolson, € 14.99)

Le premier roman impressionnant de Claire Lombardo est centré sur une famille avec des squelettes sur le point de sortir du placard. David et Marilyn Sorenson sont tombés amoureux dans les années 1970. Leur relation était décrite comme "deux personnes qui émanaient de plus d'amour qu'il ne semblait que l'univers aurait sanctionné".

L'histoire évolue dans le temps alors que David et Marilyn élèvent leurs quatre filles très différentes, Wendy, Violet, Liza et Grace, dans la banlieue de Chicago. Comme le dit Liza: "C’est un vaste enfer hormonal. Un marathon d’instabilités et de produits capillaires."

Lorsqu'un adolescent abandonné pour adoption 15 ans plus tôt réapparaît dans sa vie, une boîte de Pandore contenant des secrets et des trahisons datant de plusieurs décennies est ouverte.

Quelque chose à vivre par Richard Roper (Orion, € 12.99)

Lorsque vous êtes entouré par la mort, il peut être facile d’oublier comment vivre. Andrew, conseiller municipal, passe son temps à chercher le plus proche parent et à assister aux funérailles du défunt qui n’a pas de famille ou d’amis traçables.

En surface, Andrew mène une vie heureuse avec sa femme parfaite et ses 2,4 enfants qui l'attendent à la maison. La réalité ne pouvait pas être plus frappante. Et maintenant, il est temps de changer cela.

Inspiré par le travail de vrais membres du conseil qui organisent des funérailles pour les membres de notre société qui ont survécu et meurent seuls, les débuts de Richard Roper sont déchirants, inspirants, drôles et pleins de gentillesse humaine.

MEILLEUR POUR… MEMOIR

Juste une autre montagne de Sarah Jane Douglas (Elliott & Thompson, € 14.99)

Sarah Jane Douglas avait 24 ans lorsqu'elle a perdu sa mère d'un cancer du sein en 1997. Elle a juré d'honorer une promesse faite à sa défunte mère et de continuer malgré l'adversité.

Douglas cherchait un réconfort dans les formidables montagnes de son Écosse natale. En marchant sur les traces de sa mère, elle a pu se défaire de son chagrin et faire la paix avec un passé troublé, tout en rassemblant la force nécessaire pour poursuivre son diagnostic 20 ans plus tard.

Honnête, brut et joliment écrit, ce mémoire édifiant témoigne du fait que, dans la vie, il n’ya que des moments où il n’ya rien à faire que d’escalader cette montagne et souvent, malgré vos pires craintes, la vue du sommet n’est pas à moitié mauvaise.

Près de là où le cœur donne par Malcolm Alexander (Michael O'Mara, € 16.99)

Malcolm Alexander a levé les bâtons et a quitté la banlieue de Glasgow avec sa famille pour s'installer dans la nature sauvage d'Orkney et devenir le médecin résident de Eday.

Ils se sont préparés "à une aventure qu'aucun de nous n'a vraiment comprise", écrit-il. "La différence hantée entre travailler avec un hôpital, des ambulances, des collègues à proximité et travailler seul sur une île ne disposant que d'un lien aérien ténu vers n'importe où en cas d'urgence."

C'était le travail sur le papier. Pourtant, comme le révèle ce fascinant mémoire, il y avait bien plus que cela, car il traitait un flot continu de maux éclectiques et de patients occasionnels non humains, y compris un phoque de port meurtri. Une ode à la vie insulaire dans toutes ses faiblesses glorieuses et ses délices envoûtantes.

Lowborn de Kerry Hudson (Chatto & Windus, € 14.99)

Kerry Hudson a visité les villes de son enfance pour revenir sur son passé et examiner ce que signifie être pauvre en Grande-Bretagne aujourd'hui. Le résultat fut un Lowborn, un mémoire brûlant qui met à nu les effets déshumanisants de la pauvreté.

Hudson a commencé sa vie à Aberdeen, mais elle a été déracinée maintes fois (souvent parce que sa mère a suivi des petits amis inappropriés, parfois abusifs, dans tout le pays) à Canterbury, Airdrie, North Shields, Coatbridge et Great Yarmouth.

Sa mère a lutté contre la dépression. Son père était américain et presque absent. Hudson porte les cicatrices d'expériences défavorables vécues dans son enfance à l'âge adulte: placement en famille d'accueil d'urgence, enquête sur la protection de l'enfance en cas d'abus sexuel, viol et deux avortements.

Mais c'est aussi une histoire de résilience. "Ces histoires doivent être racontées car la société souhaite regarder dans une autre direction", écrit Hudson. Ne détourne pas les yeux, lis ce livre.

MEILLEUR POUR… LAVAGE À VIE

Tout est foutu: Un livre sur l'espoir de Mark Manson (Harper 360, € 18.99)

De quoi avez-vous besoin quand on a l'impression que le monde s'enferme dans un panier à main? Une bonne dose de conseils pragmatiques. Un pas en avant, Mark Manson, dont le livre précédent, L'art subtil de ne pas donner de foutre (il aime les mots maudits), l'a vu assumer le rôle de anti-héros de la psychologie pop.

"Nous sommes une culture qui n'a pas besoin de paix ni de prospérité ni de nouveaux ornements de capot pour nos voitures électriques", écrit-il dans sa dernière offre, Everything Is F * cked. "Nous avons tout cela. Nous sommes une culture qui a besoin de quelque chose de beaucoup plus précaire." Ce totem insaisissable? Espérer.

Manson s'oppose à ce qu'il décrit comme "cette ère de tweetstorms et de pornographie scandaleuse", et suggère qu'il existe d'autres moyens de communiquer avec le monde qui nous entoure. Provocateur et sans tabou, il pourrait bien vous faire arrêter et faire le point.

LIRE LA SUITE: Sir Paul McCartney à propos des photographies de sa défunte épouse Linda en prévision de l'exposition à Glasgow

Let That Sh * t Go de Nina Purewal et Kate Petriw (Harper 360, € 9.99)

Ouais, c'est un autre avec un gros mot dans le titre. Portez avec moi. Surtout si vous pouvez comprendre que vous avez une liste de tâches de plus en plus longue, un sentiment de culpabilité perpétuel de ne pas passer assez de temps avec vos proches ou une terreur existentielle harcelante face à une échéance imminente au travail.

La vie est stressante, mais pas nécessairement, selon Nina Purewal et Kate Petriw. La réponse? Pleine conscience. Certes, cela a été un mot à la mode depuis quelques années maintenant, mais ironiquement, beaucoup d’entre nous sont trop occupés ou embourbés dans les mondanités pour la faire tourner en rond.

Let That Sh * t Go contient plus de 100 conseils pour intégrer la pleine conscience à notre vie quotidienne, en récupérant des moments de calme bien mérité dans le chaos. Si vous êtes enclin à vous faire des illusions sur le fait que "la semaine prochaine sera mieux", alors voici le livre à emballer dans votre sac de plage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.