un Français sur cinq envisage de partir à la montagne cette saison – Choisir vos vacances au ski

Par rapport à la saison dernière, cette proportion est deux fois plus élevée.

Après deux saisons contrariées par la pandémie de Covid-19, les Français semblent vouloir se faire plaisir cet hiver. Ils sont un sur cinq (20%) à envisager de partir en vacances à la montagne, soit deux fois plus qu'il y a un an, selon un sondage OpinionWay pour la société Ginkoia, publié mardi. Une minorité d'entre eux (6%) disent déjà avoir réservé leur séjour, tandis que les 14% restants prendront leur décision à la dernière minute.

Comme la saison dernière, la France reste, de loin, la destination favorite des vacanciers (93%). La durée du séjour envisagée ne bouge pas non plus : sept jours en moyenne pour une majorité de sondés.

Mais cette année, les Français semblent vouloir partir en vacances plus tôt. Ils sont 58% à compter prendre leurs congés avant les vacances d'hiver (du 5 au 28 février, en fonction des zones), soit 9 points de plus qu'en 2020-2021. Leur préférence va à des stations faciles d'accès, c'est-à-dire à faible altitude, soit à moins de 1500 mètres (47%, +14 points, ), et à taille humaine : 71% (+10 points) se tourneront vers des offres familiales, enregistrant moins de 250 km de pistes.

Le ski en recul mais toujours numéro un

Le ski de piste reste l'activité de prédilection des Français : 70% se rendent à la montagne pour le pratiquer. Mais une baisse significative est à noter (-9 points par rapport à la saison dernière). «Un chiffre que l'on peut rattacher au contexte», analyse la deuxième édition de cette étude annuelle de Ginkoia, un éditeur de logiciels pour le commerce de sport. «Contrairement aux sports nature pratiqués dans de vastes espaces, le ski de piste implique la fréquentation des stations, remontées et pistes généralement très fréquentées. Les Français semblent donc encore très soucieux des risques sanitaires encourus et souhaitent plutôt limiter les risques.»

Ainsi, d'autres pratiques gagnent du terrain. C'est le cas par exemple des balades en raquette (66%, +7 points), du ski de randonnée (51%, +11 points) ou des activités outdoor encadrées (43%, +2 points). En plus d'être moins risquées du point de vue sanitaire, elles sont plus accessibles financièrement. «Inflation oblige, les Français orienteront leur choix vers des activités gratuites et praticables en moyenne montagne, dans le but de préserver leur pouvoir d'achat», note l'étude.

Le Covid-19, qui reste une menace bien que sa circulation ralentisse depuis plusieurs semaines, ne semble pas arrêter les Français. Ils sont huit sur dix (80%) à affirmer vouloir maintenir leurs vacances même si le passe sanitaire était demandé pour les remontées mécaniques. Pour l'heure, le gouvernement indique ne pas vouloir exiger ce certificat sanitaire pour accéder à ces installations, bien que cette mesure ne soit pas exclue en cas d'aggravation de la situation épidémique.

À VOIR AUSSI - Le Mont-Blanc, les chutes mortelles, Frison-Roche… Les confidences d'un guide de haute montagne

Sondage OpinionWay pour Ginkoia réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 22 au 24 septembre 2021 auprès d'un échantillon de 1821 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.