Nettoyage des plages françaises alors que la marée noire atteint les côtes – Meilleurs vacances pour l’été€

Le pétrole a été lavé sur les rives de la côte de Pampelonne ces derniers jours, et le problème pourrait durer jusqu'à 15 jours, ont prévenu les habitants.

On pense que la source est le résultat d'une collision entre deux bateaux dans la zone maritime corse il y a 10 jours. La région, qui concerne 17 plages réparties sur sept communes, est généralement une destination touristique prisée et fait partie du célèbre golfe de Saint-Tropez.

Aujourd'hui, plus d'une centaine de personnes ont été chargées de nettoyer le gâchis dans le cadre d'une opération baptisée «le plan Polmar-Terre», sur ordre du commissaire en chef du Var, Jean-Luc Videlaine.

Ils comprennent des volontaires, des agences environnementales locales et des pompiers, tous armés de fourches et de râteaux.

La gendarmerie a également visité la région, portant des masques et des bottes, afin de prélever des échantillons d'huile, dans l'attente d'une enquête sur la pollution et qui pourrait être tenue pour responsable de la fuite d'huile.

Les sections locales sont averties de ne pas toucher d'huile, mais signalez-les à la mairie, à la gendarmerie en composant le 17, ou aux pompiers en composant le 18 ou le 112.

#pollution Des galettes d'hydrocarbure arrivant sur les plages, le préfet du # plan d'action #POLMAR Terre ce 16/10/2018. Retrouvez les communiqués de presse liés à cet événement sur https://t.co/f0a51Aew0Q #Polmar pic.twitter.com/V7qcvPphkk

– Préfet du Var (@ Prefet83) 17 octobre 2018

Aldo Lavendan, membre du conseil local et membre de l'équipe de nettoyage, a déclaré: «Nous ramassons les gros morceaux avec la fourche et utilisons le râteau pour les plus petits. Il est impossible de savoir combien il pourrait y avoir, nous devons donc faire un grand effort. Tout est en ruine. Il y aura beaucoup de travail. "

Eric Lefebvre, directeur adjoint du ministère de la Terre et de la Mer et responsable des mesures antipollution de la région, a déclaré: «Notre travail consiste à nettoyer, tout en protégeant l’écosystème. Nous devons ramasser le pétrole et tout ce qui est couvert – y compris les algues – mais pas trop, et risquer de bouleverser le paysage naturel de la plage. [environmental] équilibre."

L'ampleur des dommages écologiques n'est pas encore connue avec certitude.

Marc-Etienne Lansade, maire de la commune de Cogolin, a déclaré que la région avait été particulièrement malchanceuse ces derniers mois.

Il a déclaré: «Nous avons eu des incendies monstrueux l'année dernière, des inondations il y a quelques jours et maintenant du pétrole. Cela commence à se sentir beaucoup.

Cyril Bernardoni, qui dirige une entreprise sur la plage de Pampelonne depuis 20 ans, a déclaré: «Nous sommes dégoûtés. La plage ne sera plus jamais aussi propre. Nous travaillons ici, ramassant des crabes et des oursins … Tout est mort. Et nous ne savons pas quand cela va s'arrêter.

Malgré les dégâts, les autorités – y compris le ministre de la transition écologique – ont estimé que seulement 2% du pétrole résultant de la collision irait se déposer sur les plages du sud, bien que certains pensent qu'il pourrait y avoir d'autres problèmes sur la côte atlantique et même par la Manche.

M. Videlaine a déclaré qu'il "n'essayait pas de minimiser le traumatisme", mais que la situation n'était pas aussi mauvaise que certains l'avaient craint. Cependant, il a admis qu '«en termes de signification, nous n'avons pas vu un tel phénomène depuis 1991».

Il a déclaré: «Bien sûr, il y a des facteurs économiques, mais si cela s'était produit le 14 juillet, cela aurait été bien pire. L'idée que cet événement va ruiner la réputation mondiale de Saint-Tropez … Je n'y crois pas. "

Mais M. Giraud, M. Lansade et le maire de la commune touchée, Ramatuelle, Roland Bruno, se sont unis pour déposer une plainte formelle et faire avancer une enquête sur la catastrophe.

Marc Giraud, président du conseil local, a déclaré: «La seule bonne chose dans tout cela, c'est que cela s'est passé à la mi-octobre. [and not summer]. Mais je suis en colère. Tout était-il possible, pas ici dans le Var mais en Corse [to prevent this]? C'est ce que nous demandons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.