Charlotte Perriand: la visionnaire du design qui a survécu aux critiques de Le Corbusier | Art et désign – Bonnes destinations en été€

En 1927, une jeune designer parisienne nommée Charlotte Perriand a postulé pour travailler dans le studio sacré du grand architecte Le Corbusier. La réponse qu'elle a reçue était brève. «Nous ne brodons pas de coussins ici», a-t-on dit à Perriand. Après tout, quel rôle cette créatrice de meubles de 24 ans pourrait-elle éventuellement jouer dans le plan ambitieux de Le Corbusier visant à révolutionner le monde moderne?

Cependant, un mois plus tard, au grand salon d’automne, le grand maître se retrouva au Bar Sous le Toit de Perriand, ou Bar Under the Roof, qui recréait une partie de son appartement. Le Corbusier était fasciné; C'était l'hymne enivrant à l'âge de machine dont il rêvait. Des tabourets en cuivre nickelé étaient regroupés autour d'un bar à cocktails en aluminium anodisé, tandis qu'une table chromée était nichée à côté d'une banquette en cuir et d'un meuble à gramophone intégré.

De telles richesses – pourtant toutes intelligemment conçues pour s’intégrer dans le petit grenier de Perriand. Cela a fait sensation. Comme le rappelait plus tard Perriand: «Le salon vertical ne s’attendait pas à ce que ses galeries bouillonnent avec une jeunesse aussi téméraire.» Corbusier l’a embauchée sur place.

Japanophile… un modèle pose avec un tapis en laine et une table basse en bois de cyprès et de hinoki fabriqués par Perriand dans les années 50. Photographie: © ADAGP

Vingt ans après sa mort, l’esprit téméraire, jeune et effronté de Perriand fait de nouveau vibrer Paris, alors qu’une exposition épique de sa vie et de son travail débute à la Fondation Louis Vuitton. Certaines chambres sont équipées de barres trapézoïdales, d’une cabine métallique alpine qui ressemble davantage à un module d’atterrissage lunaire et de chaises aux couleurs chatoyantes qui pourraient bien provenir du salon du meuble de Milan. Nous pensons que le modernisme des années 1920 est une affaire sobre et statique en noir et blanc, représentée sur des photographies d'archives granuleuses. Mais cela montre que le monde de Perriand est aussi brillant qu’un arc-en-ciel et plein d’idées.

Dans une pièce, un rideau en PVC marron glacé est suspendu dans une salle de bain fraîche et carrelée de bleu, ses plis minces se balançant à côté d'une capsule de douche en aluminium futuriste qui pourrait transporter les baigneurs dans une autre dimension. Le salon est aménagé dans un meuble aux finitions chromées. Une table de salle à manger en verre vert ondulant est entourée de chaises en cuir jaune moutarde et bleu cobalt. À côté de cela se trouve une cuisine compacte organisée avec la précision d'un bloc opératoire.

Cette vision intérieure radicale est apparue dans le Salon d’automne de 1929, deux ans après l’impact de la barre de grenier de Perriand. Cependant, la nouvelle création a été attribuée au studio de Le Corbusier. Il a été conçu pour marquer l’arrivée de son «Equipment for Living», destiné à remplacer dès à présent tous les meubles d’habitation traditionnels. De nombreuses pièces sont devenues des classiques du XXe siècle: le fauteuil Grand Confort en forme de cube, la chaise longue en peau de poney (une «machine pour la détente»), le fauteuil pivotant en cuir. Ils portaient le nom LC Collection, mais leur véritable auteur était Perriand, qui avait été chargé de concevoir le mobilier, sachant que Le Corbusier n’avait pas le temps de se préoccuper de ces détails. Il les a rejetés comme «le bla, bla, bla».

L’esprit nouveau… Perriand avec Le Corbusier en 1928. Photo: © Pierre Jeanneret / AChP

Comme Perriand le disait en 1984: «Je pense que la raison pour laquelle Le Corbusier m’a prise est parce qu’il pensait que je pouvais mener à bien des idées. Je connaissais la technologie actuelle, je savais l’utiliser et, en plus, j’avais des idées sur les utilisations possibles. »La nouvelle exposition met en lumière la femme qui a conçu le mobilier et bien d’autres choses encore. en la faisant sortir de derrière les oreillers charnus pour la montrer comme une créatrice pionnière du monde moderne à part entière.

Figure sportive avec une coupe rapprochée et un penchant pour la callisthénie en plein air, Perriand incarnait l’esprit nouveau. On la voyait souvent porter un collier fait maison avec des roulements à billes, ce qui lui donnait l'apparence d'un composant souple tiré d'une machine finement réglée. Une photo de la taille d'un mur dans le hall la montre debout, seins nus dans les Alpes, dos à la caméra, les bras levés. Elle semble donner deux gros doigts aux coquilles de verre trop soufflées que Frank Gehry a créées pour la Fondation et le patriarcat du design en général. C’est un avant-goût de l’esprit malicieux qui règne sur les quatre étages de l’exposition, la plaçant depuis sept décennies à la pointe du mobilier, de la photographie et de l’architecture – de ses intérieurs des années 1920 à ses vastes plans directeurs de stations de ski, en passant par un salon de thé. construit pour l’Unesco en 1993 à l’âge de 90 ans.

Bénéficiant du budget important fourni par les coffres de LVMH, le spectacle présente un certain nombre d’intérieurs reconstruits avec précision, invitant les visiteurs à se prélasser sur des chaises longues et à pivoter dans des répliques de chaises, en se plongeant dans l’univers riche de Perriand. Une de ses créations les plus remarquables est sa maison pour un jeune homme, construite pour l'Exposition internationale de Bruxelles en 1935.

Les meubles de Perriand en 1956 chez Galérie Steph Simon. Photographie: © ADAGP / Gaston Karquel / AChP

Une arène pour l’entraînement du corps et de l’esprit, elle comporte des anneaux de traction et une barre de trapèze sur un côté; de l'autre côté d'une cloison en filet, il y a une zone d'étude où des objets trouvés décorent des étagères et une chaise en rotin rustique est assise à côté d'un bureau moderne et pointu. Pour Perriand, il n’existait aucune méthode ou style préconisé: ni métal ni bois, ni industrie ni artisanat ne devraient dominer, a-t-elle déclaré, car «nous utilisons chacun à sa place».

Au fil du temps, ses dessins ont une sensation de plus en plus organique et sensuelle, une évolution accompagnée dans l'exposition de grands tirages de ses photographies en noir et blanc de trouvailles de plage, de souches d'arbres et d'os d'animaux. Elle peignait les plages de Normandie avec son ami proche Fernand Léger (dont les immenses peintures parsèment le spectacle) et son amoureux Pierre Jeanneret (le cousin de Corbusier), collectant ennobli par la mer… Nous l'appelions notre art brut. ”

Il y a des échos de bois flotté sur les tables en bois courbées qu'elle s'est fait pour elle-même et ses amis, tandis qu'une table basse prend la forme d'un morceau de marbre brut, comme si elle venait d'être taillée dans une carrière.

Je ne pense pas que ce serait intéressant, écrit Corbusier, maintenant tu es une mère, pour t'obliger à être présente dans l'atelier

Cette table basse a été fabriquée pendant son séjour au Japon, à la suite de l’invitation du pays à s’y rendre en 1940 et à indiquer comment l’artisanat japonais traditionnel pourrait être amélioré pour être exporté. Il semble que le savoir-faire japonais ait eu sur elle un plus grand effet que sur elle. L'exposition présente une version de sa célèbre chaise longue refaite en bambou, tandis que le principe d'organisation des tapis de tatami allait influencer son approche des intérieurs modulaires. Le merveilleux fauteuil inclinable double de Perriand, recouvert d’un tissu rouge vif et violet, est l’un des points forts de ce voyage au Japon. Un couple couché sur le dos peut se faire face, les jambes en l'air. Malheureusement, il s’agit d’une pièce unique, refaite pour l’exposition.

Communiste enthousiaste, Perriand est devenu de plus en plus radical dans les années trente et quarante. De retour en France après la guerre, elle était résolue à se tourner vers des meubles bon marché destinés à la production de masse. Elle a de nouveau contacté Le Corbusier, qui travaillait sur le projet de logement Unité d’Habitation à Marseille, et la réponse a été tout aussi condescendante qu’auparavant.

Prenez votre temps… Perriand sur sa chaise longue basculante, en 1928. Photo: FLC / ADAGP, Paris 2019 © ADAGP, Paris 2019 / AChP

"Je ne pense pas que ce serait intéressant, maintenant que vous êtes une mère … de vous obliger à être présent dans l'atelier", a-t-il écrit. "D'autre part, je serais très heureux si vous pouviez contribuer aux aspects structurels pratiques des paramètres qui relèvent de votre domaine, c'est-à-dire le talent d'une femme pratique, talentueuse et gentille à la fois." En fin de compte, Perriand devrait développer les cuisines modulaires compactes pour le célèbre projet marseillais – et revendiquer l’unique auteur du résultat.

Mais l’émission montre clairement qu’elle n’a pas besoin de l’aide de Le Corbusier pour exceller. Une salle est consacrée aux Arcs, la station de ski des années 60 conçue par un groupe d'architectes sous la direction de Perriand, alors âgée d'une soixantaine d'années. Alors qu'un plan précédent avait proposé plusieurs tours, son idée était de nicher les bâtiments dans les replis de la montagne, en organisant les appartements dans une série de terrasses échelonnées en cascade sur la colline, les rendant presque invisibles après la chute de neige.

Les bâtiments sont parfaitement adaptés à leur environnement. Au sud, le recul des niveaux offre à chaque logement une terrasse généreuse pour profiter du soleil, tandis qu'au nord, la façade en pente protège les appartements de la neige. Bien qu’il puisse accueillir plus de 1 000 résidents, le complexe n’a pas besoin d’ascenseurs, il s’adapte parfaitement aux contours des collines avec un impact minimal sur le site. Un module de salle de bains profilé dans l'exposition montre l'attention portée à chaque détail et son adhésion précoce à la préfabrication.

Trapèze… une chambre dans la maison d'un jeune homme à l'Exposition internationale de Bruxelles en 1935. Photo: © ADAGP / C Vanderberghe / AChP

Cependant, malgré tous ses efforts pour s’engager dans la production industrielle, aucune des conceptions de Perriand n’a jamais été mise sur le marché de masse abordable. Elle espérait que sa chaise longue, dotée d'un cadre en acier tubulaire incurvé, suivrait cette voie, mais les discussions avec un fabricant n'ont abouti à rien. «Nos tentatives de discussions avec le fabricant de vélos Peugeot ont entraîné une demi-heure d'incompréhension totale», a-t-elle rappelé.

Seulement 170 ont été vendus au cours de la première décennie. Aujourd'hui, reproduit par Cassina sous licence de la Fondation Le Corbusier, le célèbre fauteuil inclinable se vend dans les boutiques de design à plus de 4 000 €. Pas tout à fait l'équipement égalitaire pour vivre ce communiste porteur de cartes aurait imaginé.

• Charlotte Perriand: Inventer un nouveau monde est à la Fondation Louis Vuitton, Paris, jusqu'au 24 février.