Les Marocaines harcelées fuient la plage pour la nouvelle piscine de Rabat – Bonnes destinations en été€

Les femmes morccanes qui cherchent à échapper au harcèlement à la plage affluent vers la vaste nouvelle piscine publique de Rabat, mais beaucoup évitent encore les maillots de bain par peur des voyeurs et des regards désapprobateurs.

«Ici, il n'y a pas de harcèlement et même les jurons sont interdits», a déclaré Sanae, une mère de 36 ans qui a parcouru 150 km pour profiter du nouveau complexe «Grande Piscine» ouvert le 4 juillet.

«Se baigner à la plage n'est plus amusant pour une femme», a-t-elle déclaré. «J'ai été harcelé simplement parce que je portais un maillot de bain. Heureusement, mon mari était là.

Amal, une étudiante de 18 ans, est venue se rafraîchir au bord de la piscine avec ses amies. «Les plages sont devenues désagréables», a-t-elle déclaré.

Des milliers de personnes s'entassent dans les vastes bassins artificiels creusés dans l'affleurement rocheux de la corniche urbaine de la capitale marocaine, dans le cadre d'un vaste projet de développement baptisé «Rabat, ville lumière».

L'espace aquatique de 17 000 m² a enregistré une moyenne de 5 000 visiteurs par jour depuis son ouverture, selon un responsable du projet.

L'entrée coûte 10 dirhams (1 $) – un tarif abordable, même pour les familles moins favorisées qui passent l'été en ville.

Dans un spectacle de plus en plus rare au Maroc, jeunes hommes et femmes nagent et jouent dans l’eau, tandis que les orateurs diffusent des sons de musique populaire.

C’est principalement le sentiment de sécurité qui attire les femmes en particulier: une soixantaine de gardes de sécurité et des policiers en civil patrouillent le site, assurant ainsi le décorum.

Pourtant, même sous surveillance, les femmes ne sont pas complètement à l'aise.

Sanae a choisi de porter un short et un débardeur «car il y a beaucoup de voyeurs».

Elle réserve son maillot de bain une pièce «pour les plages sauvages au Maroc ou à l'étranger».

Comme elle, beaucoup se sentent «plus libres» à la piscine qu'à la plage, mais préfèrent rester vêtus et sur les chaises longues pendant que leurs enfants jouent dans l'eau sous la surveillance de maîtres-nageurs.

'Inconfortable'

Considéré comme un atout touristique clé au Maroc, les nombreuses plages des côtes méditerranéennes et atlantiques de ce pays d’Afrique du Nord sont moins attrayantes pour les femmes. Les maillots de bain, quelle que soit leur couverture, sont considérés par certains comme offensants, voire comme un signe de «débauche».

Pour nager sans risque de harcèlement, il faut se lever tôt, chercher des endroits isolés ou payer l'accès à des zones privées.

«Le phénomène est apparu sur certaines plages de Casablanca dans les années 90. . . L'opinion publique n'a pas pris cela au sérieux et n'a pas réagi », a déclaré la sociologue Soumaya Naamane Guessous.

Pour elle, «c’est une régression principalement liée à la propagation des idées salafistes importées de l’étranger».

L'été dernier, une page Facebook a appelé les hommes à interdire aux femmes «de sortir avec des vêtements indécents».

Une campagne a été lancée sur les médias sociaux, les femmes publiant des photos en maillot de bain et utilisant le hashtag #beafreewoman.

«Tous les hommes ont l'air. C'est ennuyant. Nous ne sommes pas à l’aise », a déclaré Leila, 36 ans, venue avec son amie Khadija, 50 ans, en vacances en provenance de France.

Eux aussi avaient évité les maillots de bain au bord de la piscine.

Anouar, 32 ans, venait de Tanger avec sa femme – qui porte un voile – et sa fille.

À son avis, ce sont les femmes vêtues de «vêtements irrespectueux qui harcèlent les hommes et les familles».

"Méritent d'être harcelés"

«La tendance est devenue si conservatrice et si banale que les femmes en maillot de bain sont soumises aux regards critiques ou même aux commentaires dégradants d’autres femmes», a déclaré Guessous.

«C’est une mentalité qui doit changer», a déclaré la militante féministe, ajoutant que c’était une attitude qui «affecte l’espace public en général» au Maroc.

Malgré une réputation de tolérance comparée au reste du monde arabo-musulman, une étude réalisée par ONU Femmes en 2017 a montré que, pour les Marocains, «les femmes qui s'habillent de manière provocante méritent d'être harcelées».

Le nombre de femmes professant cette opinion – 78% – a dépassé celui des hommes, avec 72%.

Une loi sur la violence à l'égard des femmes adoptée en février dernier prévoyait pour la première fois des sanctions pour harcèlement, mais leur mise en œuvre reste rare.

Début août, un instituteur a été arrêté après avoir lancé un appel aux médias sociaux pour que trois jeunes volontaires belges soient décapitées pour avoir porté un short alors qu'elles travaillaient dans le sud du pays.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *