Le Pakistan et l'Inde achètent après les rares pourparlers de l'ONU avec le Cachemire | Pakistan Nouvelles – Idées vacances d’été €

Nations Unies – Des envoyés de voisins dotés de l'arme nucléaire, l'Inde et le Pakistan, ont échangé des barbes à l'extérieur de la salle du Conseil de sécurité des Nations Unies, après s'être réunis à huis clos pour de rares entretiens sur la région contestée du Cachemire.

La réunion de vendredi a eu lieu alors que le Cachemire sous administration indienne restait sous un bouclier militaire pendant une douzième journée consécutive à la suite de la décision très controversée du gouvernement nationaliste hindou de New Delhi de révoquer le statut spécial accordé à l'État à majorité musulmane dans la constitution indienne.

Les membres du Conseil se sont réunis pendant 90 minutes au milieu de tensions exacerbées dans la région contestée de l'Himalaya, qui constitue depuis longtemps un moment fort entre l'Inde et le Pakistan. Les deux pays, qui revendiquent tous les deux le Cachemire mais le gouvernent en partie, ont mené deux de leurs trois guerres. le territoire contesté. L'Inde lutte également contre une rébellion de trois décennies au Jammu-et-Cachemire qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes.

Le Pakistan a demandé à la réunion du Conseil de sécurité par lettre du 13 août, à la demande de son membre permanent, la Chine.

Oscar Fernandez-Taranco, secrétaire général adjoint de l'ONU pour le soutien à la consolidation de la paix, et Carlos Humberto Loitey, conseiller militaire des Nations Unies pour les opérations de maintien de la paix, ont informé le groupe des 15 pays de la région.

Après la session, Maleeha Lodhi, ambassadeur du Pakistan auprès de l'ONU, a déclaré que la première réunion du conseil sur le Cachemire depuis plus de 50 ans n'était qu'un "premier pas" pour que Islamabad soutienne le peuple du Cachemire.

"Cette réunion annule l'affirmation de l'Inde selon laquelle le Jammu-et-Cachemire est une affaire interne à l'Inde. Aujourd'hui, le monde entier discute de l'Etat occupé et de la situation dans ce pays", a-t-elle déclaré à la presse.

"Les habitants du Jammu-et-Cachemire peuvent être enfermés, leur voix peut ne pas être entendue dans leur propre maison ou leur propre pays, mais leur voix a été entendue aujourd'hui aux Nations Unies et leur voix sera toujours entendue parce que le Pakistan restera toujours à ses côtés leur."

Quelques minutes plus tard, Syed Akbaruddin, ambassadeur de l'Inde auprès des Nations Unies, a déclaré aux journalistes que le Cachemire était une "affaire interne" pour l'Inde et qu'il "levait progressivement toutes les restrictions" qui avaient récemment été imposées à la région alors qu'elle "tend à retrouver la normalité".

"Ce qui est particulièrement inquiétant, c'est qu'un État utilise la terminologie du djihad contre les violences en Inde et encourage la violence, y compris par les dirigeants", a déclaré Akbaruddin sans identifier le pays par son nom.

"Nous sommes attristés par le fait que le terrorisme est en train de s’alimenter et que le langage et les discours incendiaires sur le djihad soient mentionnés par des personnes qui devraient en savoir plus."

SC 'sérieusement concerné'

Pour sa part, l'ambassadeur de Chine à l'ONU, Zhang Jun, a déclaré aux journalistes que les membres du conseil étaient "sérieusement préoccupés" par la crise du Cachemire et que ni l'Inde ni le Pakistan ne devaient provoquer une situation "déjà très tendue et très dangereuse".

Ces pays devraient "rejeter la mentalité de jeu à somme nulle" dans la région, a-t-il ajouté.

Dmitry Polyanskiy, envoyé de la Russie à l'ONU, a déclaré que Moscou était préoccupé par la crise, mais a ajouté qu'il s'agissait d'une "question bilatérale" qu'il convenait de régler directement entre New Delhi et Islamabad.

La dynamique de la salle du conseil était censée être guidée par des relations de longue date. Les États-Unis soutiennent traditionnellement l'Inde et la Chine pakistanaises, tandis que de nombreux membres du conseil ont des relations étroites avec les deux pays.

Kumi Naidoo, secrétaire général du groupe de défense des droits de l'homme Amnesty International, a déclaré dans un communiqué que les membres du Conseil de sécurité devaient protéger les droits fondamentaux des citoyens du Cachemire.

"Les actions du gouvernement indien ont bouleversé la vie des citoyens ordinaires, les soumettant à des souffrances et à une détresse inutiles en plus des années de violations des droits humains qu'ils ont déjà subies", a déclaré vendredi Naidoo.

"Les habitants du Jammu-et-Cachemire ne doivent pas être traités comme des pions dans une crise politique, et la communauté internationale doit s'unir pour demander le respect de leurs droits fondamentaux."

Les tensions restent fortes au Cachemire

À la réunion du conseil, les tensions sont demeurées fortes dans la région controversée du Cachemire.

Plus tôt vendredi, l'armée pakistanaise a fait état de nouveaux échanges de tirs à travers la ligne de contrôle fortement militarisée divisant le Cachemire administré par le Pakistan et l'Inde. Un soldat pakistanais a été tué, ce qui porte à six le nombre de morts en moins de 24 heures.

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté le Pakistan et l'Inde à s'abstenir de toute mesure susceptible de déstabiliser le Cachemire administré par l'Inde, tout en se déclarant préoccupé par les informations faisant état de restrictions dans ce pays.

Le 5 août, le gouvernement nationaliste hindou indien a révoqué l'article 370 de la Constitution et mis fin à une autonomie ancestrale dont jouissait le Jammu-et-Cachemire, y compris le pouvoir de légiférer dans tous les domaines autres que la défense, les communications et les affaires étrangères.

Avant le déménagement, New Delhi a envoyé des milliers de soldats supplémentaires dans la région litigieuse, imposé un couvre-feu, interdit les rassemblements publics, mis fin aux lignes téléphoniques et à Internet et arrêté les dirigeants politiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.