Grand livre indépendant – Maysville Online – Idées vacances d’été €

La Ligue majeure de baseball est un sport d’équipe, où les 25 joueurs de l’alignement ont un rôle à jouer pour que l’équipe réussisse.

Quel autre jeu propose le concept de «mouches sacrificielles» et de «sacrifices», lorsqu'un frappeur s'abandonne volontiers pour amener un coéquipier en position de score pour augmenter ses chances de marquer des points?

Mais le baseball est aussi un jeu où la réussite individuelle se voit attribuer son dû.

Le plus grand honneur qu'un joueur puisse recevoir pour sa performance individuelle est le prix du joueur le plus utile, le MVP, attribué à un joueur de la Ligue américaine et à un autre de la Ligue nationale. Son nom officiel est Kenesaw Mountain Landis Award, d'après le premier commissaire au baseball, originaire du petit village de Millville dans le comté de Butler, qui a dirigé le jeu de 1920 à sa mort en 1944.

Les premiers prix officiels MVP ont été attribués en 1931, l’Association américaine des écrivains de baseball ayant voté sur les récipiendaires. Cette année-là, Lefty Grove, le lanceur de Philadelphia A, était le vainqueur de la Ligue américaine, tandis que le joueur de deuxième but de St. Louis, Frankie Frisch, l’avait emporté dans la Ligue Nationale.

La saison dernière, Christian Yelich des Brewers de Milwaukee et Mookie Betts des Red Sox de Boston étaient les MVP.

Les Reds de Cincinnati ont eu leur juste part de MVP de la Ligue Nationale au fil des ans – 10 joueurs ont remporté le trophée 12 fois. Quatre d'entre eux ont été inscrits au Temple de la renommée du baseball national à Cooperstown – il y en aurait probablement cinq si Pete Rose n'avait pas été banni du baseball en 1989 pour avoir misé sur le match.

Les années 1970 ont été la décennie pendant laquelle les Reds ont dominé le vote du joueur le plus utile de la National League.

Les membres de la «Big Red Machine» – l'une des plus grandes équipes à avoir jamais mis les pieds sur un terrain de baseball – ont remporté le prix six des dix années des années 1970.

La liste des MVP par les Reds étant très longue, nous avons divisé cette synthèse en deux articles. La prochaine histoire, mettant en vedette les cinq plus récentes – Pete Rose, Joe Morgan, George Foster, Barry Larkin et Joey Votto – paraîtra ici vendredi prochain, le 24 mai.

Ernie Lombardi (1938)

Connu sous le nom de «Schnozz» pour le nez proéminent qui dominait le visage du receveur des Reds, il a été, pendant ses 10 ans en tant que Rouge, un des joueurs les plus populaires de l’histoire de la franchise. Les fans de Crosley Field adoraient Ernie.

C’est l’une des raisons pour lesquelles il est l’un des quatre joueurs avec une statue de bronze à Crosley Terrace devant le Great American Ball Park. Tous les quatre ont joué toute leur carrière chez les Reds à Crosley et ont été élus par les fans.

Il était également l'un des êtres humains les plus lents à avoir jamais mis les pieds sur un terrain de baseball majeur.

Ernie était si lent, dit l'un d'eux, «qu'il pourrait transformer un triple en simple».

Cela n’a pas d’importance.

Il a battu .311 en 10 saisons avec les Reds. Mais 1938 fut de loin sa plus grande année,

Lombardi n’a battu que 14 fois en 529 apparitions au plateau dans son année au MVP – un nombre ahurissant. Il a mené la ligue avec une moyenne au bâton de 0,32, et a marqué 19 circuits et 95 points produits. Et, pour témoigner de sa lenteur, il a également mené la ligue dans le nombre de doubles jeux dans lesquels il a échoué: 30.

Il a joué dans deux séries mondiales pour les Reds – 1939, que les Reds ont perdues aux Yankees; et 1940, que les Reds ont conquis les Tigres de Détroit.

Les Braves de Boston, qui ont acheté son contrat aux Reds après la saison 1941, ont fini par l'échanger avec les Giants de New York. Les Giants ont fini par le relâcher après la saison 1947 et sa carrière de joueur était terminée.

Après le baseball, Ernie menait une vie malheureuse, passant d’un job à l’autre, notamment comme assistant de presse au Candlestick Park de San Francisco. Il a été passé encore et encore pour le Temple de la renommée du baseball. Il est décédé en septembre 1977. Ce n’est qu’en 1986 que le Comité des anciens combattants du Temple de la renommée l’a élu.

En 2003, il a été immortalisé en bronze à l'extérieur du Great American Ball Park.

Et samedi, lorsque les Reds rencontreront les Dodgers au Great American Ball Park, les 20 000 premiers fans rentreront à la maison avec une tête à boule Ernie Lombardi.

Bucky Walters (1939)

Sa carrière en tant que lanceur de la ligue majeure a commencé avec cinq saisons avec son équipe de sa ville natale, les Phillies de Philadelphie. Mais son record était au mieux médiocre – 38 victoires, 53 défaites et une moyenne sans faille de 4,48 points.

Ce ne fut que lorsque Walters fut échangé aux Cincinnati Reds avant la saison 1938 que sa carrière commença à décoller.

En 1938, l’accent était mis sur Johnny Vander Meer, qui avait jeté son sans-faute dos à dos cette saison. La fiche 11-6 de Bucky était OK, mais rien d’écrivain à la maison.

Mais 1939 – eh bien, c'était une autre histoire. Ce fut une année au cours de laquelle les Reds ont remporté le fanion de la Ligue nationale pour la première fois en 20 ans et Walters a ouvert la voie à ce qui s’est révélé être un très bon staff de lanceurs.

Les chiffres de Bucky en 1939 étaient exaltants: 27 victoires avec seulement 11 défaites en tête de la ligue; une moyenne de 2,29 pour le point mérité en tête de la ligue; un nombre incroyable de manches lancées – 319 – un montant qui ferait tomber les bras des lanceurs les plus modernes; et 137 outs en première position.

Bucky, qui a lancé une balle rapide qui coule mal et qui a noué des frappeurs, a maintenu son excellence pour les cinq saisons suivantes, engrangeant 121 victoires entre 1939 et 1944 – le record de tous les lanceurs majeurs de la ligue. Il a également eu l'EER le plus bas sur la période, 2,67.

Alors qu’il avait une fiche de 0-2 dans la Série mondiale de 1939 que les Reds avaient perdue face aux Yankees, lui et les Reds étaient de retour dans la Série mondiale la saison suivante. Walters est allé 2-0 en 1940, menant les Reds à une victoire de la série mondiale sur les Tigers.

Il était tout simplement le meilleur lanceur de baseball à la fin des années 30 et au début des années 40.

Bucky a lancé 11 saisons pour les Reds et sa carrière de joueur était bientôt terminée.

Mais il est membre du Reds Hall of Fame, se classant au quatrième rang du total des victoires avec 160.

Frank McCormick (1940)

Il est difficile d’imaginer que les Cincinnati Reds gagnent les fanions de la NL et se rendent aux World Series en 1939 et 1940 sans Frank McCormick.

Dans ses trois premières saisons complètes en tant que Rouge (1938-1940), McCormick a joué comme un homme possédé. Il a pratiquement mis l'équipe sur son dos et les a emmenés aux World Series.

Et ce fut après avoir langui dans les ligues mineures pendant un certain nombre d'années pour une équipe qui ne pensait pas qu'il était prêt.

Voici tout ce qu’il a fait en 1938-1940:

Battu .327, .322 et .309;

A conduit dans 106, 128 et 127 courses;

Hit 40 ou plus de doubles par an;

Et est devenu le troisième joueur de l’histoire à mener la ligue en nombre de hits pour trois années consécutives.

Il n’est pas étonnant qu’après que Lombardi et Walters aient remporté le titre de MVP, c’est au tour de McCormick en 1940.

Longtemps après la fin de sa carrière de joueur, McCormick était l’un des radiodiffuseurs de télévision des Reds et un lien avec un autre jour où ses Reds dominaient la Ligue nationale. En 1958, il est intronisé au Temple de la renommée des Reds en tant que classe inaugurale, aux côtés de ses anciens coéquipiers, Paul Derringer, Lombardi, Vander Meer et Walters.

Frank Robinson (1961)

Si tout ce que “Robby” avait fait dans sa carrière dans la ligue majeure était de remporter le titre de joueur le plus utile de la Ligue nationale, les fans des Reds se souviendraient de lui.

Mais en fait, Robinson, décédé en février à l'âge de 83 ans, est l'un des plus grands joueurs à avoir jamais joué dans ce sport – un joueur au niveau de personnalités comme Willie Mays, Hank Aaron et Roberto Clemente.

Concurrent féroce, Robby a dirigé une nouvelle équipe Reds au fanion de la Ligue nationale en 1961. Et, bien qu'ils aient perdu la Série mondiale en cinq matchs, personne ne s'était jamais attendu à ce que les Reds soient présents.

C'était l'année où Frank remportait son titre de joueur le plus utile de la Ligue nationale, avec une année typique des Robinson: 37 circuits, 124 points produits et une moyenne au bâton de .342.

Les émotions des supporters des Reds ont été très variées: après la saison de 1965, Robinson a été échangé contre les Orioles de Baltimore contre les lanceurs Milt Pappas, Jack Baldschun et le joueur de champ Dick Simpson – sans aucun doute, l'un des pires métiers de l'histoire du baseball. .

Qu'a fait Robinson lors de sa première saison à Baltimore?

Eh bien, il a remporté le MVP de la Ligue américaine. Et il a réalisé le rare exploit de réaliser la «Triple couronne» en menant la Ligue américaine à la maison, aux points et au bâton.

Et, en 1970, il a aidé les Orioles à vaincre les Reds dans les World Series. Nous ne pouvons qu'imaginer en quoi cette série aurait pu être différente si Frank Robinson avait porté l'uniforme des Reds.

À la fin de ses jours de jeu, Frank est de retour dans l’histoire en devenant le premier entraîneur afro-américain du baseball majeur, prenant la barre des Indians de Cleveland.

Robby a été séparé de l’organisation Reds pendant de nombreuses années, mais il est retourné à Cincinnati pour y être accueilli comme un héros lorsque sa statue devant le Great American Ball Park a été dédiée.

Mais à Cooperstown, où est accrochée sa plaque du Temple de la renommée, il est coiffé d’un chapeau Orioles. Est-ce que ce serait une casquette des rouges?

Johnny Bench (1970, 1972)

Très peu de gens sauront jamais ce que c'est que d'être le meilleur qui ait jamais pratiqué son métier.

Johnny Lee Bench, dans l'Oklahoma, le sait.

Il existe un argument à ce sujet, mais un large consensus s'est dégagé pour dire que c'est vrai: Bench était le plus grand receveur de l'histoire de la Ligue majeure de baseball.

Ceux qui l'ont vu jouer entre sa saison de recrue de l'année de 1968 à la fin de sa carrière en 1983, lorsqu'il avait dominé devant un Stade Riverfront à guichets fermés, peuvent témoigner de sa qualité de receveur.

Et, à penser que, en 1965, les Reds ont utilisé leur choix de première ronde pour prendre le demi-défenseur Bernie Carbo. En quelque sorte, lorsque le choix de second tour des Reds est arrivé, le receveur du lycée de Binger était toujours au tableau et les Reds ont repêché Johnny Bench.

Un coup de chance de la part de l'organisation Reds.

Bien sûr, Bench est au Temple de la renommée du baseball national. Il a été intronisé en 1989 aux côtés des Red Sox Carl Yastrzemski, la star de l’équipe de Boston que les Reds ont battue à sept reprises lors de la Série mondiale 1975.

Et, bien sûr, sa statue se trouve à l’extérieur du Reds Hall of Fame and Museum, s’accroupissant pour jeter un autre coureur au second but.

Il n’est donc pas surprenant que Bench n’ait pas un, mais deux prix MVP.

En 1970, il a mené la ligue avec 45 circuits et 148 points produits. En 1972, il a dirigé la NL avec 40 circuits et 125 points produits. Et les Reds sont allés à la Série mondiale les deux années, perdant face aux Orioles en 1970 et aux Oakland A’s en 1972.

Peut-être que Sparky Anderson, le responsable de la Big Red Machine, l’a dit le mieux.

"Je ne voudrais pas embarrasser un autre receveur en le comparant à Johnny Bench", a déclaré Sparky.

Note du rédacteur: Il s’agit de la première des deux colonnes de notre série sur les Reds at Cincinnati à 150 ans. Elle met en exergue les 10 Reds qui ont remporté le prix du joueur le plus utile de la Ligue nationale. Nous examinerons ensuite les cinq plus récents: Pete Rose, Joe Morgan, George Foster, Barry Larkin et Joey Votto.

Howard Wilkinson est l’analyste politique principal du groupe WVXU pour le 91.7. Sa colonne «Tales from the Trail» («Contes du sentier») apparaît sur wvxu.org tous les vendredis et jette un regard en coulisse sur les 45 années de Wilkinson, couvrant les campagnes, les personnalités, les scandales et les affaires politiques aux niveaux local, national et des États.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.