Une famille qui a parcouru le monde en yacht avant de déménager en Tasmanie raconte son histoire – Meilleurs vacances pour l’été€

La décision prise de nuit par un couple français de vendre leur entreprise et d’acheter un yacht les a conduits à une vie extraordinaire partagée entre l’Australie et les océans du monde.

Et quarante ans plus tard, Michele Meffre ne changerait rien et affirmait que les aventures de sa famille devraient inspirer les autres à vivre sans peur.

La vie de Mme Meffre et de son mari, Georges, a pris un tournant en 1978: après avoir couché leurs enfants une nuit, ils se sont assis et ont discuté de leur avenir.

'J'ai dit: "Est-ce que ça va comme tu veux avec la vie?" et il a dit: "Non" et le lendemain, nous avons mis une annonce dans le journal vendant notre entreprise d'aménagement paysager ", a déclaré Mme Meffre à Daily Mail Australia.

Cette conversation a commencé une aventure qui les verrait traverser la planète sur un bateau en bois de 12 mètres appelé «Antares» - nommé d'après l'une des étoiles les plus brillantes du ciel nocturne.

Ils éduquaient leurs deux enfants, Sébastien, huit ans, et Lélia, six ans, à bord, et plus tard, ils étaient rejoints par deux garçons - Oscar et Fabian - qu'ils avaient adoptés au Chili.

En 1978, Georges (à gauche) et Michele Meffre (en haut à droite) ont vendu leur entreprise, acheté un yacht et sont partis à la mer avec leur fils Sébastien (au centre) et leur fille Leila (à l'avant droite). Au cours de leur voyage extraordinaire, ils ont adopté deux orphelins chiliens, Oscar (avant) et Fabian (arrière)

"Nous ne savions rien du tout": Mme Meffre a déclaré à Daily Mail Australia que la famille avait vendu son entreprise de paysagiste et acheté un bateau, alors qu'elle avait peu d'expérience en navigation (Oscar et Fabian sont cités plus haut à Cairns).

Quand ils sont partis du sud de la France pour la première fois, la vie en mer était un concept totalement étranger à la famille, mais ils n’ont pas eu d’autre choix que de s’adapter - et rapidement.

"Nous ne savions rien des saisons, du vent contraire ou de la navigation, mais c'était facile en Méditerranée", a déclaré Mme Meffre.

«Une fois que nous avons fait un petit saut, nous avons réalisé que c'était très difficile. Nous pensions que cela ne prendrait pas beaucoup de temps pour arriver aux îles Canaries, mais nous tournions en rond et cela prenait trois jours.

«Mais nous avons beaucoup appris. J'ai éduqué les enfants sur le bateau et voyager vous ouvre l'esprit.

En décembre 1979, la famille se rendit à Cairns et y passa quelque temps avant de naviguer sur la côte est de l'Australie à la recherche d'un travail désespéré.

Ils ont obtenu le statut de résident permanent en 1981 et se sont rendus en Tasmanie pour occuper des emplois dans le cadre du projet de barrage Gordon en Tasmanie.

Ils se sont installés, ont envoyé les enfants à l'école et ont même acheté une maison.

En 1985, lorsque le projet du barrage Gordon a été annulé en raison de manifestations vertes, la famille Meffre a été vendue et est revenue à la mer, mais son fils Sébastien est resté en Tasmanie, alors qu'il était installé à l'école et souhaitait terminer ses études.

Michele, Georges et Leila sont rentrés en France où ils sont restés pendant 18 mois, avant de décider de repartir pour l'Australie.

Mais alors qu’ils traversaient l’océan Atlantique Sud et autour du Cap Horn, les marins expérimentés ont été confrontés à leur plus grand test: une mer de 20 m et des vents record de 160 km / h.

Des conditions terrifiantes ont vu leur petit bateau malmené par les vagues, les submergeant et provoquant des nuits blanches, sachant qu'une vague de voyous pourrait facilement les renverser.

Georges et Michele (photo du début des années 90) sont arrivés en Australie en 1979 et se sont installés en Tasmanie. Quelques années plus tard, ils ont eu envie de voyager et sont rentrés en France.

Au fil des ans, ils se sont rendus en Asie, en Amérique du Sud et en Antarctique (photo), scolarisant leurs enfants en cours de route et leur faisant vivre des expériences qu’ils n’auraient jamais pu vivre dans une classe.

"La nuit a été longue": lorsqu'ils ont dépassé le Cap Horn (photo) alors qu'ils revenaient de France en Australie en 1987, ils ont été frappés par des vents de 160 km / h et des vagues pouvant atteindre 20 mètres de hauteur.

Un voyage de toute une vie:

1978: Georges et Michele Meffre vendent leur entreprise, font leur vie, achètent un yacht et quittent la France avec leurs deux enfants Sébastien, 8 ans, et Lélia, 6 ans

1979: le couple arrive en Australie, s'arrêtant d'abord à Cairns avant de se diriger vers le sud le long de la côte est jusqu'en Tasmanie

1981: dans le cadre d'une amnistie gouvernementale, la famille obtient le statut de résident permanent après l'engagement de Georges de travailler sur le projet du barrage Gordon.

1985: Après la fin du projet du barrage Gordon, Georges, Michele et Leila rentrent en France. Sébastien, maintenant adolescent, reste en Tasmanie pour compléter ses études

1987: Les Meffres rentrent en Tasmanie pour découvrir que leur fils Sébastien s'est envolé pour la Nouvelle-Zélande avec sa petite amie.

1990: Après quelques années en Australie, ils rejoignent l'équipage d'un bateau et partent pour le Japon où leur fille Leila vit et étudie. Trois mois au Japon suffisent, le couple retourne ensuite en Tasmanie

1993: Après trois ans en Australie, les Meffres ressentent le besoin de voyager à nouveau, achètent un nouveau navire et appareillent pour l'Amérique du Sud.

1994: Au Chili, Georges et Michel adoptent un garçon appelé Oscar. Ils reviennent quelques mois plus tard et adoptent un deuxième orphelin, Fabian.

1998: Après avoir passé presque deux décennies en mer, les Meffres s'installent définitivement en Tasmanie.

2019: Michele vit toujours en Tasmanie et vient de prendre sa retraite, Georges navigue seul à travers le monde, Sébastien travaille à l'Université de Tasmanie, Leila travaille à l'hôpital Royal Hobart, Oscar vit dans le nord de la Tasmanie et Fabian s'est installé en France

"De l'île de la Réunion à la Tasmanie, le voyage a été difficile, mais il ne faut pas avoir peur", a déclaré Mme Meffre.

'Vous devez penser:' Que dois-je faire pour survivre? '

"Une fois que vous avez tout fait pour préparer le bateau et tout ce qui vous entoure, vous ne pouvez rien faire d'autre que d'attendre ... mais la nuit a été longue, je dois vous le dire."

De retour en Tasmanie, leur fils aîné, Sebastian, était déjà parti pour la Nouvelle-Zélande et partir pour son année sabbatique avec sa petite amie.

Meffre et Georges s'installèrent en Tasmanie, mais trois ans plus tard, en 1990, ils avaient de nouveau besoin de voyager.

Leur expérience de mort imminente lors du voyage en Tasmanie les a vus abandonner leur petit bateau en bois et prendre un travail en tant que membres de l'équipage d'un grand navire en partance pour l'Asie.

Leur fille, Leila, vivait au Japon depuis quelques années, ce qui leur a permis d'aller la voir tout en travaillant.

Quelques mois plus tard, au Japon, ils sont rentrés en Tasmanie et ont vendu leur maison. Ils ont utilisé ces bénéfices pour acheter un bateau plus récent et plus robuste, capable de supporter l’Antarctique et les mers agitées de l’océan Atlantique.

Avec ce nouveau navire en leur possession, ils sont partis pour l'Amérique du Sud en 1993 en passant par les mêmes mers qui avaient presque coûté la vie quelques années auparavant.

Le couple est finalement arrivé au Chili, réalisant enfin un autre rêve: avoir plus d'enfants.

Mme Meffre souffrait d'un certain nombre de problèmes de santé qui l'empêchaient d'avoir d'autres enfants, mais en Amérique du Sud, ils adoptèrent deux jeunes orphelins - le premier Oscar et, quelques mois plus tard, un autre garçon appelé Fabian.

Loin des icebergs de l'Antarctique, les voyages de Meffres les ont conduits vers des destinations de vacances populaires comme l'île de Pâques (sur la photo), dans l'océan Pacifique.

Un monde loin de sa vie pauvre au Chili, Oscar se rapproche de près d'un pingouin tout en voyageant avec ses nouveaux parents

Quelques mois seulement après son adoption, Michele et Georges ont emmené Oscar (photo) en Antarctique. Quelques semaines plus tard, ils sont retournés au Chili où ils ont signé les papiers d'adoption de leur deuxième fils, Fabian.

Les Meffres ont apporté leurs deux nouveaux ajouts à la famille en France, avant de retourner en Tasmanie où ils les ont présentés à leurs frères et sœurs.

Après avoir parcouru le monde pendant plus de 25 ans, ils se sont finalement installés en Tasmanie en 1998.

Mme Meffre (photo) a récemment vendu son entreprise de tourisme et envisage de prendre sa retraite

Ces dernières années, Georges a de nouveau commencé à naviguer seul dans le monde, tandis que Mme Meffre est restée en Tasmanie et a créé une société de restauration spécialement pour les touristes français en Tasmanie.

Utilisant sa connaissance de la région et de sa langue maternelle, elle a accompagné des groupes lors d'excursions d'une journée et leur a offert des expériences rares.

Mais après avoir vendu son entreprise de tourisme ces derniers mois, Mme Meffre est maintenant décidée à prendre sa retraite.

Son fils aîné, Sébastien, dirige le département de géologie de l'Université de Tasmanie, tandis que sa fille Leila travaille à l'hôpital Royal Hobart.

Oscar vit toujours en Tasmanie, tandis que Fabian est depuis retourné en France pour travailler.

"Pour moi, nous ne planifions pas ce que nous faisons, mais lorsque nous faisons quelque chose, nous le faisons pleinement et mettons toute notre énergie dans ce que nous faisons et nous devons réussir", a déclaré Mme Meffre.

«Nous avons fait de l'aménagement paysager et nous avons bien travaillé. Ensuite, nous avons dû voyager et ce fut un grand succès.

«Mon conseil aux gens est de vivre ta vie. Fais quelque chose qui te passionne, même si c'est fou et que plus tard, tu sens que c'était peut-être un peu trop, c'est bon, tu en as tiré des leçons! '


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.