Une algue puante menace les plages immaculées du Mexique – Bonnes destinations pour les grandes vacances€

Tulum (Mexique) (AFP)

Tulum est le genre de plage dont les rêves de vacances sont faits: eau turquoise, sable blanc et une ancienne pyramide maya surplombant la ville.

Mais un visiteur importun a envahi ce paradis caribéen: Sargassum, une algue épaisse qui a rendu l'eau cristalline brune, a rempli l'air d'une odeur d'œuf pourri et s'est échouée sur la plage en piles énormes.

C’est une journée presque parfaite pour les cartes postales sur la plage tropicale de la côte sud-est du Mexique. Mais presque personne ne se baigne dans l'eau et peu de gens se détendent sur le sable.

Mis à part les quelques-uns qui sont prêts à parcourir 50 mètres pour atteindre l’eau limpide au-delà des algues, les touristes se sont généralement réfugiés dans les piscines de leurs hôtels.

"Je n'avais aucune idée de la gravité de la situation", a déclaré Chase Gladden, un dirigeant d'entreprise américain de San Francisco, alors qu'il marchait le long d'un tapis de Sargassum de 10 mètres de large qui s'étendait à perte de vue.

"Et s'ils ne l'enlèvent pas, ça commence à sentir – ça sent vraiment mauvais. J'imagine que le tourisme serait un coup dur si les gens ne veulent pas venir ici parce qu'ils ne veulent pas pour traiter autant d’algues ", a-t-il déclaré à l'AFP.

Livia Vendramini, une touriste âgée de 26 ans de Sao Paulo au Brésil, dit que ses vacances sont devenues "très tristes".

"Nous sommes venus ici pour une mer bleue et cristalline", dit-elle.

Elle et les deux amis qui voyageaient avec elle ont abandonné leur hôtel d'origine, à Playa del Carmen, à cause des algues qui s'y trouvaient.

Mais la situation n’est guère meilleure à Tulum, à 65 km au sud. Ils ont donc décidé de louer un bateau privé pour les emmener sur une autre plage qui a été épargnée par l'invasion des algues.

– 'catastrophe écologique et économique' –

Une fois qu'il atteint la côte, le sargasse commence à se décomposer, aspirant l'oxygène de l'eau et coupant la lumière du soleil pour la vie marine en dessous.

Il dévaste l'écosystème qui donne aux Caraïbes sa couleur turquoise caractéristique. Et les scientifiques ne savent pas si les dégâts peuvent être inversés.

"Cela pourrait se transformer en une catastrophe écologique et économique", a déclaré Marta Garcia, scientifique espagnole à l'Institut des sciences de la mer de la plus grande université du Mexique, l'UNAM.

Le Mexique n'est pas seul: d'autres endroits dans les Caraïbes ont également été envahis par Sargassum, notamment la Barbade, la Guadeloupe et Bonaire.

Moody's a averti cette semaine que le phénomène pèserait lourdement sur l’économie du tourisme, affectant les revenus des hôtels, des aéroports et du gouvernement.

Le nombre d'arrivées de passagers à Cancun, le deuxième aéroport du Mexique, a enregistré une baisse de 1,8% entre janvier et avril par rapport à l'année précédente, a-t-il ajouté.

Les marins connaissent depuis longtemps une "mer de Sargasse" dans l'Atlantique Nord, au large des côtes des États-Unis. Mais les chercheurs disent que cette algue provient d'une nouvelle mer de Sargasse située dans le sud de l'Atlantique, entre l'Amérique du Sud et l'Afrique, qui avait été détectée pour la première fois en 2011.

Les scientifiques pensent qu'il est alimenté par le réchauffement climatique, la déforestation et les eaux de ruissellement pleines d'eaux usées, de déchets agricoles et d'autres éléments nutritifs.

"Elle contient plus d'éléments nutritifs que la mer des Sargasses d'origine", a déclaré Brigitta Van Tussenbroek, chercheuse néerlandaise à l'UNAM.

"Tout cela est créé par les humains. Ce n'est pas quelque chose de naturel."

– Pelles, bateaux, ingéniosité –

Sargasso est malheureusement "là pour rester", déclare Carlos Gosselin, architecte et hôtelier à Puerto Morelos, à 100 km au nord de Tulum.

Il dirige le protocole de Puerto Morelos, un groupe d'experts et de professionnels du tourisme qui tentent de lutter contre l'invasion d'algues sur la précieuse "Riviera maya" du Mexique.

Selon le groupe, la première vague de Sargassum est arrivée ici en 2015. Le problème a explosé en 2018, lorsque 24 millions de mètres cubes de déchets ont été emportés à terre – suffisamment pour déposer un tapis d'algues d'un mètre d'épaisseur couvrant 3 000 terrains de football.

Puerto Morelos a installé des filets spéciaux pour empêcher Sargassum d’atteindre la plage, même s’ils ne sont pas efficaces à 100%. Il utilise également un bateau pour ramasser les algues.

Grâce à ces mesures, 13 des 18 kilomètres de plage de la ville ont été épargnés, selon Gosselin.

"Puerto Morelos est devenu un laboratoire pour tester ce qui fonctionne ou non", dit-il.

Entre-temps, plusieurs entrepreneurs ont imaginé des utilisations créatives des algues, fabriquant des chaussures, des livres et même des maisons.

D'autres résidents s'attaquent au problème à l'ancienne, nettoyant la plage tous les matins avec des pelles et des râteaux.

"Nous n'avons pas le choix. Nous devons agir pour que les touristes continuent à venir", déclare Arlette Escudero, 34 ans, son râteau à la main.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.