La Nouvelle-Zélande est inscrite sur la carte mondiale des lieux souffrant de surtourisme – Bonnes destinations pour les grandes vacances€

Waitangi et les bassins de sirènes de Matapōuri figurent parmi les 98 destinations indiquées sur une nouvelle carte mondiale des lieux souffrant de surtourisme.

Le surtourisme est un mot à la mode de notre époque, en grande partie grâce au fait que les voyages sont plus abordables – et le monde plus accessible – que jamais.

Comme le savent tous ceux qui ont visité cet arbre de Wanaka, Hot Water Beach, Queenstown, Rotorua ou d’autres innombrables points chauds du tourisme autour de la Nouvelle-Zélande, nos propres îles des Foires en ressentent les tensions. Par conséquent, le gouvernement prévoit d'instaurer une taxe internationale de conservation et de tourisme de 35 $ le 1er juillet afin de contribuer au financement de nouvelles infrastructures et à la protection de l'environnement.

BROOK SABIN

Les piscines de la sirène de Matapouri ont officiellement été fermées au public en avril, après que les touristes eurent laissé des ordures et que l'on découvrit qu'ils avaient été endommagés par de l'urine et de la crème solaire.

Selon une nouvelle étude de l'agence de voyages britannique Responsible Travel, le surfourisme est un problème sur six des sept continents et, compte tenu de la popularité croissante des voyages en Antarctique, ce n'est sûrement qu'une question de temps avant que les sept ne soient touchés.

LIRE LA SUITE:
* Les piscines de la sirène de Matapouri pourraient être fermées pour aider à réparer les dommages causés par les visiteurs
* Il est temps de lancer la liste de seau
* Pays comptant le plus grand nombre de touristes par habitant: Destinations victimes d'un "surtourisme"

L’agence de tourisme s’est appuyée sur des reportages de surfacteurs du monde entier pour tenter de mieux comprendre l’ampleur du problème.

"Ce que nous avons constaté est stupéfiant – des rapports de 98 destinations dans 63 pays sur des endroits qui souffrent de surtourisme", a déclaré la société.

La recherche a été compilée sur une carte interactive indiquant les destinations parfois surprenantes qui doivent faire face à un grand nombre de touristes.

Waitangi et Te Wai o Te Taniwha, également connues sous le nom de piscines de la sirène de Matapouri, sont les deux seuls endroits de la Nouvelle-Zélande indiqués sur la carte mais, comme le savent la plupart des habitants et des visiteurs kiwis, ils sont loin d'être les seuls endroits à Aotearoa qui reçoivent plus de visiteurs qu'ils ne peuvent en gérer. Les piscines de sirènes ont été officiellement fermées au public en avril et iwi a mis en place un rāhui tapu après avoir découvert que celui-ci avait été endommagé par de l'urine et de la crème solaire.

En Australie, Byron Bay et Uluru ont été bloqués, tandis que d’autres destinations du Pacifique ont été marquées, notamment Hawaii et l’île de Pâques.

En Asie, Bali et l'île de Komodo en Indonésie, El Nido et Boracay aux Philippines, Kyoto au Japon, l'île de Jeju en Corée du Sud, la baie d'Ha Long au Vietnam, la baie de Maya en Thaïlande, Bagan au Myanmar et Angkor Wat au Cambodge figuraient parmi les destinations. a souligné.

VOYAGE RESPONSABLE

La carte montre l’ampleur du surfourisme.

Responsible Travel note que la carte ne révèle que "la partie émergée de l'iceberg", soulignant que le surfourisme dans de nombreux endroits est sous-déclaré, voire inexistant.

Le PDG de Responsible Travel, Justin Francis, a déclaré que beaucoup avaient la fausse impression que le surfourisme était limité à certains endroits en Europe et que cela pouvait être contrôlé grâce à une meilleure gestion des visiteurs.

"[W]Avec les prévisions d’une croissance de 30% du nombre de touristes au cours des 10 prochaines années, il est difficile de ne pas conclure que nous, touristes et résidents, sommes confrontés à une crise ", a-t-il déclaré à The Telegraph.

ALDEN WILLIAMS / STUFF

Waitangi figure depuis longtemps sur la liste des visites incontournables.

L'année dernière, le nombre d'arrivées de touristes internationaux dans le monde a atteint 1,4 milliard, soit deux ans plus tôt que prévu, selon l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies. La France, le pays le plus populaire au monde, attend un nombre record de 100 millions de visiteurs par an d’ici 2020 et les destinations de Rome à Reykjavik, de Goa aux Galapagos et de Boracay à Bali s’épuisent sous le poids de trop de touristes.

En Nouvelle-Zélande, nous recevons maintenant près de 4 millions de visiteurs par an, soit quatre fois plus qu'en 1990 et, selon Tourism New Zealand, environ 80 millions de personnes envisagent activement de passer des vacances en Nouvelle-Zélande.

Que pensez-vous de la lutte contre le surtourisme? Partagez vos idées dans les commentaires.

123RF

En Thaïlande, la baie de Maya, rendue célèbre par le film 2000 "The Beach", restera fermée aux visiteurs jusqu'à la mi-2021 en raison de l'excès de tourisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.