Inside Criteria Recording Studio, un repère de la musique à Miami, en Floride – Choisissez vos vacances au soleil€

Les Bee Gees se tiennent devant les Criteria Studios à North Miami Beach en 1978 avec une Cadillac en platine offerte par le producteur Robert Stigwood. De gauche à droite: Robin, Barry et Maurice Gibb et le propriétaire de Criteria, Mack Emerman. Les Bee Gees enregistraient ce qui allait devenir leur album de 1979, «Spirits Having Flown» en studio. Cet album atteindrait le n ° 1 et sortirait trois singles n ° 1 consécutifs commençant par «Too Much Heaven» en 1978 et suivi par «Tragedy» et «Love You Inside Out» en 1979. L'ingénieur Dennis Hetzendorfer, qui a participé à l'enregistrement de Cet album de Criteria a appelé cette dernière chanson sa production préférée de Bee Gees.
    
    
        
        
            Fichier du Miami Herald

Quelques mois avant que Mack Emerman ouvre le Criteria Recording Studio, situé dans Biscayne Boulevard, dans un quartier d’entrepôts de North Miami-Dade, un écrivain s’est aventuré dans une chronique du Miami Herald datée du 2 février 1958: «Je ne pense pas qu’Emerman devienne riche. Mais il mérite des éloges pour avoir offert aux jeunes musiciens de la région une chance de s’adresser à un public plus large. "

À l'époque, Emerman exploitait Criteria Recording Co., une étiquette qui donnait aux artistes de jazz de Miami un lieu de se faire entendre.

«J’ai entendu beaucoup de musiciens se plaindre que Miami est l’une des villes les plus difficiles pour un musicien de jazz. La seule façon de manger consiste à mettre des manches à volants et à jouer du cha-cha-cha sur Collins Avenue », a déclaré l'auteur.

En 1958, Emerman transforma sa Criteria Recording Co. en un or musical international.

Un article de Miami Herald du 2 février 1958 sur Mack Emerman. C'est l'année où il ouvre ses célèbres studios Criteria à North Miami Beach. Bien qu’il ait changé de propriétaire au fil des ans et qu’il se soit modernisé pour adopter la technologie numérique la plus récente, Criteria est toujours là et réservé environ 61 ans plus tard.
                    
                    
                        
                        
                            Fichier du Miami Herald

Criteria Studio est le lieu de naissance du «Spanish Harlem» d’Aretha Franklin. L’Hôtel California des Eagles a été construit, note par note, dans ce studio de North Miami. «Jive Talkin» des Bee Gees a trouvé son rythme lorsqu’il a traversé la chaussée en direction de Criteria.

"C'était l'endroit, le studio le plus performant", a déclaré Emilio Estefan. “À cause des Bee Gees et de Julio Iglesias, il est devenu si célèbre. Tout le monde enregistrait à cet endroit. Les critères ont pris au prochain niveau. Surtout pour le son latino. "

Gloria et Emilio Estefan, vers 1985, posant avec un panneau de signalisation Southwest 10th Terrace, après le changement de nom de la rue: Miami Sound Machine Blvd. Certains des succès de Miami Sound Machine et de Gloria Estefan ont été enregistrés aux studios Criteria, notamment l’album «Let It Loose» et son single «Anything for You», numéro 1 en 1987.
                    
                    
                        
                            Entreprises Estefan
                        
                        
                            Fichier du Miami Herald Photo

Les critères ont construit un héritage, a déclaré Estefan. Il a depuis construit son propre studio sur Bird Road, à Miami-Dade, où des artistes internationaux comme Jennifer Lopez, Ricky Martin et Gloria Estefan enregistrent aujourd'hui.

Mais Criteria occupe toujours une place particulière pour Estefan. «C'était comme être dans un hôtel célèbre», a déclaré Estefan, 66 ans.

Lorsque Emily Estefan, fille compositrice-compositrice-interprète de Gloria et Emilio, a voulu apprendre ses techniques de studio d’enregistrement, papa lui a suggéré de faire son stage à Criteria – et non dans le studio entièrement équipé de la famille.

Les critères sont toutefois toujours d'actualité et réservés au cours de sa septième décennie si son compte Instagram actif est un indicateur.

Le hit «Critère fait avec son épouse Gloria en 1987, créé par Estefan, a été ajouté à la Bibliothèque du Congrès en 2018, à la Bibliothèque du Congrès. Estefan pense que des studios comme Criteria contribuent à stimuler l'économie du sud de la Floride en attirant des talents internationaux en ville et en mettant en valeur les artistes opportunités ici.

Le producteur se souvient comment Jorgé Casas et Clay Ostwald, musiciens de Miami Sound Machine, ont contribué à transformer une simple démo de Gloria Estefan pour «Anything for You» en single n ° 1 mondial en 1988 après une session inspirée de 12 heures au sein de Criteria.

"Ils avaient le bon équipement et une grande énergie et c'était un bon moment à Miami", a déclaré Estefan. "Il y avait une diversité de personnes et de sons."

Voici quelques histoires sur les critères des archives du Miami Herald.

Studios in the Sun: de nombreux classiques enregistrés à Miami.

Publié le 9 septembre 1997

Lorsque des représentants de l'industrie du MIDEM, producteurs de musique d'Amérique latine et des Caraïbes, parleront de l'enregistrement de musique pop dans le sud de la Floride, beaucoup se référeront au Criteria Recording Studio, qui regroupe des tubes de Bee Gees, Allman Brothers et Aretha Franklin.

Découvrez la liste des disques pop classiques coupés à Criteria, pris en sandwich entre des immeubles de bureaux et des entrepôts à North Miami Beach:

Dans cette photo d'archive du 13 mars 1972, Aretha Franklin remporte son Grammy Award pour la meilleure interprétation R & B de la chanson «Bridge Over Troubled Water» à New York. La chanson a été produite et conçue par son équipe principale à Miami, composée de Jerry Wexler, Arif Mardin et Tom Dowd. Elle remporterait d’autres Grammy Awards pour des œuvres enregistrées aux studios Criteria de North Miami au cours de cette période.
                    
                    
                        
                            Dave Pickoff
                        
                        
                            AP

▪ Derek et le bassin versant des Dominos «Layla».

▪ «Spanish Harlem» d’Aretha Franklin.

▪ «461 Ocean Boulevard», le nouvel album d’Eric Clapton après avoir vaincu sa dépendance à l’héroïne.

▪ Le «plat principal» des Bee Gees (1975), berceau de leur style de fausset.

▪ «Shadow Dancing» d’Andy Gibb, le meilleur single pop de 1978.

▪ Le single «Voulez-Vous» d’ABBA, avec des morceaux du groupe disco Foxy de Miami.

▪ L’Hôtel California des Eagles a été coupé ici, pas ici.

Avant que les Estefans ne construisent leurs propres Crescent Moon Studios sur Bird Road à Miami, Gloria Estefan avait enregistré ses trois albums les plus réussis à Criteria dans les années 80, y compris son album phare de langue anglaise, «Primitive Love» de 1985.

Julio Iglesias continue à enregistrer des albums en anglais et en espagnol, y compris le récent hit «Tango».

«J'enregistre souvent dans les studios Criteria, et on s'y sent chez soi. Je l'aime », dit Iglesias.

Oscar Herrera, du groupe de rock latino-américain El Duende, dont l’actuel CD «Canes Records,« Transición »» a été coupé: «qu’est-ce qu’il ne faut pas aimer?. . . Les ingénieurs ont tendance à être faciles à vivre parce qu'ils savent ce qu'ils font. ils ne doivent pas se vanter. Les critères sont très favorables à la scène locale. ”

Critères n'est pas le seul studio en plein essor ici. South Beach Studios, perché au sommet de l'hôtel Marlin sur Collins Avenue, a récemment vu une activité de U2, Aerosmith, The Artist («Emancipation») et Trent Reznor (la bande originale de «Lost Highway»).

Jimmy Buffett s'est amarré au New River Studios de Fort Lauderdale pour suivre «Hot Water» et mélanger «Fruitcakes».

La Space Cadette de South Miami s'adresse aux locaux. El Duende a réalisé ses premières démonstrations au Natural Sounds entièrement numérique de Kendall.

Voici quelques-uns des albums enregistrés ou partiellement enregistrés dans les studios du sud de la Floride.

▪ Derek et les dominos, «Layla» (1970). Critères. Les Allman Brothers étaient invités en studio pendant que les guitaristes Eric Clapton et Duane Allman enregistraient ce double album classique. «Ils sont tous revenus au studio et se sont retrouvés coincés jusqu'à environ six heures la nuit suivante», a raconté le producteur Tom Dowd dans le livre «Eric Clapton: l'intégrale des sessions d'enregistrement 1963-1995». «Il n'y avait aucun contrôle, vous juste gardé les machines en marche. Ce fut une expérience merveilleuse. "

▪ Eric Clapton, «461 Ocean Boulevard» (1974). Critères. Comporte sa couverture de «I Shot the Sheriff» de Bob Marley, le premier single à succès de Clapton. L’album porte le nom de l’adresse d’une maison voisine qu’il a louée lors de la découpe du disque (il est illustré sur la couverture, avec un palmier dans la cour avant).

▪ Bee Gees, «Main Course» (1975); «Enfants du monde» (1976); «Esprits ayant volé» (1979). Critères. Les frères Gibb ont relancé leur carrière lorsqu'ils ont déménagé ici pour enregistrer «Main Course» à la suggestion de Clapton, qui pensait que l'environnement lumineux pourrait les sortir de leur marasme créatif et commercial.

Le son des pneus de leur voiture passant sur un pont alors qu’ils se dirigeaient vers Criteria depuis leurs maisons à Miami Beach a inspiré le riff d’ouverture propulsive du «Jive Talkin '» de 1975 et a finalement ouvert la voie à l’ouverture du studio, Middle Ear, par Plage de Miami.

"Nous avons décidé de faire un album ensoleillé", a déclaré Robin Gibb.

Des albums ultérieurs des Bee Gees, y compris le disque d'or récemment certifié «Still Waters», ont été enregistrés à Middle Ear, tout comme des extraits d'albums écrits et produits par Gibb pour Barbra Streisand («Guilty», 1980), Dionne Warwick («Heartbreaker», 1982). ), Kenny Rogers («Les yeux qui voient dans le noir», 1983) et Diana Ross («Eaten Alive», 1985).

Une chronique de musique pop du Miami Herald du 14 août 1975 souligne le succès des enregistrements faits à Miami par les Eagles, K.C. et le Sunshine Band, Gwen McCrae et Stephen Stills. The Eagles ’« One of These Nights », qui est devenu n ° 1 et comprenait les tubes« Take It to the Limit »,« Lyin ’Eyes» et la piste titre, ainsi que le set solo Stills ont été enregistrés aux studios Criteria.
                    
                    
                        
                        
                            Fichier du Miami Herald

▪ Eagles, «Une de ces nuits» (1975); «Hotel California» (1976). Critères; «The Long Run» (1979), studio d’enregistrement Bayshore. Un groupe de haut vol s'est retiré dans l'ancien studio de Coconut Grove pour enregistrer le suivi de «l'Hôtel California» et aurait dépensé près d'un million de dollars pour «The Long Run». Les séances étaient si tendues que le groupe s'est dissous peu de temps après. Malgré une tournée de réunion en 1994, «The Long Run» demeure le dernier effort des Eagles en studio.

▪ Fleetwood Mac, «Rumors» (1977). Critères. Des portions du disque vinyle de studio le plus vendu de rock ont ​​été réalisées ici. Les souvenirs de la chanteuse Christine McVie incluent «la chaleur». Elle se souvient d'avoir failli s'évanouir alors qu'elle se trouvait sur la scène du défunt Hollywood Sportatorium lors de la performance du groupe en août 1980, Tusk Tour.

Sur cette photo de 2016, des plaques commémorant le succès multiplicateur de l’hôtel California des Eagles et les rumeurs de Fleetwood Mac sont accrochées aux murs de Criteria Studios. Les deux albums ont été enregistrés ou, dans le cas de Fleetwood Mac, partiellement enregistrés aux studios Criteria de North Miami Beach en 1976. Les deux disques ont dominé les charts à partir de la fin de cette année-là et «Rumours» passerait 31 semaines entre le n ° 1 et 1977 jusqu'en janvier 1978, avant qu'un autre album partiellement enregistré à Criteria ne soit plus classé n ° 1. Il s'agissait de la bande originale de «Saturday Night Fever».
                    
                    
                        
                            Howard Cohen
                        
                        
                            hcohen@miamiherald.com

▪ Grace Slick, «Bienvenue à la boule de démolition» (1981). Critères. La chanteuse du Jefferson Starship a adopté une attitude hard-rock et a apparemment décidé de préférer être Pat Benatar.

▪ David Byrne, «Feelings» (1997). South Beach Studios. Le leader des ex-Talking Heads a collaboré avec le propriétaire du studio, Joe Galdo, sur le titre pop de style latin «Miss America».

▪ Aerosmith, «Nine Lives» (1997). South Beach Studios. Les rockers de Boston ont commencé à enregistrer ce disque ici avec le producteur Glen Ballard, mais il a été viré et le CD a été terminé avec un autre producteur. Néanmoins, Ballard se souvient d’une période chaude à l’intérieur et à l’extérieur de l’hôtel Marlin, où le groupe a séjourné pendant la pré-production à l’étage.

«Je pensais que l'énergie d'être ici était géniale. Rollerblades dans la matinée. "

Vous auriez peut-être vu Steven Tyler et Joe Perry en train de dévaler Ocean Drive si vous aviez les yeux vifs aussi.

▪ U2, «Pop» (1987). South Beach Studios. Galdo se souvient de Bono en train de fêter son anniversaire au studio. Le producteur de U2, Flood, a présenté à la chanteuse un kaléidoscope. Peut-être la chanson techno «Miami», la seule de ces sessions à conclure sur «Pop», résume-t-elle le mieux: «Le temps qu'il fait ici choppin 'et changin' / Surgery in the air / Chemises imprimées et accents méridionaux / Cigares et gros cheveux / Nous avons les roues et l'essence n'est pas chère / Nous n'y sommes allés que pendant une semaine / Le soleil a eu le sable / Les batteries dans le handycam. . . Miami ma maman.

Barry Gibb a donné un concert promotionnel sur les réseaux sociaux pour promouvoir son album solo d'octobre 2016, «In the Now», dans les studios Criteria. Il a plaisanté en disant qu’il se tenait au même étage, dans le même studio où il a coupé la voix pour le succès de Jive Talkin ’de Bee Gees en 1975.
                    
                    
                        
                            Howard Cohen
                        
                        
                            hcohen@miamiherald.com

Le studio Criteria est une plaque tournante du monde de la musique depuis 40 ans et ses succès ne cessent de se produire

Publié le 6 septembre 1998.

Tom Dowd, le producteur de disques renommé qui a marqué de son empreinte le travail de vedettes telles que Eric Clapton, Aretha Franklin et Lynyrd Skynyrd, raconte cette histoire à propos du légendaire et légendaire studio de disques Criteria. C’était il ya environ 20 ans, et Dowd, déjà célèbre, ne pouvait même pas disposer d’un créneau d’une demi-heure à Criteria.

«Ils m'ont dit que tous les studios avaient été pris, 24 heures sur 24», se souvient Dowd, toujours habitué de Criteria avec des numéros comme Allman Brothers. «Alors je me suis juste rendu là-bas, pensant que je pourrais me faufiler et faire mon montage d'une demi-heure. Et j'entre dans le parking, et voici Bob Seger, les Bee Gees et Crosby, Stills & Nash – les trois groupes qui verrouillent le studio 24h / 24 – et tirent des paniers sur le parking. "

Dowd se faufila dans le studio de North Miami, monta ses cassettes et partit, sans être remarqué par les icônes rock and roll du parking.

Aujourd'hui, le terrain est clôturé, mais le panier est toujours là et les enfants des voisins et les clients sont les bienvenus pour lancer des cerceaux.

Et Criteria, le studio d’enregistrement le plus ancien et le plus réputé du sud de la Floride, continue de produire des succès à l’heure de ses 40 ans.

C’est là que James Brown a enregistré «Je te sens (Je me sens bien)» en 1965, où Derek et les Dominos de Clapton ont joué «Layla» (1971), où les Eagles ont écrit «Hotel California» (1976).

À son apogée, dans les années 60 et 70, des artistes tels que Brown, Clapton et Franklin étaient des habitués ici. Aujourd'hui, Criteria connaît un nouvel âge d'or avec des artistes latins tels que Julio Iglesias, Juan Luis Guerra et Jose Luis Rodriguez et une nouvelle infusion de stars du pop, d'Aerosmith à Celine Dion.

«Il n’ya pas d’autre endroit que Criteria», déclare Ed Roland, chanteur du groupe de rock Collective Soul, connu pour le single «Shine», dont le nouveau disque She Said, enregistré là-bas, figure sur la bande originale de Scream 2.

«Les deux albums studio que nous avons réalisés ont été réalisés à Criteria. C'est juste l'ambiance de l'endroit. C’est l’endroit le plus cool du monde. Ce n’est pas comme le travail. Vous venez d'y aller et amusez-vous. "

C'est évidemment un endroit où la musique est valorisée. Se promener. Les studios sont immenses et bien équipés. Plusieurs ont des entrées privées, de sorte que les artistes peuvent entrer jour et nuit avec leur propre clé. Il y a trois pianos à queue.

L’atmosphère de Criteria tient en partie au fait que son moteur n’a pas été sa source de revenus, mais son véritable amour de la musique.

C’est ce qui a conduit l’ancien propriétaire Mack Emerman à ouvrir le studio en 1958. Il adorait le jazz et hantait les bars du sud de la Floride dans l’espoir de trouver de la bonne musique qu’il pourrait enregistrer en direct. Il avait besoin d'un studio, il a donc construit le sien.

«J'espérais être un bon trompettiste, mais je n'ai jamais été assez bon», déclare Emerman, aujourd'hui âgée de 75 ans. «Je m'intéressais beaucoup à l'industrie du disque. Cela est devenu un passe-temps, et le passe-temps est devenu une entreprise. "

A commencé comme une pièce

Emerman a commencé avec une petite pièce. Au fur et à mesure que la demande augmentait, il grandissait, imitant les ajouts après les grands studios du jour: Capitol en Californie et Atlantic à New York.

Il était en visite en Atlantique quand il a rencontré Dowd, qui a commencé à faire venir les artistes de ce label, comme Franklin and the Allmans.

Jerry Wexler, son partenaire atlantique, qui a passé le week-end à la maison à Miami, a encouragé Dowd.

“Il a visité les critères [in the mid-’60s] et dit: «Pourquoi n’enregistrons-nous pas ici? Ils ont un studio d'enfer. "Il a donc réuni un groupe de musiciens de la section rythmique de la Nouvelle-Orléans et les a déplacés ici", se souvient Dowd, qui a quitté le nord-est de la Floride à la fin des années 60.

À ce moment-là, Criteria avait acquis la réputation d'être un studio à la pointe de la technologie, pouvant accueillir un orchestre, les meilleurs pianos (celui sur lequel le solo «Layla» a été enregistré), des ingénieurs de haut atmosphère de dos où les artistes ont été traités comme une famille.

Pendant un moment, il sembla que tous les autres albums produits là-bas devinrent un hit. Tout le monde a une histoire à propos de l'endroit.

Un article du 9 décembre 1975, Miami Herald note l’activité des studios Criteria à North Miami Beach cette saison. Les Bee Gees étaient sur le point d'enregistrer la suite de «Main Course», un album de retour qui a propulsé les frères Gibb vers leur plus grand succès commercial cette année-là. Le prochain album qu'ils ont enregistré à Criteria, "Children of the World", sort en 1976 et comprend le single n ° 1 mondial, "You Should Be Dancing", qui est devenu une scène déterminante pour John Travolta dans le film de 1977, "Fièvre du samedi soir."
                    
                    
                        
                        
                            Fichier du Miami Herald

«Un soir, nous enregistrions les Rolling Stones, et le président d’Atlantic Records s’est rendu avec son ami», se souvient l’ancien ingénieur et producteur de Criteria, Howard Albert, qui possède maintenant Vision Records à Miami.

«Il était comme 2 heures du matin et il a dit:« Vous savez, mon ami Sal est un peintre. Allez lui chercher de la peinture et il peindra une scène de basse-cour. ’Nous pensons, une scène de basse-cour? Nooooooo. Donc, nous n'avons jamais eu la peinture. Le lendemain matin, il dit: «Vous savez qui était mon ami Sal? Salvador Dali! '“

Hit albums

Il n’ya peut-être pas eu de peinture murale Dali, mais il y avait beaucoup d’albums d’or et de platine – plus de 300 à ce jour.

Mais Emerman a toujours voulu être «plus grand et meilleur, plus grand et meilleur», dit Dowd.

Il s’est endetté et a fini par vendre le studio à Joel Levy en 1988.

Levy était un organisateur de concerts, producteur et manager âgé de 30 ans (il a amené Air Supply au Miami Seaquarium pour un spectacle) et a également travaillé dans le secteur du développement immobilier de sa famille à Miami. Il a réorganisé l'opération.

Aujourd'hui, Criteria compte cinq studios et affiche un taux d'occupation de 75 à 90%, le plus élevé de l'industrie. Les revenus ont augmenté de plus de 10% depuis 1994, selon Levy, atteignant un peu plus de 2 millions de dollars l’an dernier.

Le studio attire de nouveaux clients grâce à la publicité générée par le film "Time Out of Mind" de Bob Dylan, le premier "album de l’année" des Grammy Awards depuis le "Saturday Night Fever" de Bee Gees en 1978.

«C'était effrayant», dit Levy à propos de ses débuts, «et il y avait un peu de scepticisme. Mais, maintenant, nous avons définitivement dû refuser les affaires. Les affaires sont bonnes."

Une des principales raisons à cela est le son de Criteria, explique l’ingénieur et producteur Carlos Alvarez, qui, depuis 17 ans, amène des clients comme Iglesias au studio. Alvarez a récemment terminé la production de “Te di la Vida Entera”, l’adaptation de l’album du roman de Zoe Valdes portant le même nom.

L’album, qui sortira initialement en France, puis aux États-Unis, est une narration du roman de Valdes, avec des numéros musicaux du groupe Cafe Nostalgia, l’orchestre traditionnel cubain qui joue dans le café du même nom.

"Je suis fier de dire que le son de Criteria est omniprésent dans mon album", a déclaré Alvarez, faisant référence à ce qu'il appelle l'effet de "réverbération" qu'il obtient lorsqu'il enregistre dans certains studios de Criteria.

Jeune talent

La tradition d’Emerman de recruter et de nourrir de jeunes talents comme Alvarez a été poursuivie par Levy, avec parfois des résultats inattendus. Il y a quelques années, la réceptionniste nocturne de Criteria a entamé une conversation avec le producteur de Collective Soul, Matt Serletic.

Serletic a mentionné un groupe qu'il envisageait de produire dans le centre de la Floride. Lorsque le réceptionniste a mentionné qu'il était également musicien et écrivain, le producteur a demandé une cassette de sa musique. "Il était assez impressionné et a dit qu'il cherchait un autre guitariste", a déclaré Levy.

Ainsi, le réceptionniste, Adam Gaynor, est devenu Adam de Matchbox 20, qui a fait la une avec le single «Push» et le premier album «Yourself ou Someone Like You».

Levy se rend régulièrement dans des clubs de rock locaux comme le Power Studios à Miami. Lorsqu'il voit un acte qu'il aime, il propose de les aider à faire une démo. Une condition cependant: s’ils obtiennent un contrat d’enregistrement, ils enregistreront l’album à Criteria. Ses découvertes locales incluent les Hush Brothers, une production de R & B qu’il produit, la folk-rocker Diane Ward et l’auteur-compositeur alternatif / alternatif Amanda Green, qui a signé son label Y & T.

Levy a remodelé le studio et récemment installé une console qui produit un son surround similaire à celui des théâtres. Il espère se lancer dans des projets audio pour le cinéma, y ​​compris les bandes sonores. Peu importe la quantité de technologie injectée dans le studio, Criteria restera toujours un produit de son passé.

«Tout le monde peut acheter de l'équipement, dit Levy, mais tout le monde n'a pas la mystique des critères.»

Cassettes Benny Goodman

L'histoire le fera. Il suffit de demander à Emerman, qui a fait plusieurs sessions d’enregistrement en 1958 avec Benny Goodman. Goodman a pris les cassettes.

«Il y a quelques mois, raconte Emerman, qui travaille maintenant avec le propriétaire de Vision Records, Albert, je suis allé dans un magasin de disques, et les voici: l'Université Yale en a fait un CD après la mort de Benny Goodman.

Ils ont été enregistrés à Critères.

Des échos durables d'une vie sonore

Publié le 9 juin 2013

Mack Emerman, qui a fondé le Criteria Recording Studio à North Miami-Dade en 1958, est à l'origine de nombreuses innovations techniques dans l'enregistrement de musique rock et pop. Sur cette photo de 1979, il ajuste une console de mixage à Criteria. En 1979, un album enregistré à l’intérieur des Critères, «Spirits having Flown» des Bee Gees, passa six semaines à la première place du palmarès des albums de Billboard au printemps. Le disque a également envoyé ses trois singles au numéro 1 du Hot 100, et la compilation «Bee Gees Greatest» publiée pour la saison d’achat de Noël en 1979 a également été classée au premier rang. Presque tout le matériel de ce film «Bee Gees Greatest» le double album a été coupé à Criteria.
                    
                    
                        
                        
                            AP

«La musique est supposée vous émouvoir profondément», a déclaré Mack Emerman. "C’est mieux quand le son vous submerge."

C'était en 1989 et il parlait à un journaliste de l'épidémie de déficience auditive chez les musiciens de rock, ce qui avait également vexé Emerman, 65 ans à l'époque. Parfois, dit Emerman, un ingénieur du son autodidacte qui a fondé le légendaire studio d’enregistrement Criteria de North Miami en 1958, le son devenait si fort «que votre pantalon s’agite. Bien sûr, vous vous mettez en danger. Mais quand le client veut l'entendre fort, vous le relancez.

Il était devenu une icône à ce moment-là, après avoir assemblé un pays des merveilles technologiques où des superstars comme Aretha Franklin, James Brown, Bob Marley, Barbra Streisand, Diana Ross et Rod Stewart venaient donner des chansons.

Parmi eux: «Mangez une pêche» des Allman Brothers, la «tragédie» des Bee Gees et «l’hôtel California» des Eagles.

Pendant près de 30 ans, Emerman s'est évertué de manière extatique et extravagante à risquer son corps, son âme et sa fortune pour que les groupes puissent faire l'histoire du rock: Derek and the Dominos avec «Layla and Other Love Songs» d'Eric Clapton; «Crosby Stills & Nash» Une chanson avant que je parte ", Fleetwood Mac avec" Rumeurs ".

Aucun microphone ni console de mixage n’était trop cher ou exotique, et s’il ne pouvait pas le trouver, Emerman a mis au défi les ingénieurs se précipitant vers Criteria de l’inventer. "Sa plus grande contribution à l'industrie avait à voir avec ses relations avec les bricoleurs techniques", a déclaré Trevor Fletcher, qui a passé du temps à Criteria quand il était enfant, quand sa mère y travaillait.

"Criteria était un foyer d’innovation." Fletcher est maintenant vice-président et directeur général de Hit Factory Criteria, créé lors de l’acquisition de Criteria par Hit Factory à New York en 1999.

À ce moment-là, Emerman était parti depuis longtemps. "C’est la meilleure acoustique du monde", a déclaré Ron Albert, un "gofer" adolescent dans les années 60, qui a appris l’ingénierie à Emerman et qui a enregistré certains des albums mythiques de Criteria. Il dirige maintenant son propre studio à Miami avec son frère Howard et d'autres anciens de Criteria.

«Nous avons parcouru le monde et le son et l’ambiance y étaient incomparables», a déclaré Albert. "Mack en a construit la majeure partie lui-même: ce terrain de jeu géant avec tous ces jouets."

Riche héritage

Une chronique du Miami Herald du 10 avril 1977 retrace l’activité des studios Criteria de Mack Emerman. Ce mois-ci, deux albums enregistrés ou partiellement enregistrés chez Criteria se remplaçaient au premier rang du palmarès de Billboard: Eagles ’« Hotel California »et l’Album de l’année de Fleetwood Mac,« Rumours ».
                    
                    
                        
                        
                            Fichier du Miami Herald

Quand Emerman meurt le 17 mai, à l'âge de 89 ans, il compte 280 disques d'or et de platine, une industrie du sud de la Floride qui n'aurait jamais pu se développer sans lui, un équipement de studio novateur et des moyens imaginatifs de capturer des notes produisant le son unique de Criteria.

Emerman, dont le cœur appartenait au jazz, a également contribué à la renommée internationale du Concert Jazz Band de l’Université de Miami en enregistrant ses albums gratuitement.

Whitney Sidener, ancien musicien de studio qui préside les programmes de jazz et de musique de studio en studio de la UM Frost School of Music, a déclaré qu'Emerman "souhaitait que le groupe vienne afin qu'il puisse expérimenter" avec du matériel.

«Cela a vraiment rehaussé notre profil et nous a aidés à recruter et à participer à l'émission Today», a déclaré Sidener. "Nous nous amusions beaucoup."

Emerman "n’a pas hésité à dépenser de l’argent, [and] Les critères ont généré des millions pour les musiciens locaux », a-t-il ajouté. Emerman "aimait parler de musique", a déclaré Sidener. "Il serait enthousiasmé par les grands groupes et par le type de techniques d'enregistrement de ces gars-là."

Presque autant qu'il aimait la musique, Emerman aimait la voile. Il a acheté des bateaux impressionnants et les a câblés avec des systèmes sonores. À bord, il a diverti des artistes venus enregistrer à Criteria et à des poids lourds comme le producteur d’Atlantic Records, Tom Dowd, le co-président de l’étiquette Jerry Wexler et le président Ahmet Ertegün.

«Atlantique Sud»

Wexler et Dowd avaient des maisons de vacances à Miami, mais après avoir rencontré Emerman, ils ont présenté un défilé d'artistes de l'Atlantic R & B et ont créé l'atelier Atlantic South.

«Chez Criteria, vous avez le même sentiment que [New York’s] Hit Factory et l’usine de disques », a déclaré Artie Kornfeld, producteur et auteur-compositeur de Woodstock, devenu directeur de la maison de disques.

«Ce que Mack a fait, il a donné à la côte est une place dans la partie méridionale avec un studio comparable à n'importe quel autre dans le monde. C'était égal à Abbey Road. "

Emerman a encadré des ingénieurs qui sont devenus des géants de l'industrie, notamment les frères Albert, Karl Richardson, Chuck Kirkpatrick et Albhy Galuten. Il a également nourri des génies de l'électronique comme le regretté Jeep Harned, qui a ensuite vendu sa société de matériel d'enregistrement MCI à Sony.

Cofondateur de la Society of Professional Audio Services, Emerman avait gravi les montagnes russes de la musique rock à des hauteurs célestes – avec des avantages similaires à une maison architecturale de Coconut Grove et une Maserati rouge -, puis avait survécu à une chute si pénible qu'elle l'avait presque tué.

Mack Emerman, fondateur de Criteria Studios, s'est promené à Miami dans une Maserati rouge dans les années 1980. Il est décédé en mai 2013.
                    
                    
                        
                            Avec la permission de la famille Emerman
                        
                        
                            Fichier du Miami Herald

Surmené juste au moment où l'industrie du disque commençait à se désintégrer et que son audition échouait, il vendit son studio chéri en 1991 et plongea dans une dépression quasi catatonique.

Mais une décennie plus tard, son esprit et son audition ayant été rétablis, Emerman se présenta devant les membres du chapitre de The Recording Academy en Floride et remporta un brillant trophée. Le groupe qui a décerné des Grammy Awards l’avait nommé «héros».

«C’était encore le bon temps», a déclaré la fille Julie Goldman de Miami, qui gère le centre commercial The Falls. "Il était ravi de mourir."

Quelques heures avant la fête des 80 ans, il y a neuf ans, un virus agressif a frappé Maxwell Louis Emerman, né à Erie (Pennsylvanie) le 14 octobre 1923, détruisant son équilibre et sa confiance.

La fille Bebe Emerman, de Pasadena, en Californie, a déclaré que la démence et le diabète liés à l’âge suivaient. Il a terminé ses jours à l'hôpital Douglas Gardens du système de santé juif de Miami, où il a succombé à une pneumonie.

La musique était la passion d’Emerman. Sa fille, Julie, a déclaré que, jeune, il prendrait le train d’Erie à New York pour transporter de gros appareils d’enregistrement au «sommet de l’hôtel Astor et réaliser ses enregistrements fous».

À l'Université Duke, il a joué du cor avec le groupe d'ambassadeurs. C’est là qu’il a rencontré sa première femme, la défunte artiste de la céramique et tisserande, Ann «Chili» Clark, mère des filles d’Emerman.

Pincer avec la mort

Après que le Japon ait bombardé Pearl Harbor en décembre 1941, Emerman s’est enrôlé dans la marine américaine, ce qui lui a appris à repérer et à identifier les avions de combat. En poste à bord du cuirassé USS New Mexico dans le Pacifique, il a failli mourir dans une attaque kamikaze qui a tué plus de 100 marins.

En 1953, la famille s’installa dans le sud de la Floride, où son père, Harvey Emerman, dirigeait une entreprise de fabrication de bonbons. Il travaillait pour son père, mais emportait son matériel dans les boîtes de nuit chaque fois qu'il enregistrait les numéros locaux. La famille s’installa dans une petite maison de Plunkett Street à Hollywood, où Emerman installa ses affaires dans le garage.

Goldman se souvient de câbles épais passant du garage au salon, où il avait enregistré des jingles et des publicités à la station de radio. Parmi les talents: Steve Alaimo, un idole adolescent à la fin des années 50.

«Je ne cessais de rappeler à Mack que j'avais enregistré la première chanson de ce salon», a déclaré Alaimo, qui a étudié l'ingénierie à Criteria et dirige maintenant Audio Vision Studios avec les Alberts. La chanson était "Je veux que tu m'aimes", un succès régional. Le producteur: Henry Stone, 92 ans, qui fera l’objet d’un prochain documentaire sur la place capitale de Miami à l’ère du disco.

Stone utilisa l’équipement d’Emerman pour enregistrer Hank Ballard et le film «The Twist» des Midnight au manège militaire de North Miami en 1960, en lançant la danse que Chubby Checker avait transformée en un véritable engouement. La scène musicale de Miami "aurait été à mi-chemin sans Mack", a déclaré Stone. «Il avait le studio; J'ai eu la distribution. Beaucoup de gens ne réalisent pas la relation que j’avais avec Mack depuis le début. Nous ne savions pas que nous faisions l’histoire. "

Grâce à un prêt de son père, Emerman a acheté une propriété au 1755 NE 149th St. et a construit un studio d'une pièce. Lorsque les mots se sont répandus, des artistes sont venus et il a ajouté plus d'espace. Dans un documentaire de 2002 intitulé "The Music Man", Perman a déclaré avoir entendu un coup frapper un jour, ouvrir la porte et se retrouver face à face avec Benny Goodman, le célèbre clarinettiste et chef d'orchestre.

En 1965, James Brown, le parrain de Soul, enregistrait «I Got You (Je me sens bien)», premier grand succès de Criteria.

Au milieu des années 1970, Emerman était au sommet de sa profession. La famille vivait dans une maison de Coconut Grove avec 54 portes françaises, selon Julie Goldman. Il appartenait au club de voile Coconut Grove et avait acheté une cabane de vacances dans la petite Suisse, au nord du Mexique, où il avait installé un système audio de pointe.

"Il pourrait s'asseoir sur le pont et écouter sa musique", a déclaré Goldman.

Vivre son rêve

Janet Oseroff a rencontré Emerman dans les années 60, lorsqu’elle a fait une promotion pour l’Atlantique et a passé tellement de temps à Criteria qu’il lui a offert un espace de travail. Small and shy, he was “unassuming in his demeanor, but so strong and powerful in what he wanted to do with the studio,’‘ Oseroff said. “He had people from all corners of the world, every kind of music you can imagine. He was a sweetheart and a gentleman. His whole heart and soul and intellect was wrapped up in having as many people as possible come there. It was so obvious that was his dream.’‘

After a 1974 divorce, Emerman married Dannie Jo Cagle, and lived with her and her two children for two years aboard a 52-foot yacht. “He was the most interesting man I’d ever known,” said Dannie, who now lives in Okeechobee.

Emerman kept the boat after moving into a Grove townhouse. Dannie recalls sailing with Greg Allman “and his whole entourage. Kenny Loggins. Phil Ramone.” But Emerman’s insistence on the newest and the best racked up expenses he couldn’t cover once the record business began to slide in the 1980s.

In 1985, he made a deal with Broward developer Hap Levy, whose son, Joel Levy, was looking for a business to run, and for a while, it seemed to work. Then, say his daughters, he was forced out, and had a breakdown. “The best you can say is that it was poorly handled,” said daughter Bebe Emerman. “It sent us both into mental illness,” said Dannie. “I was suicidal, and Mack just stepped out of life.”

Joel Levy said that at first, he and Emerman had “a similar vision of the future,” but gradually the relationship fell apart. He denies forcing Emerman out. “I was the young buck and he was the old man, and maybe he wasn’t feeling as involved as he wanted to be. … All of a sudden, he didn’t just come back. … Mack would be the first to admit he wasn’t a businessman.”

‘A visionary’

With Emerman’s death, said Levy, “Miami loses a pioneer and a visionary.” He knew that about himself, said daughter Bebe, who was with him and her sister when Mack got the 2001 Hero award. “He knew what his contributions were and he was very proud that they were being recognized in the wider arena,” Bebe said. Emerman’s family plans to spread his ashes in Biscayne Bay, where he spent so many happy days sailing.

Bee Gees Back? The Longtime Miami Beach Residents are Bucking Rock Trends With Their Longevity, Inventiveness and Success. Just Don’t Call This a Comeback.

Published April 27, 1997

File photo dated Sept. 1998 of the group the Bee Gees, from left, Maurice, Robin and Barry Gibb. Maurice Gibb died at 53 in 2003. His twin Robin Gibb died in 2012 at 62.
                    
                    
                        
                            MICHAEL STEPHENS
                        
                        
                            AP

It was such a strange day, Barry Gibb would say later. The Bee Gees — Barry, 49, and twins Maurice and Robin Gibb, 47, — had been on Washington Avenue in South Beach earlier in the month, shooting the video for their new ballad, “I Could Not Love You More.”

In the late afternoon, someone was stabbed in an adjacent alley, halting production for a moment. Then a hapless driver in an orange VW broke through police, onlookers and clearly marked barricades to land on a direct path toward the Bee Gees, who shot puzzled glances at one another as they stood in the middle of the cleared street. (The driver found his way back out.)

Later, once night had fallen, the Bee Gees stood in a dank alleyway; leaky overhead pipes dripped on camera crew and hangers-on, neighbors peered curiously from apartment windows and the stench of urine hung in the air like a shroud as the trio sang the classy ballad repeatedly.

Through it all, the Bee Gees remained unfazed.

Miami Beach may have changed immeasurably since the Brothers Gibb first moved here 21 years ago from England, but they sound and look basically the same (some hair loss notwithstanding): easygoing, straightforward, amiable. And they’re busier than ever.

The current craze for 1970s disco is winning them new young fans. Their new CD, “Still Waters,” is due out in this country May 6. That same day they’ll be inducted into the Rock ‘n’ Roll Hall of Fame in Cleveland. They’re the musical guests on “Saturday Night Live” and the subject of an Oprah special, both to air in early May.

They collected a Legend award at the World Music Awards in Monaco two weeks ago, which they added to the Lifetime Achievement Awards they recently garnered at both the British and American Music Awards. In March, VH1 devoted a segment of its Storytellers series to them.

Finally, their world tour tentatively kicks off Sept. 5 at the Miami Arena.

Quiet in America

Despite all the activity, despite “Still Waters” sprinting to the top of the charts throughout Europe and Japan after its release abroad last month, the Bee Gees haven’t made much of a ripple on the American public’s consciousness.

The group’s career has suffered a similar fate: Though they’ve been working continuously for more than 30 years, selling more than 100 million records, the Bee Gees haven’t been burning up U.S. music charts or played much on radio stations. Because of their low profile, in fact, each new endeavor has been pegged as a “comeback.”

“It seems to go with our territory,” says Barry. “Other people put an album out and it’s not called a comeback.”

Blame it partially on overexposure: Audiences enthralled with “Saturday Night Fever” in the late ‘70s tired of the Bee Gees’ sound soon afterward (one critic referred to them as “three bland mice”), and the group bore the brunt of the disco backlash.

Blame it, too, on the fickleness of radio programming. The Bee Gees did have one Top 10 single in 1989 (“One”) , but they have remained largely ignored on the airwaves, as U.S. radio’s reliance on demographic studies dictate what audiences hear —and don’t hear.

“The music business is different in America,” Robin says. “It is more black-oriented at the moment. It’s very hard for white male artists to break through on the radio. In the U.K. it’s not dominated by one or the other, it’s down to the record.”

“They became pigeonholed in the disco era,” says Ken Payne, program director of West Palm Beach/Boca Raton contemporary pop station WRMF (97.9 FM). “The Bee Gees also had ties to the ‘60s, so that hurt their chances on contemporary radio for the same reason radio stays away from Neil Diamond —even though these artists have huge followings. If you didn’t want to fit into that stereotype, you didn’t play them.”

A return to R&B

Nevertheless, the Bee Gees’ recent work is drawing critical praise.

“Still Waters” is a return to the smooth R&B/pop craft of their first “comeback” album, 1975’s “Main Course” (the disc that first brought them to record and then reside in South Florida).

Music historian and Billboard editor-in-chief Timothy White calls them “one of the three Great Killer B’s: the Bee Gees, the Beatles and the Beach Boys. These are the artists who knew how to make maximum use of the studio as an instrument. ‘Still Waters’ is emblematic of that incredible skill. Journalists don’t have any idea on how well respected these guys are by other producers, musicians and artists.”

Locally, WRMF and Fort Lauderdale’s Y-100 (100.7 FM) are playing the new Bee Gees single “Alone.”

“It’s a phenomenal record,” says WRMF’s Payne. “We’re getting a great response. It reaches all the way from the people who remember the first Bee Gees’ songs and on to the kids — that’s tremendous reach as far as demographics go.”

Awards and kudos are sweet, but they’re not what drives the Bee Gees.

“I think we’re still trying to be famous,” Maurice says as the three relax in their private Middle Ear Recording Studios in Miami Beach, shortly before setting off to shoot the video.

‘Artists first’

“We’re artists first, and it’s a fulfillment to us. There’s always a void we have to fill and it’s not just fame or success . . . or girls,” Robin adds, setting off a series of chuckles and good-natured teasing from his brothers.

The brotherly chemistry, honed 42 years ago when their late musician father Hugh started coaching their first live performances, remains intact.

“I think we can all be very good at what we do at different times,” Barry, the unofficial leader of the trio and guitarist, says about their songwriting process. “It’s a game. Maurice will play something on the piano without knowing he’s come up with a melody that’s really good and Robin and I will go, ‘What did you just do?’ and [Maurice] will go, ‘I don’t know.’ “

“Don’t pressure me!” Maurice cries, feigning an attack of nerves.

“If the writer or artist is doing what they do well, then the emotion carries across to the listener,” Barry says. “That’s the argument we’ve always had about demographics. We don’t understand why certain music has to be aimed at certain ages. When the Beatles made a record it was for everybody or for whoever liked it.”

Defined the ‘70s

After cracking the American market in 1967 with the Beatles-inspired “New York Mining Disaster 1941,” the Bee Gees practically defined the ‘70s with their contributions to the “Saturday Night Fever” soundtrack and follow-up LP, “Spirits Having Flown.” The two albums spawned six consecutive No. 1 singles (tying the Beatles’ record).

In the ‘80s, the Gibbs produced career-boosting albums for Barbra Streisand, Dionne Warwick, Kenny Rogers and Diana Ross. (Streisand and Ross have both requested new Gibb songs for sequel albums; Celine Dion wants a song too, Barry said.)

Royalties from their songwriting have made the Gibbs very comfortable. Middle Ear Recording Studios, the house “Saturday Night Fever” helped build, is the group’s refuge.

Criteria and Middle Ear studios

In the mid-’70s, the Bee Gees recorded a number of albums at North Miami Beach’s legendary Criteria Recording Studios, where the Eagles, Eric Clapton, Aretha Franklin, Julio Iglesias and others also cut classics.

The carpeted walls of Criteria’s lobby are still lined with their numerous gold and platinum records.

A platinum album plaque, honoring multimillion sales for the 1977 “Saturday Night Fever” soundtrack is hung on the walls of Criteria Studios, as seen here in 2016. The Bee Gees’ songs that were used in the film were mixed and recorded at the North Miami-Dade landmark.
                    
                    
                        
                            Howard Cohen
                        
                        
                            hcohen@miamiherald.com

But the commute from their Miami Beach homes eventually proved tiresome and in 1980 the Gibbs secured an old warehouse on Bay Road off the Venetian Causeway.

Middle Ear’s wood-paneled walls and plush offices contain plaques honoring the brothers’ achievements, a concert shot of youngest brother Andy Gibb, who had a string of solo hits in the later ‘70s, and of course, the Bee Gees in those infamous white Fever disco suits.

Not disco

Ironically, the Bee Gees have never been a disco group. “’How Deep Is Your Love’ was a ballad,” Robin points out. “We were doing our album at the time. If those songs hadn’t come out in the film they would have come out on our album anyway. It wouldn’t have been called disco.”

The “Fever” white suits are history. So, too, are the casual jeans and tropical tops they favored until recently. The Bee Gees wear designer black now.

“Their look is more stylized,” explains their Los Angeles manager, Carol Peters. “Their image is smooth pop — they should look the part. They are not John Mellencamp.”

“It’s very complex now,” Barry says. “We still have a good feeling about what we do. [But] we believe that on New Year’s Eve 2000 people will still be dancing to “Saturday Night Fever.” The nostalgia factor never goes away. We’re sort of alternative retro is what we are.”

“Hard-core twilight rock,” Maurice suggests.

Party-free

Also gone are the chemicals that chased the Gibbs in the ‘70s.

South Beach may now be party central, but the Gibbs say those temptations are a thing of the past.

“We had ours in the ‘60s,” says Maurice, a recovering alcoholic.

Robin jumps in: “Our drug period was early on in Australia, when we were in our late teens, and in London. We never really went through that when we came to America. We’d take things so we could stay awake late in the studio so we could work, not really for recreational purposes.”

But cocaine caught Andy’s attention when he lived too fast in Los Angeles. A heart condition eventually killed him in 1988 at the age of 30, as he attempted a career comeback.

The remaining Gibb brothers — all married parents of children ranging in age from 5 to 23 — say Miami, contrary to its image, makes them feel settled.

“Part of it reminds us of Australia,” Barry says, speaking for his brothers. “When we first came here I fell in love with the sky . . . it seemed to go on forever and it was a really beautiful blue and [had] these little white clouds you don’t see anywhere else.”

“Especially not the Isle of Man,” Maurice jokes.

The brothers were born on that small island, which lies off the coast of England.

“I think you have to have a sense of humor,” Barry says softly, returning to their success over time. “You can’t take everything you read about yourself seriously. Real life is children and families and grandparents and in-laws. [We’re] really just like anybody else.”

Of course, most average guys don’t spend the day standing in the middle of a wild ‘n’ wacky SoBe street or in a grungy alley filming music videos.

Capping the strange day, Barry’s Range Rover feels sluggish on the drive home. Not only does he have it in the wrong gear, he absentmindedly flicks his lights off for most of the trip.

“I’m going to read about this, aren’t I?” he laughs.

A panoramic look at Barry Gibb as he performed a 360-degree promotional concert for Facebook Live and social media inside Criteria Studios to promote his October 2016 solo album, “In the Now.”
                    
                    
                        
                            Howard Cohen
                        
                        
                            hcohen@miamiherald.com

Miami Herald Real Time/Breaking News reporter Howard Cohen, a 2017 Media Excellence Awards winner, has covered pop music, theater, health and fitness, obituaries, municipal government and general assignment. He started his career in the Features department at the Miami Herald in 1991.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.