Une conversation avec Elizabeth Gabay, MW – Meilleures destinations pour des vacances en été€

Elizabeth Gabay en train de diriger une masterclass de roses slovaques au Danube Wine Challenge.

Photo gracieuseté d'Alice Santini à la conférence Women do Wine, Paris

Elizabeth Gabay, MW est l’une des toutes premières autorités mondiales en matière de vins rosés. Son récent livre, Rosé: Comprendre la révolution du vin rose, s'est rapidement imposé comme le guide ultime en la matière. Récemment, nous avons discuté avec Mme Gabay des tendances actuelles en matière de vin rosé.

JM: Les ventes de rosé sont en plein essor dans le monde entier. En France, ils représentent désormais environ un tiers des ventes de vin. Aux États-Unis, ils ont augmenté de plus de 40% par an, bien qu’à partir d’un faible niveau. Qu'est-ce qui motive la demande de vins rosés?

EG: Je ne suis pas sûr qu'il y ait une raison pour cette croissance de popularité. Au début, c'était peut-être parce que le rosé était commercialisé comme une simple boisson fraîche, qui symbolisait les vacances d'été, n'était pas prétentieux, etc. La couleur est également très photogénique en termes de marketing Instagram — pensez au rosé, aux couchers de soleil, à la mer, etc. , il semble étonnant que cela puisse conduire un secteur du marché de manière aussi dramatique – alors peut-être que ça tient aussi au vieillissement de la peau – cette image amusante et glamour est destinée à un marché jeune. L'emballage rosé est également extrêmement visuel.

Les prix vont faire la différence – alors que des régions classiques comme la Provence augmentent leurs prix et se lancent sur un marché plus sérieux, cela pourrait changer. Il est important de reconnaître qu'il existe deux rosés très différents: le vin au bord de la piscine et le rosé plus complexe. C’est ce dernier qui reste un produit de niche, qui est plus intéressant et qui se développe également, mais à un rythme plus lent.

JM: Quelle est exactement la définition d'un rosé? La plupart des gens pensent que le rosé est un vin rosé, de saumon ou de couleur claire. Mais le rosé peut être rouge foncé (Cerasuolo) presque clair (Chairetto). Qu'est-ce qui détermine si un vin est un rosé: couleur, arôme et profil aromatique, méthode de vinification ou une combinaison des trois? Un raisin rouge vinifié comme un vin blanc est-il techniquement un rosé?

EG: C'est la question la plus excitante. Si la couleur est la définition – les rosés pâles et rose d'eau de Provence – presque blanc de noir – sont-ils encore rosés? Ou comme tu le dis Cerasuolo, qui peut ressembler davantage à un rouge pâle? Finalement, j'ai décidé de définir le rosé par vinification. Un rosé est un vin qui ne termine pas la vinification sur les peaux. Le vin orange est un vin blanc qui termine la vinification sur les peaux. Même s'il a l'air rose saumon, ce n'est pas un rosé. La définition par couleur – et comme mentionné dans la réponse précédente – me semble faire partie de l'image marketing. Ce président a jugé un peu triste qu'il soit nécessaire de passer du rose plus foncé au pâle pour être concurrentiel sur le marché. J'ai également inclus dans le livre des rosés faits de vin blanc avec un faible pourcentage de vin rouge pour la couleur à la fois pour le vin tranquille et le vin mousseux.

JM: Le rosé a connu une révolution de la qualité au cours des dernières décennies. Qu'est-ce qui a motivé cette transformation?

EG: Dans les champs, récolter les raisins un peu plus tôt pour la fraîcheur et les récolter la nuit. Je me souviens de la récolte de rosé dans les années 1980 et du blocage de tracteurs chargés de raisins dans la chaleur du jour! Technologie dans la cave – l'équipement nécessaire pour gérer les raisins et la vinification à des températures fraîches, des levures qui fonctionnent à des températures fraîches, une protection contre l'oxygène. Quand j’ai interviewé les pionniers du rosé de la fabrication du rosé moderne, ils parlaient de gonflement en blocs de glace dans la cave pour garder les caves froides et de grandes quantités de SO2.

JM: La Provence et le Languedoc-Roussillon produisent plus de rosé que toute autre région du monde. Ces régions sont-elles les créatrices de tendance du rosé aujourd'hui? Est-ce l'héritage de Marcel Ott? Où les producteurs provençaux sont-ils classés?

EG: Je pense que la Provence était un pionnier, Marcel Ott en était un parmi beaucoup d'autres. Je pense que le Languedoc a commencé à faire des «vins du goût de la Provence», mais commence maintenant à tracer son propre chemin avec la production de rosés très intéressants. Gérard Bertrand avec sa nouvelle bouteille de 200 euros la bouteille de rosé montre le changement d'attitude à l'égard du rosé en Languedoc.

Je pense qu'en termes d'établissement de tendance – c'est là où je m'enthousiasme – c'est comme une explosion de créativité qui couve. Depuis 10 ans, les producteurs de rosés regardent la Provence, imitent la Provence, apprennent à faire du rosé de qualité et maintenant, il se passe tellement de choses. Ces rosés excitants ne figurent peut-être pas en première ligne de la rose commerciale, mais partout dans le monde, il existe des rosés qui ont l'air si dynamiques – il n'y a pas une seule région qui crée des tendances. Ce que je vois – jouer avec le chêne, l’amphore, la levure naturelle, la saignée, les temps de macération, la solera, la floraison, la fermentation en eau…. Aucun endroit ne montre la voie.

JM; Aux États-Unis, le rosé était associé à des vins «soda pop» trop sucrés. Qu'est-ce qui a changé ce paradigme? Est-ce l'influence des producteurs provençaux?

EG: Peut-être la perception que les vins secs sont moins caloriques? Les rosés de Provence sont secs, mais doux et mûrs, donc pas secs agressivement. Cependant, la tendance anti-sucrée, plus le rose et le sucré, a également eu un effet négatif sur les magnifiques rosés non secs d'Anjou.

JM: Votre livre, Rosé: comprendre la révolution du vin rose, s'est rapidement imposé comme le livre de référence sur le sujet. Qu'est-ce qui vous a motivé à écrire ce livre, à part votre éditeur?

EG: Je travaille avec les vins de Provence depuis les années 1980. Je connaissais donc bien la région (et adorais leurs vins rouges et blancs) et la montée du rosé m'a intriguée. Je travaille aussi beaucoup en Europe centrale et je me suis souvent retrouvé à défendre des régions et des variétés inconnues. Donc, je suppose que les deux tendances se sont combinées en regardant le rosé. Je savais que je ne voulais pas écrire un guide du consommateur des meilleurs rosés à boire maintenant. Je voulais essayer de comprendre d'où venait le rosé, comment évoluait-il, où allait-il. J'avais envisagé une deuxième édition – mais le secteur a connu une croissance si rapide qu'il a vraiment besoin d'un livre complètement nouveau.

JM: Quelle a été votre plus grande surprise en recherchant ce livre?

EG: Combien de régions ont une longue histoire de vin rosé.

Combien de styles différents il y avait. J'ai donné à chaque nouvelle région viticole trois jours pour la dégustation, car certains rosés étaient un peu un choc culturel – sombre, fruité, sec ou très minéral et austère – et je devais recalibrer mon palais lors de la dégustation. J'ai aussi essayé de comprendre d'où venait le vin et comment il s'inscrivait dans la culture gastronomique de la région. Le retsina rosé était un effort conscient pour rapprocher les styles de consommation. En Grèce, les hommes buvaient de la retsina mais pas du rosé et les femmes ne buvaient souvent que du rosé – une innovation tout à fait radicale pour faire une retsina rose.

Combien de préjugés y avait-il contre le rosé – il a fallu beaucoup de temps pour convaincre les producteurs et autres écrivains spécialisés dans le vin que je suis sérieux.

Et le plus grand choc de tous – ni moi ni mon mari n’étions de grands fans de rosé avant d’écrire le livre. Je les aime maintenant. Des rosés particulièrement funky.

JM: En règle générale, les rosés n'ont pas été vieillis longtemps. Cela semble changer avec l'émergence de vins rosés plus structurés et plus fortement extraits. Où va cette catégorie? Les rosés âgés (de 3 à 5 ans et plus) sont-ils une anomalie ou vont-ils devenir une partie importante de l’univers des rosés?

EG: Les vieux rosés sont un sujet intéressant.

Si je demande à goûter de vieux rosé des appellations de Provence, rien ne se présente 3 à 4 ans. En Provence, les vins de qualité sont encore considérés jeunes pour les 3 à 4 premières années et vont de mieux en mieux.

Avec un peu d’âge, les caractères secondaires des fruits – selon les variétés, les régions et la vinification – commencent à apparaître lentement. Les noix, les fruits secs et les oranges. Mon plus vieux rosé sucré était un Cabernet d'Anjou 1959, mon plus vieux sec était un Negroamaro de 1976. Tondonia vient de publier son 2009; alors oui, ils vieillissent!

Ils sont bons avec la nourriture et sont appréciés dans le commerce et par les amateurs de vin expérimentés. Le marché de masse n’est pas intéressé, cependant, il reste concentré sur les vins jeunes.

JM: Outre la Provence, quelles sont les trois principales régions productrices de rosés dans le monde aujourd'hui? Selon vous, quelle nouvelle région offre les meilleures perspectives de production de rosé de qualité?

EG: difficile….

L'Autriche – comme tous ses vins – d'excellente qualité et certaines innovations sérieusement intéressantes.

Languedoc — IGP d’Oc a des styles très novateurs.

La Grèce a besoin de goûter davantage, mais a été très impressionnée par les rosés élaborés à partir de variétés locales.

Aussi, peut-être dans quelques années….

L'Italie et l'Espagne – il se passe ici des choses intéressantes et novatrices – pas une seule région – mais des choses intéressantes.

L'Australie – lentement – mais quelques rosés intéressants apparaissent – mais ils peuvent être difficiles à retenir.

JM: Où sont les meilleures valeurs de rosé trouvées aujourd'hui?

EG: L'Italie et l'Espagne ont toujours un très bon rapport qualité-prix, mais valent également la peine d'être examinées en Europe centrale. Des pays comme la Roumanie produisent de plus en plus de rosés.

JM: Si vous ne pouviez choisir qu'un seul producteur, quelle serait la dernière bouteille de rosé que vous boiriez?

EG: Un seul… J'aime Lopez de Heredia Tondonia rosé – complexe et charmant – coche toutes les cases. Le millésime 2009 en cours de publication.

JM: Merci.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.