JKIA et la SGR ralentissent le tourisme – Choisir vos vacances pour Juillet et Aout€

La mauvaise gestion du trafic à l'aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) et aux services de fret du Standard Gauge Railway (SGR) nuit au tourisme à Nairobi et à Mombasa, selon les acteurs du secteur.

La principale préoccupation de JKIA concerne les zones de sortie et d’entrée pour les touristes internationaux qui seraient mal pourvus en personnel.

Il existe 16 points d'entrée et deux sorties qui s'avèrent fastidieux pour les touristes quittant le pays, ce qui, selon les responsables du secteur, est susceptible d'influencer leur décision lorsqu'ils envisagent de revenir dans le pays.

Hier, la Fédération du tourisme du Kenya (KTF) a appelé à la rationalisation du système d’entrée et de sortie du système international, qui gère plus de 70% des arrivées par voie aérienne.

Selon les données de l’Institut de recherche sur le tourisme (TRI), entre le mois de juin et le mois de juin, le nombre total d’arrivées à la JKIA s’élevait à 633 731, les États-Unis étant la principale source de marché sur le marché international avec 110 668 touristes.

Le nombre total de visiteurs internationaux par tous les points d'entrée au premier semestre de 2019 s'est élevé à 921 090, soit une légère baisse par rapport à 927 797 pour la même période en 2018.

«Nous obtenons le trafic, les gens réservent au Kenya, nous devons donc être prêts pour eux. Vous ne pouvez pas avoir seize entrées et seulement deux sorties. C'est un grand défi à relever », a déclaré le président de la KTF, Mohammed Hersi, au téléphone.

Les autres marchés internationaux clés comprennent le Royaume-Uni, l'Inde, la Chine, la France, l'Allemagne et l'Italie. Il existe également un nombre considérable de trafics en provenance de régions d’Afrique, principalement d’Afrique du Sud et du Nigéria.

JKIA a également été sur place en raison de la médiocrité de ses installations et de ses baies d’attente encombrées.

Jeudi dernier, le directeur de Kenya Airways, Sebastian Mikosz, a déclaré que, malgré la fierté du pays d’être un centre régional de l’aviation, JKIA reste en deçà des normes internationales.

"Je ne comprends pas pourquoi les gens sont à l'aise avec le statut actuel de JKIA", a déclaré Mikosz dans un entretien exclusif avec le Star.

À Mombasa, le transport de marchandises par SGR a touché de lourdes entreprises de fret et de transport en commun, ce qui a eu des effets dévastateurs sur l’industrie hôtelière et touristique locale.

Au moins 20 stations de fret de conteneurs (CFS) ferment leurs portes, en particulier avec les pressions du gouvernement pour une évacuation obligatoire du fret à destination de Nairobi via la SGR. Au moins 3 500 personnes ont perdu leur emploi.

L’Association kenyane des hôteliers et traiteurs (KAHC) a déclaré que le nombre de touristes d’affaires régionaux qui affluaient à Mombasa pour les affaires liées au port a diminué.

Selon Sam Ikwaye, cadre supérieur de la KAHC, 60% des visiteurs de Mombasa en provenance de l’intérieur du pays et de la région exercent des activités liées au port.

La majorité vient d'Ouganda, du Rwanda, du Burundi et de la RD Congo qui ont afflué dans la ville côtière pour le dédouanement et la collecte des marchandises.

Le Kenya a reçu 103 177 visiteurs de l’Ouganda entre janvier et juin, ce qui en fait la deuxième source de tourisme après les États-Unis.

Au cours de la période, le trafic en provenance de la Tanzanie, qui était la troisième source en importance, a diminué de 14%, passant de 107 411 à 92 340, contre 92 411 l'an dernier. Les visiteurs rwandais étaient 18 553, le Burundi (13 577) et la RD Congo (10 438).

"Si les visiteurs de l'Ouganda, de la Tanzanie et du Rwanda ne viennent pas à Mombasa pour des problèmes liés au port, de nombreuses entreprises, y compris les hôtels et les logements, seront affectées, cela se fait déjà sentir maintenant", a déclaré Ikwaye.

Il a dit que la SGR déplaçant tout à Nairobi, les entreprises liées au tourisme ralentissent.

Par ailleurs, les acteurs du secteur souhaitent que l’autoroute Mombasa-Malindi soit élargie afin de faciliter le trafic et de garantir la sécurité du déplacement des touristes en route pour Malindi qui atterrissent à l’aéroport international de Moi (MIA) à Mombasa, situé à environ 115 km.

«À long terme, nous voulons que l'aéroport de Malindi soit trié (agrandi) pour permettre les vols internationaux directs», a déclaré Hersi.

Les deux organismes fédérateurs du tourisme et de l’hôtellerie sont toutefois optimistes quant à la bonne performance du secteur en raison de la stabilité politique et de campagnes de marketing agressives, principalement sur les produits de plage et de safari du pays.

Les hôtels de Mombasa et de Diani (destinations de plage) sont actuellement réservés en moyenne à 70%, soit une légère baisse par rapport aux 80-100% enregistrés pendant les vacances d'août.

«Nous espérons qu'après octobre et les longues vacances de décembre, nous allons être à nouveau occupés», a déclaré Ikwaye.

KTF a prévu une croissance globale de 20% en nombre cette année par rapport au chiffre record de 2 025 206 publié en 2018, première fois que le Kenya atteignait la barre des deux millions.

Cela devrait être stimulé par la croissance du secteur de l'aviation régionale, qui a vu l'entrée de Uganda Airlines le mois dernier.

«Nous sommes très optimistes et optimistes. Les réservations s'annoncent bonnes jusqu'en février de l'année prochaine », a déclaré Hersi.

Tourisme Le CS Najib Balala avait prévu le mois dernier une croissance de 10%, portant le nombre d'arrivées prévu de cette année à environ 2,2 millions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *