Livre – Wikipédia – Bonnes destinations pour skier

UNE livre c'est un ensemble de feuilles, imprimées ou manuscrites, de même format, reliées entre elles dans un certain ordre et entourées d'une couverture.[1]

Le livre est le véhicule de connaissance le plus répandu.[2] Tous les ouvrages imprimés, y compris les livres, sont appelés littérature. Les livres sont donc des œuvres littéraires. En bibliothéconomie et en sciences de l'information, un livre est appelé une monographie, pour le distinguer des périodiques tels que les magazines, les bulletins ou les journaux.

Un magasin qui vend des livres s'appelle une bibliothèque, un terme qui en italien désigne également le mobilier utilisé pour stocker les livres. La bibliothèque est le lieu de stockage et de consultation des livres. Google a estimé qu'environ 130 millions de titres différents avaient été imprimés en 2010.[3] Avec la diffusion des technologies numériques et d'Internet, les livres imprimés ont été accompagnés de l'utilisation de livres électroniques, ou livre électronique.[4]

Le mot italien livre vient du latin liber. Le mot signifiait aussi à l'origine "aboyer", mais comme il s'agissait d'un matériau utilisé pour écrire les paroles (dans le livre scribuntur litterae, Plaute), plus tard par extension, le mot a pris le sens d '«œuvre littéraire». Le mot grec βιβλίον (biblìon): voir l'étymologie du terme bibliothèque.

En anglais, le mot "book" vient du vieil anglais "bōc" qui à son tour provient de la racine germanique "* bōk-", un mot lié à "beech" (Hêtre).[5] De même, dans les langues slaves (par exemple, le russe, le bulgare) "буква" (bukva – "lettre") est lié au "hêtre". En russe et en serbe, une autre langue slave, les mots «букварь» (bukvar ') et «буквар» (bukvar) désignent respectivement les manuels scolaires qui aident les élèves du primaire à apprendre les techniques de lecture et d'écriture. On en déduit que les premiers écrits des langues indo-européennes peuvent avoir été sculptés sur du bois de hêtre.[6] De même, le mot latin codex / code, signifiant livre au sens moderne (relié et avec des pages séparées), signifiait à l'origine "bloc de bois".

L'histoire du livre fait suite à une série d'innovations technologiques qui ont amélioré la qualité de conservation du texte et l'accès à l'information, la portabilité et le coût de production. Il est étroitement lié aux contingences économiques et politiques de l'histoire des idées et des religions.

Depuis l'invention de Gutenberg de l'impression à caractères mobiles en 1455, pendant plus de quatre siècles, le seul véritable médium de masse a été le «mot imprimé».[7][8]

L'écriture est la condition de l'existence du texte et du livre. L'écriture, un système de signes durables qui permet de transmettre et de stocker des informations, a commencé à se développer entre le 7e et le 4e millénaire avant notre ère. sous forme de symboles mnémotechniques qui devinrent plus tard un système d'idéogrammes ou de pictogrammes par simplification. Les formes d'écriture connues les plus anciennes étaient donc principalement logographiques. Plus tard, l'écriture syllabique et alphabétique (ou segmentaire) a émergé.

Antiquité[[modification | modifier le wikitext]

Lorsque les systèmes d'écriture ont été inventés, ces matériaux ont été utilisés qui permettaient d'enregistrer des informations sous forme écrite: pierre, argile, écorce d'arbre, feuilles de métal. L'étude de ces inscriptions est connue sous le nom d'épigraphie. L'écriture alphabétique est apparue en Égypte il y a environ 5 000 ans. Les anciens Égyptiens écrivaient sur le papyrus, une plante cultivée le long du Nil. Les termes n'étaient initialement pas séparés les uns des autres (scriptura continue) et il n'y avait pas de ponctuation. Les textes ont été écrits de droite à gauche, de gauche à droite, et aussi pour que les lignes alternées se lisent dans des directions opposées. Le terme technique pour ce type d'écriture, avec un motif rappelant les sillons tracés par la charrue dans un champ, est "boustrophédical".

Comprimés[[modification | modifier le wikitext]

Une tablette peut être définie comme un support physiquement robuste adapté au transport et à l'écriture.

Les tablettes d'argile étaient ce que leur nom l'indique: des morceaux d'argile sèche aplatis et faciles à transporter, avec des inscriptions faites au moyen d'un stylet éventuellement humidifié pour permettre des empreintes écrites. Ils ont en fait été utilisés comme support d'écriture, en particulier pour le cunéiforme, tout au long de l'âge du bronze et jusqu'au milieu de l'âge du fer.

Les tablettes de cire étaient des lattes de bois recouvertes d'une couche de cire assez épaisse gravée au stylet. Ils servaient de matériel d'écriture régulier dans les écoles, en comptabilité et pour la prise de notes. Ils avaient l'avantage d'être réutilisables: la cire pouvait être fondue et reformer une "page blanche". La coutume de relier ensemble plusieurs comprimés de cire (Roman pugillares) est un précurseur possible des livres modernes (c.-à-d. codex, code).[9] L'étymologie du mot manuscrit (bloc de bois) suggère qu'il pourrait provenir du développement de comprimés de cire.[10]

Rouleau[[modification | modifier le wikitext]

Icône de loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Rotulus.

Le papyrus, fait d'un matériau épais semblable à du papier obtenu en tissant ensemble les tiges de la plante de papyrus, puis en le battant avec un outil semblable à un marteau, a été utilisé en Égypte pour écrire, peut-être dès la première dynastie, bien que la première preuve qu'il vient des livres du roi Neferirkara Kakai de la 5e dynastie d'Egypte (environ 2400 avant JC).[11] Les feuilles de papyrus ont été collées ensemble pour former un rouleau (scrollo). Des écorces d'arbres ont également été utilisées, comme celles de Tilia, et d'autres matériaux similaires.[12]

Selon Hérodote (Histoires 5:58), les Phéniciens ont introduit l'écriture et le papyrus en Grèce vers le 10e siècle ou le 9e siècle avant JC. Le mot grec pour papyrus comme matériel d'écriture (biblion) et réservez (biblos) provient du port phénicien de Byblos, d'où le papyrus était exporté vers la Grèce.[13] Le mot dérive également du grec tome (τόμος), qui signifiait à l'origine une tranche ou un morceau, et a progressivement commencé à signifier "un rouleau de papyrus". Tomus a été utilisé par les Latins avec la même signification que volumen (voir ci-dessous aussi l'explication d'Isidore de Séville).

Qu'ils soient faits de papyrus, de parchemin ou de papier, les rouleaux étaient la forme de livre dominante de la culture hellénistique, romaine, chinoise et juive. Le format du codex s'est installé dans le monde romain à la fin de l'Antiquité, mais le rouleau a persisté beaucoup plus longtemps en Asie.

Manuscrit[[modification | modifier le wikitext]

Au 5ème siècle, Isidore de Séville a expliqué la relation alors actuelle entre codex, livre et parchemin dans son travail Etymologiae (VI.13): "Un codex est composé de nombreux livres; un livre est composé d'un rouleau. On l'appelle un codex pour une métaphore d'un tronc (manuscrit) d'un arbre ou d'une vigne, comme s'il s'agissait d'une bûche de bois, car il contient une multitude de livres, comme s'il s'agissait de branches. »L'usage moderne diffère de cette explication.

Un codex (en usage moderne) est le premier référentiel d'informations que les gens reconnaissent comme un «livre»: des feuilles de taille uniforme attachées en quelque sorte le long d'un bord, et généralement maintenues entre deux couvertures faites d'un matériau plus solide. La première mention écrite du codex en tant que forme de livre est faite par Martial (voir ci-dessous), dans son Apophoreta CLXXXIV à la fin de son siècle, où il vante sa compacité. Cependant, le code n'a jamais gagné beaucoup de popularité dans le monde païen hellénistique, et ce n'est qu'au sein de la communauté chrétienne qu'il a été largement diffusé.[14] Cependant, ce changement a eu lieu très progressivement au cours des 3e et 4e siècles, et les raisons d'adopter le modèle de code sont multiples: le format est moins cher, car les deux côtés du matériel d'écriture peuvent être utilisés, et il est portable. , consultable et facile à cacher. Les auteurs chrétiens ont peut-être aussi voulu distinguer leurs écrits des textes païens écrits sur des rouleaux.

L'histoire du livre continue de se développer avec la transition progressive du rouleau au codex, passant du Proche-Orient du II-II millénaire av. au début de la période byzantine, au cours des 4e et 5e siècles après JC, lorsque la diffusion du christianisme et du monachisme a fondamentalement changé le cours de l'histoire du livre.

Jusqu'au deuxième siècle de notre ère, tous les héritages écrits étaient conservés sous forme de rouleaux (ou scrolli), certains de parchemin, mais la majorité de papyrus. À l'arrivée du Moyen Âge, environ un demi-millénaire plus tard, les codex – de forme et de construction similaires au livre moderne – ont remplacé le rouleau et étaient principalement composés de parchemin. Le parchemin a continué à être utilisé pour des documents et autres, des écritures de toutes sortes qui sont triées dans des classeurs ou des archives, mais le codex avait la suprématie dans la littérature, les études scientifiques, les manuels techniques, etc., les écritures de toutes sortes qui sont placées dans les bibliothèques. . Ce fut un changement qui a profondément affecté toutes les personnes impliquées dans les livres, du lecteur occasionnel au bibliothécaire professionnel.

Les premières références aux codes se trouvent sur Martial, dans certaines épigrammes, comme celle du livre XIII paru en 85/86 après JC:

()

"Omnis in hoc gracili Xeniorum turba libello / Constabit nummis quattuor empta libri. / Quattuor est nimium? pour pouvoir se composer duobus, / Et faciet lucrum bybliopola Tryphon."

(IL)

«La série Xenia rassemblée dans ce petit livre astucieux vous coûtera un centime si vous l'achetez. Quatre de trop? Vous pouvez les payer deux, et le libraire Trifone fera de toute façon son profit. "

(Martial XIII.3.1)

Même dans ses couplets, Martial continue d'évoquer le codex: un an avant celui-ci, un recueil de couplets est publié dans le but d'accompagner les dons. Il y en a un, qui porte le titre "Le Métamorphoses de Ovid sur Membranes"Et il dit:

()

"SURVEILLE LA MÉTAMORPHOSE DANS LES MEMBRANES. Haec tibi, table multiple quae structa est massa, / Carmina Nasonis quinque decemque gerit."

(IL)

«LES MÉTAMORPHOSES D'OVID SUR parchemin. Cette masse composée de nombreuses feuilles contient quinze livres poétiques de Naso "

(Martial XIV.192)
Le livre ancien

Au fil du temps, l'objet livre a subi des changements importants d'un point de vue matériel et structurel.
Les spécimens de livres les plus anciens étaient sous la forme de volumen ou parchemin et principalement manuscrite sur papyrus.
À partir du IIe siècle avant JC un nouveau type de support d'écriture apparaît: le parchemin. Dans le monde antique, il n'a pas eu beaucoup de chance en raison du prix élevé par rapport à celui du papyrus. Cependant, il avait l'avantage d'une plus grande résistance et la possibilité d'être produit sans les limitations géographiques imposées par le climat chaud pour la croissance du papyrus.
Le livre sous forme de rouleau se composait de feuilles préparées à partir de fibres de papyrus (phylire) disposés en une couche horizontale (la couche qui a ensuite reçu l'écriture) superposée à une couche verticale (la face opposée). Les feuilles ainsi formées étaient collées les unes aux autres latéralement, formant une longue bande qui pourrait avoir deux bâtons aux extrémités (humiliez-nous) sur laquelle il a été enroulé.
L'écriture était réalisée sur des colonnes, généralement du côté du papyrus qui avait des fibres horizontales.
Il n'y a pas beaucoup de preuves sur les rouleaux de parchemin, mais leur forme était similaire à celle des livres de papyrus.
Les encres noires utilisées étaient à base de noir de carbone et de gomme arabique.
À partir du IIe siècle après JC puis une nouvelle forme de livre commence à se répandre, le manuscrit ou codex en papyrus et parchemin.
L'ancien formulaire de livre de défilement disparaît dans le champ de livre. Sous une forme considérablement différente, il reste dans le domaine des archives.
Au Moyen Âge, quelques innovations ont fait leur chemin: de nouvelles encres de fer gauloises et, à partir du milieu du XIIIe siècle, du papier.
Le prix très bas de ce matériau, fabriqué à partir de chiffons et donc plus abondant que le parchemin, favorise sa diffusion.
Mais il faut attendre la seconde moitié du XVe siècle pour rencontrer le procédé d'impression traditionnellement attribué à une invention de l'allemand Gutenberg.
Ce moyen, permettant l'accélération de la production de copies de textes, contribue à la diffusion du livre et de la culture.

Le mot membranae, littéralement «peaux», est le nom que les Romains ont donné au codex parchemin; le cadeau que les couplets susmentionnés devaient accompagner était presque certainement une copie de l'œuvre complète de Martial, quinze livres sous la forme d'un code et non d'un rouleau, plus courant à cette époque. Ses autres couplets révèlent que parmi les cadeaux faits par Martial, il y avait des copies de Virgile, Cicéron et Livio. Les paroles de Martial donnent la nette impression que de telles éditions ont été récemment introduites.

Le codex provient des tablettes en bois que les anciens avaient utilisées pendant des siècles pour écrire des annotations. Lorsqu'il fallait plus d'espace que celui offert par une seule tablette, les scribes en ajoutaient d'autres, empilés les uns sur les autres et attachés ensemble avec une corde qui passait à travers les trous préalablement percés sur l'un des bords: donc un "cahier". Des «cahiers» contenant jusqu'à dix tablettes ont été trouvés. Au fil du temps, des modèles de luxe fabriqués avec des tablettes d'ivoire au lieu de bois étaient également disponibles. Les Romains appelaient ces tablettes avec le nom de manuscrit et ce n'est que bien plus tard que ce terme a acquis le sens que nous lui donnons actuellement. À un certain moment, les Romains ont inventé un cahier plus léger et moins volumineux, remplaçant le bois ou l'ivoire par des feuilles de parchemin: ils ont placé deux feuilles ou plus ensemble, les ont pliées au milieu, les ont perforées le long du pli et ont passé une ficelle à l'intérieur pour les maintenir ( re) liés. C'était une courte étape entre l'utilisation de deux ou trois feuilles comme cahier et la reliure d'une certaine quantité pour transcrire des textes étendus – en d'autres termes, créer un manuscrit au sens propre que nous utilisons aujourd'hui.[15]

Égyptiens et romains[[modification | modifier le wikitext]

Les Romains méritent le mérite d'avoir franchi cette étape essentielle, et ils doivent l'avoir fait quelques décennies avant la fin du Ier siècle après JC, puisque depuis lors, comme nous le montrent les couplets de Martial, des éditions d'auteurs communs en format sont devenues disponibles. à Rome. manuscrit, bien que toujours une nouveauté. Comme Rome était le centre du commerce du livre de livres en latin, on peut certainement en conclure que la production de ces éditions provenait de cette ville. Le grand avantage qu'ils offraient par rapport aux rouleaux était leur capacité, un avantage qui découlait du fait que la face extérieure du rouleau était laissée vierge, vide. Le codex, par contre, avait écrit les deux côtés de chaque page, comme dans un livre moderne.

()

"Membrane Quam brevis inmensum cepit Maronem! Ipsius vultus première table de gerit."

(IL)

«Que le parchemin qui rassemble tout Virgile est petit! La première page porte le visage du poète. "

(Martial XIV.186)

Ainsi Martial s'émerveillait dans l'une de ses épigrammes: l'Énéide à elle seule aurait nécessité au moins quatre rouleaux ou plus.

Les codex dont il parlait étaient en parchemin; dans les couplets accompagnant le don d'un exemplaire d'Homère, par exemple, Martial le décrit comme étant fait de «cuir à plis multiples». Mais des copies étaient également faites de feuilles de papyrus. En Égypte, où la plante de papyrus poussait et était le centre de sa fabrication pour le matériel d'écriture, le codex de ce matériau était naturellement plus commun que le parchemin: parmi les milliers de fragments d'écriture grecque et latine trouvés dans les sables égyptiens, environ 550 sont des codex et un peu plus de 70% d'entre eux sont en papyrus.[15] On suppose également que le codex de papyrus était également plus courant en dehors de l'Égypte. Lorsque les Grecs et les Romains n'avaient que le rouleau pour écrire des livres, ils préféraient utiliser le papyrus plutôt que le parchemin. Il est donc logique de croire que la même préférence a été utilisée pour le codex lorsqu'il est devenu disponible.

Les découvertes égyptiennes nous permettent de retracer le remplacement progressif du rouleau par le codex. Il est apparu en Egypte peu de temps après l'époque de Martial, au IIe siècle après JC, ou peut-être même plus tôt, à la fin du Ier siècle. Ses débuts ont été modestes. À ce jour, 1 330 fragments d'écrits littéraires et scientifiques grecs ont été trouvés, remontant aux premier et deuxième siècles; ils sont tous sur rouleau, sauf un peu moins de vingt, à peine 1,5%, sur les codes. Au troisième siècle, le pourcentage est passé de 1,5% à environ 17%; il est clair que le codex avait du succès. Vers 300 après J.-C. le pourcentage va jusqu'à 50% – une parité avec le parchemin qui se reflète dans certaines représentations qui montrent un homme tenant un parchemin à côté d'un autre tenant un code.[16] En 400 après J.-C. il atteint 80% et entre 500 et 90%. Le rouleau, cependant, avait encore plusieurs siècles avant lui, mais seulement pour les documents; ce que les gens lisaient pour le plaisir, l'édification ou l'éducation était à peu près tout au sujet des codes.[17]

Papyrus et parchemin[[modification | modifier le wikitext]

Les découvertes égyptiennes éclairent également la transition du codex du papyrus au parchemin. En théorie, en Egypte, terre riche en papyrus, le code du papyrus aurait dû régner en maître, mais il n'en était pas ainsi: le code du parchemin apparaît dans la région en même temps que celui du papyrus, au IIe siècle après JC. Bien que les onze codex de la Bible datés de ce siècle étaient du papyrus, il existe environ 18 codex du même siècle avec des écrits païens et quatre d'entre eux sont en parchemin.[18] En outre, des informations intéressantes sont fournies par une lettre de l'époque, trouvée dans un village égyptien – un fils écrit à son père que

«Deios est venu nous voir et nous a montré les six codes de parchemin. Nous n'en avons pas choisi, mais nous en avons récupéré huit autres, pour lesquels je lui ai donné 100 drachmes en acompte.[19]"

Deios, apparemment un libraire itinérant, voulait vendre une quantité d'au moins quatorze codes de parchemin, ce qui intéressait un habitant du village égyptien. Le codex très apprécié par Martial avait donc parcouru un long chemin depuis Rome.

Au troisième siècle, lorsque ces codes se sont généralisés, les codes du parchemin ont commencé à être populaires. Le nombre total de codes survivants s'élève actuellement à plus de cent; au moins 16 d'entre eux sont en parchemin, soit 16%. Au quatrième siècle, le pourcentage s'élève à 35% – sur environ 160 codex, dont au moins 50 sont en parchemin – et reste au même niveau au cinquième siècle. Bref, même en Égypte, source mondiale de papyrus, le codex parchemin occupait une part de marché importante.[15][19]

C'était chrétien[[modification | modifier le wikitext]

Les premiers codex qui ont survécu en dehors de l'Égypte datent des quatrième et cinquième siècles de notre ère. et ils sont peu nombreux – différents pour la Bible, certains de Virgile, un d'Homère et rien d'autre. Ce sont tous des parchemins, des éditions élégantes, écrits en calligraphie élaborée sur de fines feuilles de parchemin. Pour de telles éditions de luxe, le papyrus ne convenait certainement pas.[15]

Dans au moins un domaine, la jurisprudence romaine, le codex parchemin a été produit dans des éditions économiques et de luxe. Des titres de compilation célèbres, le Code Théodosien promulgué en 438, et le Code Justinien promulgué en 529, indiquent que les empereurs les avaient écrits sur des codex, certainement en parchemin puisqu'ils étaient plus durables et plus volumineux et aussi d'excellente qualité, puisqu'ils étaient produits sous l'égide de l'empereur. D'autre part, sur la base des annotations de Libanius, un intellectuel du quatrième siècle qui dans ses nombreuses activités était également professeur de droit, nous apprenons que les manuels de ses élèves étaient des codes de parchemin. Les raisons étaient bonnes: le parchemin pouvait résister à divers mauvais traitements, le code pouvait être consulté rapidement pour les références juridiques, les condamnations et les jugements, etc. Le parchemin utilisé devait certainement être de mauvaise qualité, avec des peaux si épaisses que les élèves qui les portaient plieraient les genoux. Le poids était cependant un autre facteur important pour la Activités hors classe: ils servaient à des combats entre élèves et des livres à la place de pierres.[15][20][21]

Moyen Âge[[modification | modifier le wikitext]

Manuscrits[[modification | modifier le wikitext]

La chute de l'Empire romain au 5ème siècle après JC a vu le déclin de la culture de la Rome antique. Le papyrus est devenu difficile à trouver en raison du manque de contact avec l'Égypte ancienne et le parchemin, qui avait été conservé en arrière-plan pendant des siècles, est devenu le principal matériau d'écriture.

Les monastères ont continué la tradition scripturale latine de l'Empire romain d'Occident. Cassiodorus, dans le monastère de Vivario (fondé vers 540), a souligné l'importance de la copie de textes.[22] Par la suite, également Benedetto da Norcia, dans son Regula Monachorum (achevé au milieu du VIe siècle) encourageait la lecture.[23] La Règle de Saint Benoît (Chap. XLVIII), qui réserve certains moments à la lecture, a fortement influencé la culture monastique du Moyen Âge et est l'une des raisons pour lesquelles les clercs sont devenus les plus grands lecteurs de livres. La tradition et le style de l'Empire romain prédominaient encore, mais progressivement la culture du livre médiéval a émergé.
Les moines irlandais ont introduit l'espacement des mots au 7ème siècle. Ils ont adopté ce système parce qu'ils lisent difficilement les mots latins. L'innovation a ensuite été également adoptée dans les pays néo-latins (comme l'Italie), bien qu'elle ne soit pas devenue courante avant le 12ème siècle. On pense que l'insertion d'espaces entre les mots a favorisé le passage de la lecture semi-vocalisée à la lecture silencieuse.[24]

Avant l'invention et la diffusion de l'imprimerie, presque tous les livres étaient copiés à la main, ce qui les rendait chers et relativement rares. Les petits monastères possédaient généralement au plus quelques dizaines de livres, peut-être quelques centaines de livres de taille moyenne. A l'époque carolingienne, les plus grandes collections rassemblaient environ 500 volumes; à la fin du Moyen Âge, la bibliothèque papale d'Avignon et la bibliothèque de la Sorbonne à Paris possédaient environ 2 000 volumes.[25]

Le processus de production d'un livre était long et laborieux. Le support d'écriture le plus utilisé au début du Moyen Âge, le parchemin ou vélin (cuir de veau), il fallait préparer, puis les pages libres étaient planifiées et réglées avec un instrument pointu (ou plomb), après quoi le texte était écrit par le scribe, qui laissait généralement des zones vides à des fins d'illustration et de rubrique. Enfin, le livre a été relié par le relieur.[26] Les couvertures étaient en bois et recouvertes de cuir. Le parchemin séché ayant tendance à prendre la forme qu'il avait avant la transformation, les livres étaient équipés de fermoirs ou de sangles.

Au cours de cette période, différents types d'encre ont été utilisés, généralement préparés avec de la suie et du caoutchouc, et plus tard également avec de la noix de galle et du sulfate ferreux. Cela a donné à l'écriture une couleur noir brunâtre, mais le noir ou le marron n'étaient pas les seules couleurs utilisées. Il existe des textes écrits en rouge ou même en or, et différentes couleurs ont été utilisées pour les miniatures. Parfois, le parchemin était de couleur violette et le texte y était écrit en or ou en argent (par exemple, le Codex Argenteus).[27]Voir l'illustration dans la marge

Tout au long du début du Moyen Âge, les livres étaient principalement copiés dans les monastères, un à la fois. Avec l'émergence des universités, la culture manuscrite de l'époque a entraîné une augmentation de la demande de livres et un nouveau système de copie s'est développé. Les livres ont été divisés en feuilles non reliées (pecia), qui ont été distribués à différents copistes; par conséquent, la vitesse de production des livres a considérablement augmenté. Le système était géré par des corporations laïques de papeteries, qui produisaient du matériel à la fois religieux et profane.[28] Dans les premières bibliothèques publiques, les livres étaient souvent enchaînés à une bibliothèque ou à un bureau pour éviter le vol. Ces livres s'appelaient livres enchaînés. Cette coutume dura jusqu'au XVIIIe siècle.Voir l'illustration dans la marge

Le judaïsme a maintenu en vie l'art du scribe à ce jour. Selon la tradition juive, le rouleau de la Torah placé dans la synagogue doit être écrit à la main sur parchemin et par conséquent, un livre imprimé n'est pas autorisé, bien que la congrégation puisse utiliser des livres de prières imprimés et des copies de la Bible hébraïque peuvent être utilisées pour étudier à l'extérieur de la synagogue. Le scribe hébreu (plus doux) est très respecté au sein de la communauté juive pratiquante.

Dans le monde islamique[[modification | modifier le wikitext]

Les Arabes ont également produit et relié des livres pendant la période islamique médiévale, développant des techniques avancées de calligraphie arabe, de miniatures et de reliure. Un certain nombre de villes du monde islamique médiéval abritaient des centres de production de livres et des marchés du livre. Marrakech, au Maroc, avait une rue nommée Koutoubia, ou «vendeurs de livres», qui au XIIe siècle ignoraient plus de 100 librairies; la célèbre mosquée Koutoubia est ainsi nommée en raison de son emplacement dans cette rue.[15]

Le monde islamique médiéval a également utilisé une méthode de reproduction de copies fiables en grande quantité connue sous le nom de «lecture de chèque», par opposition à la méthode traditionnelle du scribe qui, seul, a produit un seul exemplaire d'un seul manuscrit. Avec la méthode de contrôle, seuls "les auteurs pouvaient autoriser des copies, et cela se faisait lors de réunions publiques, où le copiste lisait le texte à haute voix en présence de l'auteur, qui le certifiait ensuite comme exact".[29] Avec ce système de lecture contrôlée, «un auteur peut produire une douzaine d'exemplaires ou plus d'une lecture donnée, et avec deux lectures ou plus, plus d'une centaine d'exemplaires d'un seul livre peuvent facilement être produits».[30]

Gravure sur bois[[modification | modifier le wikitext]

Dans la gravure sur bois, une image en bas-relief d'une page entière a été gravée sur des tablettes en bois, encrée et utilisée pour imprimer des copies de cette page. Cette méthode est originaire de Chine, pendant la dynastie des Han (avant 220 avant JC), pour l'impression sur les textiles et plus tard sur le papier, et a été largement utilisée dans toute l'Asie de l'Est. Le livre le plus ancien imprimé avec ce système est le Sutra du diamant (868 après JC).

Cette méthode (appelée «intaille» lorsqu'elle est utilisée dans l'art) est arrivée en Europe au début du 14ème siècle et a été utilisée pour produire des livres, des cartes à jouer et des illustrations religieuses. Créer un livre entier, cependant, était une tâche longue et difficile, nécessitant une tablette sculptée à la main pour chaque page, et les tablettes se fissuraient souvent si elles étaient maintenues au-delà d'un certain temps. Les moines ou autres qui les ont écrits ont été payés généreusement.[15]

Personnages mobiles et incunables[[modification | modifier le wikitext]

L'inventeur chinois Bi Sheng a fabriqué des caractères mobiles en terre cuite vers 1045, mais il n'y a pas d'exemples survivants de son estampe. Vers 1450, dans ce qui est communément considéré comme une invention indépendante, l'Allemand Johannes Gutenberg a inventé le caractère mobile en Europe, ainsi que le moule de moulage en métal des caractères pour chacune des lettres de l'alphabet latin.[31] Cette invention a progressivement rendu les livres moins exigeants en main-d'œuvre et moins coûteux à produire et plus largement disponibles. L'impression est l'une des premières et des plus importantes formes de production de masse.

Les premiers livres imprimés, feuilles simples et images créés avant 1501 en Europe sont connus sous le nom d'incunables.

«Un homme né en 1453, l'année de la chute de Constantinople, pouvait se remémorer sa cinquantième année d'une vie au cours de laquelle quelque huit millions de livres avaient été imprimés, peut-être plus que tout ce que les scribes de l'Europe avaient produit depuis depuis que Constantin avait a fondé sa ville en 330 après JC[32]"

Galerie d'images[[modification | modifier le wikitext]

Âge moderne et contemporain[[modification | modifica wikitesto]

Le macchine da stampa a vapore diventarono popolari nel XIX secolo. Queste macchine potevano stampare 1.100 fogli l'ora, ma i tipografi erano in grado di impostare solo 2.000 lettere l'ora.

Le macchine tipografiche monotipo e linotipo furono introdotte verso la fine del XIX secolo. Potevano impostare più di 6.000 lettere l'ora e una riga completa di caratteri in maniera immediata.

I secoli successivi al XV videro quindi un graduale sviluppo e miglioramento sia della stampa, sia delle condizioni di libertà di stampa, con un relativo rilassamento progressivo delle legislazioni restrittive di censura. A metà del XX secolo, la produzione libraria europea era salita a oltre 200.000 titoli all'anno.

Nella seconda metà del XX secolo la tecnologia informatica ha reso possibile con la diffusione di libri in formato elettronico, poi chiamati eBook o e-book (da electronic book) ,una rivoluzione in quanto come ha evidenziato il bibliofilo Nick Carr dalle caratteristiche della carta stampata ovvero : fissità della pagina, fissità dell'edizione ,fissità dell'oggetto ,fissità della realizzazione , si passa alla : fluidità della pagina, fluidità dell'edizione, fluidità del contenitore , fluidità della crescita.[33]

Nel 1971[34] nasce il Progetto Gutenberg, lanciato da Michael S. Hart, la prima biblioteca di versioni elettroniche liberamente riproducibili di libri stampati. L'uso degli eBook al posto dei libri stampati si è tuttavia diffuso solo all'inizio del XXI secolo.[35]

I libri a stampa sono prodotti stampando ciascuna imposizione tipografica su un foglio di carta. Le dimensioni del foglio hanno subìto variazioni nel tempo, in base alle capacità delle presse (dei torchi). Il foglio stampato viene poi opportunamente piegato per ottenere un fascicolo o segnatura di più pagine progressive. Le varie segnature vengono rilegate per ottenere il volume. L'apertura delle pagine, specialmente nelle edizioni in brossura, era di solito lasciata al lettore fino agli anni sessanta del XX secolo, mentre ora le segnature vengono rifilate direttamente dalla tipografia.

Nei libri antichi il formato dipende dal numero di piegature che il foglio subisce e, quindi, dal numero di carte e pagine stampate sul foglio.

Nei libri moderni il formato è dato dall'altezza in centimetri, misurata al frontespizio, entro un minimo e un massimo convenzionalmente stabilito.[36]

Libro tascabile[[modifica | modifica wikitesto]

Il termine "tascabile" riferito al libro rappresenta un concetto commerciale e identifica libri economici stampati in sedicesimo, la cui diffusione, a partire dall'ultimo Ottocento (ma soprattutto nella seconda metà del XX secolo), ha permesso un notevole calo dei prezzi. Sostanzialmente – sia per il formato, sia per l'economicità – esso trova precedenti nella storia del libro anteriore alla stampa, già a partire dall'antichità (il "libro che sta in una mano": nel mondo greco encheiridion, in quello latino i pugillares, nel Medioevo il libro da bisaccia).

In ordine alfabetico:

Carte di guardia[[modifica | modifica wikitesto]

Le "carte di guardia", o risguardi, o sguardie, sono le carte di apertura e chiusura del libro vero e proprio, che collegano materialmente il corpo del libro alla coperta o legatura. Non facendo parte delle segnature, non sono mai contati come pagine.

La loro utilità pratica è evidente in libri cartonati, o rilegati in tela, pelle o pergamena, dove aiutano a tenere unita la coperta rigida al blocco del libro. Nel libro antico le sguardie, poste a protezione delle prime pagine stampate o manoscritte del testo, contribuiscono a tenerlo insieme alla copertina con spaghi o fettucce passanti nelle cuciture al dorso; nel libro moderno è invece la garza che unisce i fascicoli alla copertina. Si chiama "controguardia" la carta che viene incollata su ciascun "contropiatto" (la parte interna del "piatto") della coperta, permettendone il definitivo ancoraggio.

Le sguardie sono solitamente di carta diversa da quella dell'interno del volume e possono essere bianche, colorate o decorate con motivi di fantasia (nei libri antichi erano marmorizzate). Nei libri antichi di lusso, possono essere in numero variabile, da due a quattro (raramente di più), sia all'inizio sia alla fine.

Nei libri in brossura e negli opuscoli i risguardi solitamente mancano, ma è spesso presente una singola carta di guardia in principio e in fine.

Colophon[[modifica | modifica wikitesto]

Magnifying glass icon mgx2.svg Lo stesso argomento in dettaglio: Colophon.

Il colophon o colofone, che chiude il volume, riporta le informazioni essenziali sullo stampatore e sul luogo e la data di stampa. In origine nei manoscritti era costituito dalla firma (o subscriptio) del copista o dello scriba, e riportava data, luogo e autore del testo; in seguito fu la formula conclusiva dei libri stampati nel XV e XVI secolo, che conteneva, talvolta in inchiostro rosso, il nome dello stampatore, luogo e data di stampa e l'insegna dell'editore. Sopravvive ancor oggi, soprattutto con la dicitura Finito di stampare.

Coperta o copertina[[modifica | modifica wikitesto]

Le parti del libro: 1) fascetta; 2) sovraccoperta; 3) controguardia incollata alla coperta; 4) labbro; 5) taglio di testa; 6) taglio davanti; 7) taglio di piede; 8) pagina pari o di destra 9) pagina dispari o di sinistra; 10) piega del foglio che forma il fascicolo.

Di norma i fascicoli che costituiscono il libro vengono tenuti insieme da un involucro detto appunto '"coperta" o "copertina", è la parte più esterna del libro spesso rigida e illustrata. La più antica copertina illustrata oggi conosciuta ricoprì le Consequentiae di Strodus, libretto stampato a Venezia da Bernardo da Lovere nel 1484.[37] Usata raramente fino a tutto il Settecento (quando solitamente l'editore vendeva i libri slegati o applicava una semplice copertina di protezione, che veniva poi gettata dal legatore) divenne molto popolare a partire dai primi anni dell'Ottocento, forse su impulso degli stampatori Brasseur di Parigi.[38]

Nel libro antico poteva essere rivestita di svariati materiali: pergamena, cuoio, tela, carta e costituita in legno o cartone. Poteva essere decorata con impressioni a secco o dorature. Ciascuno dei due cartoni che costituiscono la copertina viene chiamato piatto. I piatti hanno dimensioni leggermente più ampie rispetto al corpo del volume. La parte che sporge oltre il margine dei fogli è chiamata unghiatura, o unghia o cassa. Essa è anche realizzata nelle segnature (fogli piegati) per facilitare la raccolta o l'assemblaggio di un opuscolo.

Nel libro moderno la coperta è costituita dai due piatti e da un "dorso", per le cosiddette copertine rigide ("legature a cartella" o "Bradel" o "cartonato"), oppure da un cartoncino più o meno spesso che, opportunamente piegato lungo la linea del dorso, abbraccia il blocco delle carte. In quest'ultimo caso si parla di brossura e l'unghiatura è assente.

Nata con funzioni prettamente pratiche quali la protezione del blocco delle carte e il permetterne la consultabilità, la coperta assume nel tempo funzioni e significati diversi, non ultimo quello estetico e rappresentativo. Nel XIX secolo la coperta acquista una prevalente funzione promozionale. Con la meccanizzazione e la diffusione dell'industria tipografica vengono introdotti altri tipi di legature e coperte, più economiche e adatte alle lavorazioni automatiche.

Il cartonato si diffonde nel XIX secolo, preferito per economicità, robustezza e resa del colore. Ha caratterizzato a lungo l'editoria per l'infanzia e oggi, ricoperto da una "sovraccoperta", costituisce il tratto caratteristico delle edizioni maggiori. Modernamente la brossura è un sistema di legatura in cui i fascicoli o segnature vengono fresate dal lato del dorso e i fogli sciolti vengono incollati a una striscia di tela o plastica sempre al dorso (cosiddetta "brossura fresata").

Aletta[[modifica | modifica wikitesto]

Le "alette" o "bandelle" (comunemente dette "risvolti di copertina") sono le piegature interne della copertina o della sovraccoperta (vedi infra). Generalmente vengono utilizzate per una succinta introduzione al testo e per notizie biografiche essenziali sull'autore.

Prima di copertina[[modifica | modifica wikitesto]

La "prima di copertina" o "copertina anteriore" o "piatto superiore" è la prima faccia della copertina di un libro. Di norma, riporta le indicazioni di titolo e autore.

Quarta di copertina[[modifica | modifica wikitesto]

La "quarta di copertina" o "copertina posteriore" o "piatto inferiore" è l'ultima faccia della copertina, usata oggi a scopo promozionale. Solitamente riporta notizie sull'opera e sull'autore, nonché il codice ISBN e il prezzo del volume (se non è indicato nel risvolto di copertina).

Sovracopertina o sopracopertina[[modifica | modifica wikitesto]

I libri con copertina cartonata in genere sono rivestiti da una "sovraccoperta". Ha di solito la funzione di reclamizzare il libro, per cui riporta i dati essenziali dell'opera ed è sempre a colori ed illustrata. La sovracopertina è stampata, nella maggior parte dei casi, solo sull'esterno.

Taglio[[modifica | modifica wikitesto]

I tre margini esterni del libro, cioè la superficie presentata dai fogli in un volume chiuso, si chiamano "tagli". Essi sono detti: "superiore" (o di "testa"); il taglio esterno è detto "davanti" (o "concavo"); il taglio inferiore è detto "piede". Dal punto di vista industriale, il taglio di testa è, con la cucitura, il lato più importante di un libro in quanto determina il registro frontale della macchina da stampa. I tagli possono essere al naturale, decorati o colorati in vario modo. In questi ultimi casi, si parla di "taglio colore", nel passato usati per distinguere i libri religiosi o di valore dalla restante produzione editoriale, utilizzando una spugna imbevuta di inchiostri all'anilina (anni 70-80 del XX secolo).[39] Dalla fine degli anni novanta vengono svolti in labbratura con colori a base d'acqua.

Dorso[[modifica | modifica wikitesto]

Il "dorso" o "costa" o "costola" del libro è la parte della copertina che copre e protegge le pieghe dei fascicoli, visibile quando il volume è posto di taglio (ad esempio su una scaffalatura). Riporta solitamente titolo, autore, e editore del libro.

Ex libris[[modifica | modifica wikitesto]

L'"ex libris" è un foglietto che veniva (e talvolta viene ancora) incollato all'interno della copertina di un libro per indicarne, con uno stemma araldico o un'immagine simbolica, il proprietario. Sovente riporta un motto.

Fascetta[[modifica | modifica wikitesto]

Nel libro moderno, la "fascetta" è la striscia di carta, applicata trasversalmente alla copertina del libro, utilizzata per riportare slogan pubblicitari destinati a sottolineare il successo del libro. Assente nel libro antico.

Frontespizio[[modifica | modifica wikitesto]

Il "frontespizio" è la pagina pari, di solito la prima (o la terza) di un libro, che presenta le informazioni più complete sul libro stesso.

I primi incunaboli e manoscritti non avevano il frontespizio, ma si aprivano con una carta bianca con funzione protettiva. Introdotto alla fine del Quattrocento, il frontespizio aveva la forma di un occhiello o di un incipit, quindi si arricchì di elementi decorativi come cornici xilografiche. Nel XVII secolo cede la parte decorativa all'antiporta e vi compaiono le indicazioni di carattere pubblicitario riferite all'editore, un tempo riservate al colophon. In epoca moderna, le illustrazioni e parte delle informazioni si sono trasferite sulla copertina o sulla sovraccoperta e altre informazioni nel verso del frontespizio.

Nervi[[modifica | modifica wikitesto]

Nel libro antico i "nervi" sono i supporti di cucitura dei fascicoli generalmente in corda, cuoio, pelle allumata o, più recentemente, fettuccia. I nervi possono essere lasciati a vista (e messi in evidenza attraverso la "staffilatura"), oppure nascosti in modo da ottenere un dorso liscio. Nel libro moderno i nervi sono di norma finti, apposti per imitare l'estetica del libro antico e conferire importanza al libro.

Occhiello[[modifica | modifica wikitesto]

L'"occhiello" (o occhietto) è una pagina con un titolo (spesso della serie o collana) che precede il frontespizio. Nei libri suddivisi in più parti, si possono avere occhietti intermedi.[40]

Tavole[[modifica | modifica wikitesto]

Un libro spesso è arricchito di figure. Se esse fanno parte integrante del testo sono chiamate illustrazioni. Se invece sono fuori testo, cioè vengono stampate a parte e sono unite al libro in un secondo tempo, vengono chiamate tavole. Esse hanno una numerazione di pagina distinta da quella del testo; vengono impresse su una carta speciale, quasi sempre una carta patinata.[41]

Il valore di un libro non è dato dal solo costo di produzione, c’è innanzitutto da considerare che il libro è un’opera dell’ingegno. In quanto bene creativo, il libro riflette un valore identitario di natura sociale e collettiva, segnando una collettività; si può perciò considerare un prodotto simbolico[[non chiaro].

  • Il valore economico che è dato dal prezzo a cui viene venduto sul mercato e cioè dalla attribuzione di utilità, importanza, valore da parte degli individui o mercati.
  • Il valore relazionale è il legame che il libro è in grado di creare tra editore, autore e lettore ma anche tra titoli di una stessa collana.
  • Il valore identitario permette al lettore di immedesimarsi e sentirsi parte della storia fino a riconoscersi nell'opera stessa.
  • Il valore culturale di cui il libro si fa carico permette che la cultura assuma diversi punti di vista.
  • Il valore di status può riguardare sia l’autore che il lettore dell’opera, aver letto o non aver letto un determinato libro può contribuire a creare una certa reputazione.
  1. ^ Il libro è «un prisma a sei facce rettangolari, composto di sottili lamine di carta, che debbono presentare un frontespizio» secondo Jorge Luis Borges, Tutte le opere, trad. it., Milano, 1984, I, p. 212.
  2. ^ Amedeo Benedetti, Il libro. Storia, tecnica, strutture. Arma di Taggia, Atene, 2006, p. 9.
  3. ^ Books of the world, stand up and be counted! All 129,864,880 of you., Inside Google Books, 5 agosto 2010. URL consultato il 15 agosto 2010.
    «After we exclude serials, we can finally count all the books in the world. There are 129,864,880 of them. At least until Sunday.».
  4. ^ George Curtis, The Law of Cybercrimes and Their Investigations, 2011, p. 161.
  5. ^ Book, Dictionary.com. URL consultato il 5 giugno 2012.
  6. ^ Northvegr – Holy Language Lexicon: B archiviato 03/11/2008 dall'originale (EN)
  7. ^ Paccagnella, L. 2010, Sociologia della Comunicazione, Bologna, Il Mulino, p. 84
  8. ^ Rosengren, K.E., 2001, Introduzione allo studio della comunicazione, Bologna, Il Mulino, ISBN 88-15-08248-4 p. 158
  9. ^ Leila Avrin. Scribes, Script and Books, p. 173.
  10. ^ Bernhard Bischoff, Latin palaeography antiquity and the Middle Ages, Dáibhí ó Cróinin, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 11, ISBN 0-521-36473-6.
  11. ^ Leila Avrin, Scribes, script, and books: the book arts from antiquity to the Renaissance, New York, New York, American Library Association; The British Library, 1991, p. 83, ISBN 978-0-8389-0522-7.
  12. ^ Dard Hunter, Papermaking: History and Technique of an Ancient Craft New ed. Dover Publications 1978, p. 12 (EN)
  13. ^ Leila Avrin, Scribes, Script and Books, pp. 144–145.
  14. ^ The Cambridge History of Early Christian Literature, curatori Frances Young, Lewis Ayres, Andrew Louth, Ron White. Cambridge University Press 2004, pp. 8–9 (EN)
  15. ^ a b c d e f g Lionel Casson, Libraries in the Ancient World, Yale University Press (2002), passim (EN)
  16. ^ Raffaele Garrucci, Storia dell'arte cristiana nei primi otto secoli della chiesa (1873), su L. Casson, op. cit., p. 128.
  17. ^ Ibidem, p. 127-28.
  18. ^ Le prime copie della Bibbia esistenti datano verso il secondo secolo o inizio del terzo d.C. Solo codici venivano usati dai cristiani per far copie delle Sacre Scritture e anche per altri scritti religiosi. Gli undici codici biblici di questo periodo (sei con la Septuaginta e cinque con parti del Nuovo Testamento) sono su codici. Cfr. Colin H. Roberts e T.C. Skeat, The Birth of the Codex, OUP Oxford (1983), pp. 38-44. ISBN 978-0-19-726024-1.
  19. ^ a b Citato da U. Hagedorn et al., Das Archiv des Petaus, Colonia (1969) nr. 30 (ted.); cfr. anche Van Haelst, "Les origines du codex" pp. 21-23, su A. Blanchard (cur.), Les débuts du codex, Turnhout (1989) (FR) . Ritrovamenti del III secolo: 105 di cui 15 sono codici greci di pergamena e 2 latini di pergamena; IV secolo: 160 di cui 56 in pergamena; V secolo: 152 di cui 46 in pergamena. Cfr. anche W. Willis su Greek, Roman, and Byzantine Studies (1968), p. 220 (EN)
  20. ^ Libanio, Orationes 4.18, 58.5.
  21. ^ A. Norman su Journal of Hellenic Studies, 80 (1960)
  22. ^ Leila Avrin. Scribes, Script and Books, pp. 207–208.
  23. ^ Theodore Maynard. Saint Benedict and His Monks. Staples Press Ltd 1956, pp. 70–71 (EN)
  24. ^ Paul Saenger, Space Between Words: The Origins of Silent Reading, Stanford University Press (1997) (EN)
  25. ^ Martin D. Joachim, Historical Aspects of Cataloguing and Classification, Haworth Press (2003), p. 452.
  26. ^ Edith Diehl, Legatoria: gli antecedenti e tecnica, Dover Publications (1980), pp. 14-16.
  27. ^ Bernhard Bischoff. Latin Palaeography, pp. 16–17.
  28. ^ Bernhard Bischoff, Latin Palaeography, pp. 42–43.
  29. ^ Edmund Burke, Islam at the Center: Technological Complexes and the Roots of Modernity, in Journal of World History, vol. 20, n. 2, University of Hawaii Press, giugno 2009, pp. 165–186 [43], DOI:10.1353/jwh.0.0045.
  30. ^ Edmund Burke, Islam at the Center: Technological Complexes and the Roots of Modernity, in Journal of World History, vol. 20, n. 2, University of Hawaii Press, giugno 2009, pp. 165–186 [44], DOI:10.1353/jwh.0.0045.
  31. ^ Un'applicazione storica: il piombo nella tipografia, su ing.unitn.it. URL consultato il 26 agosto 2017 (archiviato dall'url originale il 4 dicembre 2017).
  32. ^ Clapham, Michael, "Printing" in A History of Technology, Vol 2. From the Renaissance to the Industrial Revolution, (curatori) Charles Singer et al. (Oxford 1957), p. 377. Citato da Elizabeth Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change (Cambridge University, 1980).
  33. ^ Kevin Kelly, The Inevitable , (2016) , L'inevitabile,Le tendenze tecnologiche che rivoluzioneranno il nostro futuro ,(2017),Milano , Il Saggiatore , trad. Alberto Locca , ISBN 978-88-428-2376-6 , pag 85
  34. ^ Jeffrey Thomas, Project Gutenberg Digital Library Seeks To Spur Literacy, U.S. Department of State, Bureau of International Information Programs, 20 luglio 2007. URL consultato il 20 agosto 2007 (archiviato dall'url originale il 19 agosto 2007).
  35. ^ Ted Nelson Literary Machines: The report on, and of, Project Xanadu concerning word processing, electronic publishing, hypertext, thinkertoys, tomorrow's intellectual… including knowledge, education and freedom (1981), Mindful Press, Sausalito (Baia di San Francisco), California. Altre edizioni: 1980–84, 1987, 1990–93 (edizione italiana, Literary machines 90.1. Il progetto Xanadu, Franco Muzzio Editore, Padova 1992)
  36. ^ formato nell'Enciclopedia Treccani, su www.treccani.it. URL consultato il 10 gennaio 2018.
  37. ^ Copertina, in Dizionario biografico degli italiani, Istituto dell'Enciclopedia Italiana.
  38. ^ Nereo Vianello, La citazione di opere a stampa e manoscritti, Leo Olschki, Firenze 1970, pag. 32.
  39. ^ Un esempio sono i quaderni scolastici con i bordi colorati di rosso, editi dalla Cartiere Paolo Pigna.
  40. ^ "L'occhietto, ossia una pagina che reca un titolo (ed eventualmente altre informazioni) ma che accompagna, sul recto della carta precedente, un frontespizio con dati più completi", estratto dal documento Regole italiane di catalogazione (REICAT) a cura della Commissione permanente per la revisione delle regole italiane di catalogazione, Roma, ICCU, 2009.
  41. ^ Nereo Vianello, La citazione di opere a stampa e manoscritti, Leo Olschki, Firenze 1970, pp. 25-26.
  • Lorenzo Baldacchini. Il libro antico. Carocci, 2001. ISBN 88-430-0340-2.
  • Lionel Casson, Biblioteche del mondo antico, Milano, Bonnard (2003). ISBN 978-88-86842-56-3.
  • Amedeo Benedetti, Il libro. Storia, tecnica, strutture. Arma di Taggia, Atene, 2006. ISBN 88-88330-29-1.
  • Enrico Mistretta, L'editoria – un'industria dell'artigianato. Bologna, Il Mulino, 2008. ISBN 978-88-15-11301-6.
  • Umberto Eco e Jean-Claude Carrière, Non sperate di liberarvi dei libri, Saggi Bompiani, 2009. ISBN 978-88-452-6215-9.
  • Robert Darnton, Il futuro del libro, Milano, Adelphi, 2011. ISBN 9788845925863
  • Paola Dubini, Voltare pagina? Le trasformazioni del libro e dell'editoria, Pearson, 2013. ISBN 9788871926599