Des sondages à la sortie des urnes en Tunisie suggèrent une victoire choquante pour les outsiders politiques | Nouvelles du monde – Bonnes destinations pour les grandes vacances€

Les premiers scrutins à la sortie du scrutin présidentiel en Tunisie laissent présager une victoire choquante pour deux étrangers politiques, le professeur de droit Kaïs Saïed et le magnat des médias Nabil Karoui, qui est en détention provisoire pour des accusations de corruption, qu’il nie.

Les premiers résultats indiquent que, confrontés à une désillusion généralisée sur les progrès du pays au cours des huit dernières années depuis sa révolution, les Tunisiens ont rejeté les politiciens associés aux deux grandes tendances politiques du pays qui ont dominé ces dernières années, notamment le parti islamiste modéré Ennahda.

Le sondage, mené par Sigma Conseil, a suggéré que ni l'un ni l'autre des candidats ne disposait de suffisamment de voix pour proclamer la victoire, ce qui signifie qu'ils se disputeraient tous les deux.

La projection donne à Saïed, professeur de droit constitutionnel sans parti, 19,5% des voix et Karoui 15,5%.

Abdelfattah Mourou, candidat soutenu par Ennahda, s'est classé troisième avec 11%.

Le scrutin de sortie de scrutin fait suite au premier tour de scrutin organisé dimanche par sept millions de Tunisiens lors de la deuxième élection présidentielle du pays depuis sa révolution de 2011, au milieu d’une désillusion généralisée sur les progrès réalisés par le pays au cours des huit dernières années.

Ils se sont affrontés à un groupe de 26 candidats, parmi lesquels figurait également le Premier ministre, Youssef Chahed.

Un porte-parole de Karoui n'a pas tardé à déclarer que le candidat passerait au tour suivant. "Aujourd'hui, les Tunisiens ont dit leur parole et voulaient changer le système électrique … nous devons respecter la volonté du peuple … Nabil Karoui sera au second tour … nous avons gagné", a déclaré Hatem Mliki à la presse.

Saïed, un conservateur, a déclaré à Radio Mosaique: "Ma victoire apporte une grande responsabilité pour changer la frustration en espérant… c'est une nouvelle étape dans l'histoire tunisienne … c'est comme une nouvelle révolution."

Comme les résultats officiels ne seront pas connus avant mardi, les sondages à la sortie des urnes semblent marquer la défaite des deux grandes tendances politiques qui dominent la Tunisie depuis sa révolution de 2011 – Ennahda et son opposition laïciste éclatante.

Pour le scrutin, 70 000 officiers de police et plus de 30 000 soldats ont été déployés dans le pays, où des attaques terroristes sporadiques, mais parfois graves, ont eu lieu ces dernières années.

À La Marsa, le quartier balnéaire prospère de Tunis, le vote anticipé dimanche matin était chargé. Lorsque le Premier ministre a émergé d'un bureau de vote entouré de la foule de photographes, Lofti Jalassi, 52 ans, a suivi avec son fils. Comme beaucoup de Tunisiens pendant la campagne, il s'est plaint de la trajectoire du pays depuis la révolution qui a lancé le printemps arabe.

"Au cours des huit dernières années, les partis politiques se sont mis à courir pour conserver leurs sièges et leur pouvoir", a-t-il déclaré. "Ils ont pourchassé la corruption alors que la criminalité et le chômage ont augmenté et que les valeurs ont diminué."

Maha Dakhlaouy, une juge de 25 ans, était plus optimiste. Elle a cité la liberté de parole, d’énormes progrès pour les droits des femmes et le choix des candidates.

"Le choix des candidats que nous avons est extraordinaire", a-t-elle confié au Guardian. «Oui, les huit dernières années ont été pires que prévu, mais pas aussi mauvaises qu’avant. [during the dictatorship of Zine al-Abidine Ben Ali].

«Au final, j'ai longtemps réfléchi à la question la plus importante. Et pour moi c'était l'intégrité. J'ai donc voté pour Mohammed Abbou, un avocat qui s'est battu contre la corruption. "

Des soldats tunisiens montent la garde devant un bureau de vote à Tunis. Photographie: Mohamed Messara / EPA

La question de la sécurité, ainsi que les problèmes économiques persistants de la Tunisie, ont été cités par beaucoup au cours des derniers jours de campagne comme source de mécontentement.

Sur la plage de la station tunisienne de Sousse en Tunisie la semaine dernière, Mohammed Ben Saad, 46 ans, directeur d'une location de sports nautiques, a rappelé l'attaque terroriste qui a frappé cette plage en 2015, tuant des dizaines de touristes étrangers, dont 30 Britanniques, qui ont plongé l'industrie touristique tunisienne. dans une crise économique pour laquelle il n'a pas encore récupéré.

"Je me souviens de tout. La fusillade. Je me souviens de personnes essayant de s'échapper. Je me souviens des morts et des corps. Cela a tout changé pour nous. Nous travaillions six mois par an, maintenant ce n’est que deux mois. »

Pour Ben Saad, l'impact de l'attaque – l'un des deux pour cibler les touristes en Tunisie cette année-là – fait partie d'une crise plus grave dans le pays – une crise économique et politique dont il est incertain sera résolue par le vote de dimanche à l'élection présidentielle ou les élections parlementaires qui vont suivre.

“Rien n'est bon. Nous n’aimons pas la situation politique et économique. Tout devient de plus en plus cher.

Comme le reste du pays, dit Ben Saad, il était plein d’espoir il ya huit ans lorsque la révolution tunisienne a eu lieu, déclenchant la chute de Ben Ali.

«J'étais optimiste, comme tout le monde en 2011. Mais ensuite, Ennahda est venu pour gouverner le pays. Ils ont pris beaucoup d'argent. Ils ont laissé sortir beaucoup de prisonniers et ont fermé les yeux sur l'immigration clandestine. Quatre personnes qui travaillaient avec moi sont maintenant en Italie. En regardant la situation maintenant, je pense aussi à quitter le pays. "

C’est un sentiment de désillusion qui a inspiré quelque chose d’impensable il ya quatre ans déjà: un sentiment de nostalgie grandissant pour l’époque de l’ancien homme fort de la Tunisie, sinon pour Ben Ali lui-même.

L’analyste politique Oussama Hlel estime que les élections actuelles représentent un moment important pour la Tunisie.

"Nous sommes à la croisée des chemins et on nous demande de choisir entre deux voies: soit nous voulons poursuivre le processus lancé par la révolution, soit modifier nos arrangements constitutionnels dont certains candidats parlent."

Hlel note en particulier une nouvelle vague de populisme dans le langage de nombreuses campagnes en réponse à une désillusion croissante à l'égard de nombreux partis apparus depuis la révolution de 2011.

Cela a également été motivé par une déception généralisée à l’égard du dernier gouvernement de coalition réunissant différentes factions des deux partis vainqueurs de l’élection de 2014: le parti laïc et en désintégration Nidaa Tounes et Ennahda.

La déception des électeurs n’a toutefois pas conduit à un désengagement. "D'après les résultats de nos sondages d'opinion, les Tunisiens sont plus déterminés que jamais à voter", a déclaré Les Campbell, l'un des responsables conjoints de la mission d'observation électorale NDI / IRI aux États-Unis.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.