Adieu au pétard – Nouvelles – The Ledger – Meilleures lieux de vacances d’été€

Samedi soir aura lieu la dernière éruption du 4 juillet pour la course estivale NASCAR de Daytona.

DAYTONA BEACH – Lorsque le 29 août 2020 arrivera et que NASCAR lâchera le changement de vitesse des 400 milles de l’été à Daytona, les choses vont ressembler à ce qu’elles ont été pendant les 60 dernières années. Surtout les plus de 20 ans de courses nocturnes ici.

Il fera chaud, le ciel pourrait être menaçant, les conducteurs se méfieront d’un gros accident. L'ambiance dominante, cependant, sera décidément différente.

Au revoir, bikini inspiré du drapeau. A bientôt, débardeur Oncle Sam.

"Le 29 août" n’apporte pas la même inspiration que le week-end du 4 juillet.

“July in Daytona” fait partie de la NASCAR depuis 1959. Cela a changé deux fois de façon significative: en 1988, lorsque la course a été déplacée du 4 juillet au premier samedi de juillet et en 1998, elle a été déplacée de nuit après l'installation. des lumières au Speedway.

Pendant la première moitié de ses 60 ans d'existence, la course avait pour titre «Firecracker» et les moteurs étaient lancés le 4 juillet à 10 heures ou à 11 heures. La course se terminerait avant que le déjeuner ne prenne froid et, peu après, presque tout le monde dans les vagues.

«À 14 heures, nous serions à la plage», a déclaré Jimmy Means, coureur de longue date, qui a couru le 17 juillet à Daytona entre 1976 et 1993. «J'ai une photo de moi tenant mon fils (Brad) sur le quai à l'âge de 6 semaines. Il a 42 ans maintenant.

Au cours des dernières années, le programme de NASCAR prévoyait souvent la course de pétards au milieu d’une longue pause en milieu de saison. Parfois, il y avait deux week-ends de congé avant et après le 400.

Ce type de répit a disparu à mesure que l’horaire passait de 29 courses à 36 aujourd'hui (38 si vous comptez les deux expositions) et que les télévisions partenaires ont commencé à demander et / ou à dicter leurs besoins.

La réorganisation du protocole de championnat de la NASCAR au XXIe siècle, ainsi que la couverture du réseau global et le désir actuel de renverser la tendance à la baisse de la fréquentation et des cotes d'écoute de la télévision, et vous obtenez ceci: La dernière édition de juillet du thriller estival de Daytona, actuellement connu sous le nom le Coke Zero Sugar 400.

Lors de la première grande tentative de remaniement du calendrier, le 400 quitte sa maison à la mi-saison sur le thème du 4 juillet pour devenir la 26e course sur un calendrier de 36 courses. L’année prochaine, ce sera la dernière course de la saison régulière des 26 courses de la NASCAR et mettra officiellement la table pour les séries éliminatoires.

La tradition fourmille dans le camion de déménagement, de même que des cartons et des cartons de souvenirs.

'Le seul océan'

"Le 4 juillet, j’ai toujours pensé que la course devrait rester", déclare Geoff Bodine, un habitué de la NASCAR de 1982 à 2000. «Nous avons aimé ça comme ça. Nous amènerions les (deux) garçons, resterions à la plage, aller nager. Tu sortirais dans ce surf… mec, c’était un bon exercice. Et c'était bien cette période de l'année; l'eau était chaude.

«Cela nous a tellement plu que nous avons fini par acheter un appartement là-bas», ajoute Bodine, qui vit maintenant à environ 90 minutes au sud de Malabar.

Eddie Wood, propriétaire de deuxième génération du célèbre Wood Brothers Racing, pense qu'il avait 10 ans en 1962, lorsqu'il s'est rendu pour la première fois à Daytona en juillet avec son père, le regretté Glen Wood, membre du Temple de la renommée de la NASCAR, dont l'équipe de course né et basé à Stuart minuscule, en Virginie.

Marvin Panch, qui a déménagé dans cette région au cours de sa carrière de pilote, conduisait la voiture des Wood Brothers cette année-là. Eddie Wood se souvient d’avoir vu l’océan pour la première fois en surfant avec les enfants de Panch, Marvette et Richie. Mais une autre «première» année de 1962 reste tout autant liée à Wood.

«J’ai été initié à Steak’ n Shake en 1962 », raconte Wood. «J'étais un fan instantané. J'avais un goût prononcé pour les hamburgers et les frites, et j'y retourne toujours lorsque nous sommes là-bas et que nous mangeons la même chose que maintenant. Celui-là est resté avec moi.

Eddie Wood a vu pour la première fois un océan ici, mais son contemporain Kyle Petty peut en faire plus.

«Je suis né le 2 juin (1960) et nous étions à Daytona pour la course en juillet. Nous venons d'y aller; c’est ce que nous avons toujours fait », déclare Petty. «J’ai plaisanté à ce sujet, mais j’étais un peu plus âgé avant de réaliser que la seule plage en Amérique n’était pas à Daytona Beach. C'était le seul océan que nous ayons jamais vu. Une fois par an, nous verrions l’océan. Et je pensais que c'était le seul. "

Richard Petty et sa femme Lynda embarquaient leurs quatre enfants dans le break et quittaient la Caroline du Nord pour Daytona Beach chaque été. Compte tenu du calendrier ouvert des deux côtés du pétard, il s’agirait de vacances en famille, siégées à différents moments dans les hôtels Royal Beach et Sea Dip sur la plage.

Richard, à partir de 1959, fêterait toujours son anniversaire le 2 juillet à Daytona Beach.

Chaque année à un moment donné, sa famille s'en souvient, Richard avait le dessus de ses pieds larges comme un coup de soleil et devait les pousser douloureusement dans ses bottes de course le lendemain sur la piste. À tout moment à l'hôtel, le roi Richard pouvait regarder autour de lui et voir de nombreux visages familiers – David Pearson, Bobby et Donnie Allison, ainsi que d'autres conducteurs et leurs familles.

«La mer a été l'endroit où j'ai appris à nager», se souvient Kyle Petty. «Je me souviens également que Donnie Allison était un phénomène de plongée. Il reviendrait de l'hippodrome dans l'après-midi et nous serions tous fascinés par son plongeon – gagnants à moitié gagnants, mi-gagnants … il était un imbécile de plongeur. "

Au fil du temps, à mesure que la NASCAR gagnait plus d’argent et gagnait en notoriété, les conducteurs trouvaient plus pratique de rester chaque semaine dans leurs autocars de luxe sur les pistes de course, à l’abri des fans et à des années-lumière de la vieille façon de faire les choses.

«Nous avons adoré la situation telle qu'elle était», déclare Bodine. "J'ai fini par vivre ici en Floride, ce qui vous dit à quel point j'ai aimé ça."

"Date sacrée"

Il fut un temps où déplacer la course estivale de Daytona loin de la fête nationale n’était même pas sujet à discussion. Le fondateur de NASCAR et de Speedway, Bill France Sr. y a initialement créé la course en tant que remplaçant d’une course Indy-car qui ne s’est jamais matérialisée, mais il a rapidement pris conscience de sa popularité et de son potentiel futur. Cette tradition s’est poursuivie après la reprise des affaires par son fils.

«Si je me souviens bien, il y a eu peu de discussions sur le déplacement de la date. C'était aussi sacré que la date du Daytona 500 », a déclaré Robin Braig, président de Daytona International Speedway de 2002 à 2010. «Je n'avais jamais pensé, à l'époque, qu'ils renonceraient à un week-end de vacances à Daytona.

"Je me souviens de ce que Bill France Jr. avait rappelé à mon équipe des ventes: le 4 juillet et NASCAR à Daytona était" aussi américain et patriotique que la tarte aux pommes "."

En plus de toute la tradition et de tout le sens que vous pourriez attribuer au week-end de course de juillet, le meilleur de tout cela a été très profitable pour beaucoup de personnes impliquées.

Avant de rejoindre la société mère de Speedway, International Speedway Corp., Braig travaillait dans le marketing pour Anheuser-Busch. Il a supervisé l’effort de NASCAR de A-B, notamment la commercialisation de l’équipe n ° 25 de Budweiser de Hendrick Motorsports avec le pilote Ken Schrader.

«La course de juillet était le rêve de l’industrie de la bière», déclare Braig. «Ce fut un événement sportif majeur lors d'un week-end de vacances au beau milieu des mois de pointe de la vente de bière. Et c'était en Floride. Nous avons également eu l’un des meilleurs vendeurs de bière de tous les temps – Kenny Schrader – dans notre arsenal. Il connaissait déjà tous les barmans de la ville.

Cependant, au niveau local, les promoteurs du tourisme de la région ont depuis longtemps laissé entendre qu’ils seraient mieux servis pour déplacer la course sur un autre créneau du calendrier. La base de fans fidèle qui assiste encore aux courses atteindra le 400 peu importe l’endroit où elle se trouve, mais il serait plus facile d’attirer d’autres vacanciers de la famille à la plage, autour du 4 juillet, sans travailler autour d’une course automobile majeure.

Le déménagement pourrait profiter à toutes les parties, selon Kate Holcomb, directrice des communications pour le bureau des congrès et des visiteurs de la région de Daytona Beach.

«Cela crée une opportunité pour nous de transmettre plus de messages pour la grande fin de semaine du Jour de l'Indépendance aux familles, qui viendront pendant notre belle saison estivale», a-t-elle déclaré. «Et cela donnera aux amateurs de course et aux autres visiteurs une raison solide de planifier leurs vacances pour août dans la région de Daytona Beach, un mois qui offre une capacité supplémentaire (en hôtels).

"Nous sommes impatients de voir le succès dans les deux délais."

À compter de la fin du mois d'août de l'année prochaine et des 400 calendriers à venir, la communauté de course s'ajustera et se présentera à l'heure programmée. Mais il se pourrait que les anciens de NASCAR mettent fin à l'envie de faire leurs bagages pour Daytona Beach à l'approche du 4 juillet.

«Depuis le début de mon enfance, le 4 juillet a toujours été synonyme de votre présence à Daytona», déclare Wood. «Je suis allé là-bas quand j'étais enfant. J'y suis allé à l'âge adulte. Cette année, quand je vais, je suis un grand-père. Ça fait longtemps que j'y vais.

«Ça va vraiment sembler étrange de ne pas faire ça l'année prochaine. Mais je comprends, c’est comme ça que ça a fonctionné.

Ken Willis est journaliste au Daytona Beach News-Journal.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.