Un phare en Bretagne – Bonnes destinations pour les grandes vacances€

Faire la lumière sur le passé marin de la Bretagne

La ville principale de Brest, dans le département du Finistère, se situe à l’extrême ouest de la région – ou World’s End, en breton – et c’est là que se ressentent les profondes relations de la Bretagne avec le littoral, qui l’entoure de deux frontières.

Depuis l’empire romain, c’est un port d’importance militaire et, même si Brest ne se serait jamais décrite comme une jolie ville, après avoir été entièrement reconstruite après la Seconde Guerre mondiale, elle la compense largement par son caractère. Comme la ville elle-même, le musée des Beaux-Arts a été pratiquement détruit lors d'attaques à la bombe, mais la collection a depuis été reconstruite pour inclure plus de 300 œuvres d'art baroque, notamment Judith et Holopherne de Guerchin.

Brest, vu ici la nuit, a été reconstruit après avoir été détruit lors des raids de bombardement de la Seconde Guerre mondiale. Photo: Yannick Le Gal

En explorant la ville, vous ne manquerez pas d’apprécier son patrimoine naval, ce qui en fait un lieu idéal pour explorer le littoral de Brest Terres Océanes, ainsi que ses monuments les plus importants, les phares. Impressionnantes et majestueuses, pour le moins qu'on puisse dire, ces structures solitaires, souvent placées sur un éperon rocheux, sont des symboles imposants de la relation turbulente de la région avec la mer. Vous pouvez gravir les 365 marches qui mènent au sommet du plus haut phare d'Europe à l'Île Vierge, tandis qu'à la pointe Saint-Mathieu, le phare se bousculera pour que les ruines médiévales de l'Abbaye de Saint-Mathieu se détachent sur son versant escarpé – le point le plus à l'ouest France métropolitaine – avec vue sur l’Atlantique et la baie de Brest.

Le phare de Plouzané Photo: Emmanuel Berthier

Les phares, dont beaucoup datent du 19ème siècle, ont été mis au goût du jour avec l'introduction d'une nouvelle application de réalité augmentée qui vous permet d'explorer 19 phares le long d'un sentier désigné. Parmi ceux-ci figurent le Phare de Trézien, situé à l’intérieur des terres, à 500 m du rivage, ainsi que le phare le plus ancien de Bretagne, le Phare du Stiff. Plus au sud du département se trouve la préfecture du Finistère, qui sert une tranche traditionnelle de la vie bretonne.

Les rues médiévales de Quimper surplombées par la cathédrale. Photo: Yannick Le Gal

Les imposantes tours jumelles de la cathédrale Saint-Corentin définissent le décor de la ville historique de Quimper, dont les rues médiévales dégagent une impression distinctement celtique. Avec des noms comme rue Kéréon, place au Beurre et rue des Boucheries, vous aurez une idée de certains des métiers traditionnels qui ont vu cette ville prospérer. Il n’ya pas de meilleur endroit pour s’arrêter et savourer une galette bretonne traditionnelle que dans l’une des nombreuses crêperies des charmantes rues de la ville, accompagnées bien sûr d’un pichet de cidre.

Largement connues comme le cœur culturel de la Bretagne, les rues de Quimper s'animent chaque juillet au Festival de Cornouaille, qui célèbre chaque année les racines celtiques de la Bretagne depuis 1923. Attendez-vous à une tenue traditionnelle, à des spectacles de bagadoù et à des danseurs, spectaculaire grand dimanche défilé pendant le festival d'une semaine.

Les flèches jumelles de la cathédrale Saint-Corentin à Quimper. Photo: Yannick Le Gal

Ils sont venus, ils ont vu, ils ont été conquis

Pontivy n’est peut-être pas le choix évident pour une destination dans un département comptant de belles îles jolies au large de son littoral, ainsi que les plus grands monuments mégalithiques du monde. Mais ce bourg situé au nord du Morbihan a une histoire d'hommes qui arrivent et qui laissent leur marque – et cela se voit. C’est le siège familial de la famille des Rohan après leur arrivée dans la petite commune de la Blavet au XIIe siècle.

Pontivy peut retracer son histoire à 685 après JC. Photo: Simon Bourcier

L’impressionnant château de la ville a été construit 200 ans après leur arrivée et a connu son lot de turbulences au cours des années qui ont suivi. Aujourd'hui, il est ouvert aux visiteurs et accueille régulièrement des expositions et des expositions.

Mais ce n'est que 600 ans avant les Rohan que Pontivy a été fondée par un moine anglais nommé Ivy qui, selon la légende, aurait donné son nom à la commune. Il arriva en 685 au bord de la rivière Blavet et y construisit un pont, laissant ensuite derrière lui le pont d’Ivy.

Une vue sur la rivière dans la pittoresque Pontivy. Photo: Yannick Le Gal

La position stratégique de la ville sur le fleuve l'a de nouveau attirée l'attention d'un autre homme puissant, Napoléon, qui a étendu la commune de manière significative, conformément à sa vision de créer un centre commercial en temps de paix et un centre militaire intégré en temps de guerre. Cela a vu la ville renommée à deux reprises Napoléonville, avant de revenir à ses origines médiévales après la chute de Napoléon III. Les plans de construction de la ville par Napoléon ont laissé une commune de deux moitiés distinctes: la vieille ville médiévale avec ses bâtiments à colombages et son magnifique château; et la nouvelle ville impériale, avec ses avenues rectilignes et rectilignes modelées autour de la place Aristide Briand. Ce sentiment de double identité se retrouve jusque dans les panneaux routiers de la ville, bilingues depuis 2004, qui présentent le français et le breton.

Il serait faux de visiter le Morbihan sans explorer l'une des nombreuses îles dispersées au large des côtes. En effet, un vieux dicton des marins bretons était que celui qui voit Groix voit sa joie. L'île de Groix ne fait que neuf kilomètres carrés et sa tranquillité est ce qui la distingue. Les maisons colorées du port principal de Port Tudy donnent sur des bateaux de plaisance amarrés à côté. Vous n’avez pas besoin d’une voiture à explorer, mais si le cyclisme ne vous convient pas, vous pouvez toujours louer un vélo électrique.

L’île de Groix. Photo: Xavier Dubois

MARCHE SUR LES PAS D'UN AGENT DES DOUANES

Cette profonde affinité avec la mer n’est pas propre au littoral occidental de la Bretagne. La commune côtière du nord de Saint-Brieuc apporte tout ce qui est beau sur terre et en mer dans cette région et en fait une. Niché au cœur de la baie de Saint-Brieuc, vous découvrirez de gracieux édifices à colombages du XVe siècle, surplombant les rues étroites de la vieille ville, une cathédrale inhabituelle qui renferme plus de un lieu de culte et plus de restaurateurs indépendants proposant des plats locaux que vous ne pourriez espérer dîner en une seule visite.

Marché de Saint-Brieuc. Photo: Jacqueline Piriou

Le Sentier des Douaniers emmène les promeneurs le long de la côte en admirant la vue sur les dunes et la baie, ainsi que sur le paysage vallonné qui entoure la commune. À marée basse, vous pouvez marcher 7 km dans la baie, qui regorge de faune.

Marcher sur le sentier de la baie de Saint-Brieuc. Photo: Emmanuel Berthier

LE MONDE EST TON COQUILLAGE

Cancale, un charmant village de pêcheurs réputé pour ses huîtres, se trouve à quelques minutes à pied des remparts de Saint-Malo. Chaque année, plus de 15 000 tonnes sont cultivées ici, rendant incontournable une visite à Cancale pour tout amateur de coquillages.

Le charmant village de pêcheurs de Cancale. Photo: Alexandre Lamoureux

Il y a beaucoup de restaurants dans le petit village offrant des huîtres aussi fraîches qu’elles viennent; ou bien, vous pouvez vous inscrire dans la cuisine du chef à la retraite Olivier Roellinger, trois étoiles au Guide Michelin, pour un cours de cuisine. La Ferme Marine vous offre la chance d'apprendre comment sont produites les huîtres et de voir une famille travailler dans la baie. Même si les huîtres ne vous intéressent pas, cela en fait une visite fascinante.

Rennes historique. Photo: Yannick Le Gal

Si l’attachement de la Bretagne à la mer et à son héritage agricole est indéniable, il ne s’agit nullement d’une région de marais endormi. Et une visite de la capitale universitaire et de la capitale rennaise en plein essor ne laissera aucun doute sur le fait qu’il s’agit d’une région très avant-gardiste: c’est une des premières villes de France à disposer de sa propre chaîne de télévision!

Une grande partie de la vieille ville a été presque entièrement détruite par un incendie en 1720, bien que de nombreux exemples d'architecture médiévale puissent encore être trouvés. Mais ce sont peut-être certains des développements conçus depuis cette période qui attirent le plus l'attention. Prenez l’impressionnant Hôtel de Ville, ou Piscine Saint-Georges, de magnifiques piscines publiques ouvertes dans les années 1920 et ornées de mosaïques italiennes créées par la famille Odorico. Ou le jardin du Thabor, aménagé par Denis et Eugène Bühler, abritant quelque 3 000 espèces de plantes. Le Marché des Lices de la ville, le samedi matin, est réputé pour être l’un des meilleurs de France. Lors d'un séjour à Rennes, vous profiterez du meilleur de la Bretagne, et même de quelques-uns.

Magazine France Today

Le magnifique hôtel de ville de Rennes illuminé la nuit. Photo: Jacqueline Piriou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.