Envie d'histoire ou de curiosité? – Meilleurs vacances pour l’été€

Des millions de personnes devraient se rendre aujourd'hui pour marquer le 75e anniversaire du jour J. Liz Sharples discute de la croissance du «tourisme de deuil». Aujourd’hui, alors que la Grande-Bretagne s’apprête à célébrer le 75e anniversaire du jour J, les visiteurs voyageront en grand nombre pour se rendre sur les lieux de débarquement des plages de Normandie.

De retour en Angleterre, Portsmouth, sur la côte sud, était le lieu de rassemblement d'où partaient en grande partie les forces d'invasion, et la ville est le point central de la commémoration du Royaume-Uni.

L'événement a lieu alors que le président américain Donald Trump est en visite d'État au Royaume-Uni et que Portsmouth accueillera la reine Elizabeth II, le Premier ministre britannique Trump (pendant quelques jours), Theresa May, et d'autres chefs d'État, dont le président français Emmanuel Macron. et la chancelière allemande Angela Merkel, à cette occasion.

Plus de 300 anciens combattants du jour J se rendront en Normandie, dans le nord de la France, à bord du MV Boudicca, un bateau affrété par la Royal British Legion pour l'anniversaire de l'événement et escorté par un navire de la Royal Navy.

Au total, on estime que deux millions de «touristes de mémoire» visiteront les plages de Normandie pour marquer le 75e anniversaire de cette année.

Il est facile de comprendre pourquoi tant de gens veulent se rendre sur les principaux sites de ce qui est, après tout, l’un des moments décisifs de la Seconde Guerre mondiale en Europe occidentale, en particulier pour les anciens combattants ou les familles de ceux qui ont risqué et sacrifié leurs vies. Mais il y a aussi ceux qui trouvent l'idée de visiter des lieux liés à une telle mort et destruction comme un peu macabre. Il a été rapporté que les autorités chinoises maintiennent une sécurité renforcée autour de la place Tiananmen à Beijing à l'occasion du 30e anniversaire de la répression des manifestations étudiantes de 1989, au cours desquelles des centaines de personnes ont été tuées.

Le «tourisme noir» est un marché en croissance. Que le but de vos vacances soit de visiter tous les champs de bataille de la Normandie, ou qu’il s’agisse d’une visite secondaire à Auschwitz en Pologne – et que les gens ont de nombreuses bonnes raisons de faire un détour par ce terrible camp de la mort, non au moins une expérience éducative – de nombreuses personnes, au moins une fois dans leur vie, décident d’éviter la station balnéaire et choisissent plutôt de visiter des sites touristiques sombres.

Le tourisme noir (également connu sous le nom de «tourisme au noir», «tourisme morbide» ou thanatourisme – après le mot grec «thanatos» signifiant mort) a été identifié dans les années 1990. Il est défini comme "une attraction pour les lieux associés à la mort".

Les chercheurs ont trouvé la tendance difficile à cerner avec précision, car les touristes ne réalisent peut-être pas qu’ils se rendent sur un site considéré comme une «destination sombre». Mais plus de 2,1 millions de personnes ont visité le camp de concentration d'Auschwitz en 2018, tandis que le mémorial du 11 septembre à New York a attiré plus de 6,8 millions de visites en 2017.

La prison notoire d'Alcatraz aux États-Unis attire environ 1,4 million de visiteurs chaque année. Et, fait intéressant, compte tenu de la perception répandue des risques pour la santé en cause, le site de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986, en Ukraine, est également en train de devenir une destination prisée des curieux.

Suite au succès retentissant de la récente série télévisée télévisée sur le désastre, vous ne pouvez pas contrer l'augmentation du nombre de visiteurs à Tchernobyl par rapport aux 50 000 personnes visitées en 2017. La même tendance est identifiable sur le site du désastre nucléaire de 2011 à Fukushima. au Japon, qui a reçu environ 17 000 visiteurs en 2018.

Les raisons invoquées par les visiteurs pour visiter ces sites touristiques sombres sont nombreuses et variées. Ils peuvent inclure le désir de comprendre les antécédents familiaux et le respect envers leurs proches. Il existe également un désir d'empathie ou d'identification avec les victimes d'atrocités ou le désir de voir un site important à des fins d'éducation et de compréhension. Bien sûr, parfois, il existe un élément d’attirance voyeuriste pour l’horreur.

Malheureusement, tout le monde ne s’approche pas de ces sites avec le respect qu’ils méritent. Nous vivons à l'ère du "selfie" et, malgré le fait que cela soit manifestement inapproprié, des hordes de touristes faisant la file pour se prendre en photo au mémorial du 11 septembre ont été rapportés. Ceci, à son tour, a conduit à des appels pour que les «selfie sticks» soient bannis de Ground Zero. De même, il a été demandé aux visiteurs d’Auschwitz d’arrêter de poser pour prendre des photos tout en se balançant sur ses tristement célèbres voies ferrées.

Quelles que soient les raisons pour lesquelles ils visitent des sites associés à la souffrance, à la mort et au deuil, beaucoup de personnes trouvent leur visite cathartique et épanouissante. Il ne fait aucun doute que parmi les nombreuses personnes qui se rendront à Portsmouth – ou se rendront sur les champs de bataille en France – à l’occasion du 75e anniversaire du jour J, nombreux seront ceux pour qui c’est la première occasion de rendre hommage à un parent ou à un grand-parent qui a sacrifié leur vie pour un plus grand bien.

Donc, pour tous ceux qui pourraient être attirés par ces endroits par curiosité ou tout simplement parce que c'est une destination de choix, rappelez-vous que pour beaucoup de gens, vous êtes sur un terrain sacré, alors marchez doucement.

-Liz Sharples est chargée d'enseignement (tourisme) à l'Université de Portsmouth.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.