Une Française visite à Highland, IL, correspondant après 46 ans – Bonnes destinations pour les grandes vacances€

Française visitant un correspondant américain

Mary Wilson, de Highland, dans l'Illinois, et Annie Almoguera, de Brioude, en France, parlent de devenir correspondants en 1973 et d'échanger des lettres pendant 46 ans. Almoguera s'est rendu aux États-Unis pour la première fois ce mois-ci.
    
    

                                    
                                        Par

×
                        
                    
                
            
            
                
            
        

        
            
                
                    
                        
                            
                                
    
        Mary Wilson, de Highland, dans l'Illinois, et Annie Almoguera, de Brioude, en France, parlent de devenir correspondants en 1973 et d'échanger des lettres pendant 46 ans. Almoguera s'est rendu aux États-Unis pour la première fois ce mois-ci.
    
    

                                
                                    Par

Ils vivent à 4500 km de distance, parlent différentes langues et se voient rarement, mais ils se sentent comme des soeurs.

C’est parce que Mary Wilson, 61 ans, de Highland, et sa correspondante, Annie Almoguera, 62 ans, de Brioude, en France, échangent des lettres depuis plus de 46 ans.

Ils ont vécu des mariages et des naissances, des décès et des divorces. Ils ont appris à connaître leur famille et leurs amis au moyen de photographies et de descriptions écrites. Ils ont appris sur les cultures à l'autre bout du monde.

«Littéralement, quand je recevais une lettre d'elle, je souriais pendant des jours», a déclaré Mary. «Cela a tellement remonté mon moral et Annie a ressenti la même chose. Je suppose que c'est parce que nous étions tellement connectés. "

Les femmes se sont rencontrées pour la première fois il y a cinq ans au Canada, où vit le fils d’Annie. L'année suivante, Mary passa deux semaines en France et ils se retrouvèrent une nouvelle fois au Canada.

Ce mois-ci, c'est la première fois qu'Annie rend visite à Mary aux États-Unis. Elle et son ami Georges Charbonnel ont fait un peu de tourisme, mais ce n’est pas leur priorité.

Annie voulait savoir où Mary vivait, travaillait et jouait pour mieux la visualiser en lisant ses lettres.

«Je ne viens pas voir l’Amérique», a-t-elle dit en anglais cassé. «Je viens voir Mary et être avec sa famille et ses amis. Je n'ai besoin de rien d'autre. … Marie est comme ma soeur. Non, pas “comme”. Mary est ma sœur et je veux être avec ma sœur. ”

Annie Almoguera, au centre, et son ami Georges Charbonnel, à droite, rendent visite à la correspondante d'Annie, Mary Wilson, qui vit à Highland. Ils échangent des lettres depuis 46 ans.
                    
                    
                        
                             Teri Maddox
                        
                        
                             tmaddox@bnd.com
                        
                    
                
            
        
    

                    

                    
                    
                        
    
    

                        
                    
                
                    

                    

                    
                    
                
                    

                    

                    
                    
                
                    

    

    
        
            
                
                
                
                
                
                
                
                
                
                
                
            

            
                
                    
                        L'ancienne Mary Westendorf, de Pesotum, dans l'Illinois, a envoyé sa première lettre à la correspondante française Annie Almoguera le 25 janvier 1973, à gauche. Annie a répondu le 2 juin.
                    
                    
                        
                             À condition de

Les lettres remontent à 1973

L'ancienne Mary Westendorf avait 15 ans et vivait à Pesotum, dans l'Illinois, au sud de Champaign, lorsqu'elle a suivi un cours de français au lycée. Elle a tiré le nom et l’adresse d’Annie d’un chapeau dans le cadre d’un programme de correspondants.

Mary a écrit sa première lettre le 25 janvier 1973, adressant l'enveloppe à «Mademoiselle Annie Almoguera». Elle a énuméré ses cours, ses loisirs et ses aliments préférés, notamment les pizzas, le chocolat, les cerises et le chewing-gum.

«Nous sommes maintenant dans la saison de basket», a écrit Mary. «C'est l'un de mes sports préférés. J'aime aussi dessiner et peindre des tableaux. Quel genre de livres aimez-vous lire? J'aime lire sur les Indiens d'Amérique. J'aime aussi aller à moto et à cheval.

Mary a ajouté quelques mots en français et a signé «Marie», son nom en français.

Annie a répondu le 2 juin 1973, mais il a fallu des semaines pour que sa lettre arrive, car elle utilisait un timbre ordinaire au lieu de l'envoyer par la poste aérienne. Mary a failli l'abandonner.

Dans sa lettre, Annie a déclaré qu'elle aimait aussi lire sur les «cow-boys et les Indiens», ainsi que regarder les westerns à la télévision.

«Toutes les vacances, je vais en Espagne sur la plage», a-t-elle écrit. «Je ne suis pas grand, mais je ne suis pas petit, mes yeux sont bleus et mes cheveux sont bruns. Je n'ai pas de photo récente de moi mais je vous en envoie une dans mon autre lettre.

Dès le début, les correspondants correspondaient principalement en anglais. Annie ne parlait pas couramment mais elle avait étudié la langue à l’école pendant sept ans, alors que Mary n’avait suivi qu’un seul cours de français.

«Je pense que si elle m’écrit en anglais, j’apprendrai plus d’anglais», a déclaré Annie.

L'ancienne Mary Westendorf était lycéenne à Pesotum, dans l'Illinois, lorsqu'elle a commencé à correspondre avec la correspondante française Annie Almoguera en 1973. Elle habite maintenant à Highland, dans les Highlands.
                    
                    
                        
                            À condition de
                        
                        
                    
                
            
        
    

                    

                    
                    
                
                    

                    

                    
                    
                
                    

                    

                    
                    
                
                    

    

    
        
            
                
                
                
                
                
                
                
                
                
                
                
            

            
                
                    
                        Mary (Westendorf) Wilson, qui vit maintenant à Highland, a envoyé sa première lettre à la correspondante française Annie Almoguera le 25 janvier 1973, marquant le début d'une amitié de 46 ans.
                    
                    
                        
                             À condition de

La plupart des correspondants perdent tout intérêt

Peu de camarades de classe de Mary ont continué à correspondre avec leurs correspondants après le lycée, mais elle a déployé des efforts particuliers.

«Pour moi, c'était excitant», a-t-elle dit. «Ma soeur dit que je rêvais. J'avais des visions de voyages et d'aventures différentes, et j'ai trouvé cela fascinant. "

Mary s'est mariée à 17 ans, a donné naissance à un fils et à une fille et a finalement divorcé. Elle a gagné deux fois avec son deuxième mari, Dick Wilson, décédé en 2013.

Mary a habité plusieurs endroits dans l'Illinois et le Missouri et a occupé divers emplois, dont neuf ans en tant qu'agent de réservation TWA. Aujourd'hui, elle reste occupée en tant que grand-mère de 10 ans et employée saisonnière dans un bureau de H & R Block.

Annie était mariée 40 ans avant de divorcer l'année dernière. Elle vit toujours dans sa ville natale d'environ 7 000 habitants du centre-sud de la France, où elle gère un service de garde en milieu familial. Elle a une fille, deux fils et six petits-enfants.

Au fil des ans, la fréquence des lettres échangées entre Mary et Annie variait de quelques semaines à plusieurs mois, en fonction de ce qui se passait dans leur vie.

«Il me faut beaucoup de temps pour écrire une lettre», a déclaré Annie. "Je devais aller au dictionnaire parce que je voulais que Mary comprenne ma lettre."

Leurs fermetures sont passées de "Votre correspondant" à "Votre correspondant et ami" à "Votre ami" à "Votre sœur". Ces dernières années, les femmes ont également communiqué par courrier électronique et sur Facebook.

Mary Wilson, à gauche, pose avec sa correspondante Annie Almoguera lors d'une visite touristique dans un village français historique en 2015, lorsque Mary s'est rendue en France pour la première fois.
                    
                    
                        
                             À condition de
                        
                        
                    
                
            
        
    

                    

                    
                    
                
                    

                    

                    
                    
                
                    

                    

                    
                    
                
                    

    

    
        
            
                
                
                
                
                
                
                
                
                
                
                
            

            
                
                    
                        La famille de Mary Wilson joue une version française de tic-tac-toe avec sa correspondante française, Annie Almoguera, deuxième à gauche, et son ami, Georges Charbonnel, deuxième à droite.
                    
                    
                        
                             À condition de

La première rencontre a été émotionnelle

Pendant des décennies, les correspondants n’ont ni le temps ni l’argent nécessaires pour voyager à l’étranger. Annie avait prévu un voyage en France en 2001, mais celui-ci a été annulé après l'attaque terroriste du 11 septembre et une maladie de la famille l'a empêché d'être reporté.

Mary et sa fille, Teri Kallal, sont venues au Canada pour rencontrer Annie pour la première fois en 2014, à l'occasion de la visite de son fils, Sylvain Azevedo, spécialiste des technologies de l'information à Québec.

Les femmes se sont enlacées, ont pleuré et se sont regardées avec étonnement pendant plusieurs minutes à l'aéroport, une scène émouvante que Teri a filmée.

«C'était la première fois, mais c'était comme si j'avais vu Mary hier», a déclaré Annie.

L'année suivante, Mary passa deux semaines en France, grâce à son beau-fils, Mark Wilson, qui lui donna le voyage pour Noël. Annie l'a emmenée voir des châteaux de pierre, des villages pittoresques, la tour Eiffel à Paris et la mer Méditerranée.

Ce mois-ci, Annie et Georges ont pris le tramway Gateway Arch et ont fait une croisière en bateau sur le Mississippi. Georges est allé à un match des Cardinals. Mais la partie préférée d’Annie était de passer du temps avec Mary.

«Je suis la seule personne qui a continué à écrire à mon correspondant (en dehors de ma classe) parce que Mary m'a toujours écrit», a déclaré Annie. «Elle n'est jamais partie. J'aimais écrire et j'aimais l'écrire. Elle m'a tout raconté de sa vie. Je la connais très bien. Je pense que c'est une personne très gentille et gentille.

Annie Almoguera, à gauche, a emmené sa correspondante américaine, Mary Wilson, voir la Tour Eiffel à Paris en 2015, lorsque Wilson lui a rendu visite pour la première fois en France.
                    
                    
                        
                             À condition de
                        
                        
                    
                
            
        
    

                    

                    
                    
                
                    

                    

                    
                    
                
                    

                    

                    
                    
                
                    

    

    
        
            
                
                
                
                
                
                
                
                
                
                
                
            

            
                
                    
                        Annie Almoguera, à l'extrême droite, a invité la correspondante américaine Mary Wilson à une danse folklorique traditionnelle en 2015, lors de sa première visite en France.
                    
                    
                        
                             À condition de

Teri Maddox est journaliste depuis 35 ans et a rejoint le Belleville News-Democrat en 1990. Elle enseigne également le journalisme au St. Louis Community College de Forest Park. Elle est diplômée de la Southern Illinois University Carbondale et de la University of Wisconsin-Madison.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.